Archives de Tag: village

Verdun le 2 août 2019

Par défaut

En attendant que la grande passe son permis, je fais encore taxi. Ce soir c’était pour un film qu’elle allait voir au ciné associatif de Verdun sur Garonne.

J’avais pris de quoi lire et écrire en l’attendant, mais j’ai aussi fait un petit tour en ville voir s’il y avait des animations bientôt. Il y avait ce soir un concert de jazz sous la halle, demain un concert au salon de thé, et il y avait cette jolie lumière du soleil couchant sur les maisons de village du centre.

Rue de village du sud-ouest, sans voiture, lumière du soleil couchant sur les maisons de briques.

Un bar-restaurant à tapas a ouvert récemment. Ainsi qu’un pub. Il y avait un peu de monde dehors, même une mamie assise sur le trottoir devant sa porte dans la bastide qui surplombe la ville, ça faisait plaisir de voir toute cette vie dans un village de campagne.

Publicités

Préparatifs du 11 juillet 2019

Par défaut

Et oui, c’est tout bientôt le Festival Danses et Musiques Pour Tous! C’est déjà dimanche dans 3 jours en fait! Alors ce matin, c’était montage des tentes sur la place du village.

un tracteur devant des tentes blanches avec des gens partout

Retrouvez le programme du festival en ligne: http://www.festivaldansespourtous.fr/

Nord et Pas de Calais

Par défaut

Vendredi 22 février, je me suis réveillée en Flandre et dans le brouillard…

Mon hôte m’a gentiment proposé de me conduire à Cassel, un village du Nord cossu et pavé, vieux de deux mille ans environ. Bien qu’il soit en hauteur, le brouillard ne m’a pas permis d’admirer le panorama sur la campagne flamande environnante, mais j’ai pu tester la photo dans le brouillard. Ça a un petit côté mystérieux plutôt sympa aussi.

Je ne suis pas arrivée à faire une photo qui me plaise de la grande place avec l’enfilade de façades toutes différentes. Tant pis. Ambiance.

Nous sommes rentrées à Hazebrouck puis j’ai pris la route pour Bailleul.

Cette fois-ci je tente la photo des façades… Sur la grande place.

Derrière l’église je suis tombée sur la rue des Foulons, une rue qui a été complètement dévastée pendant la première guerre mondiale, comme beaucoup de villes ou villages par ici. En voyant les photos sur le panneau touristique, je me suis demandé comment les gens avaient fait pour survivre et recommencer à vivre.

J’ai ensuite repris la route pour Béthune. je voulais y refaire un tour en ville et me poser un peu au Nautilus (avec boisson chaude et wifi) avant le vernissage. Cette fois-ci, j’ai été plus inspirée, la lumière était moins franche aussi, comme un arrière-goût du brouillard matinal. Loïc du Nautilus m’a dit que la ville s’était réveillée complètement dans le brouillard, j’aurais bien aimé voir ça. Je ne crois pas avoir jamais été en ville dans le brouillard.

D’abord j’ai trouvé ce mur rose et j’ai eu envie de faire des portraits avec ce mur en fond, étant seule, j’ai fait des selfies, mais avec mon téléphone, ça n’a pas rendu la couleur. Donc, la prochaine fois, il me faut un modèle!!!

A nouveau sur la grande place, cette fois j’ai gardé quelques photos de mes essais… pas évident avec l’ombre et la lumière, ben oui, il faisait encore beau, pffff… ^^

Je me suis autorisé une pause au soleil en terrasse.

J’ai exploré ensuite les rues du côté Est de la place (si je ne me trompe pas) et j’y ai trouvé des détails, des vieilles rues pavées et une belle lumière.

Le Nautilus est dans la rue Frédéric Boutleux… Je m’y suis installée avec une tisane et j’ai pris quelques photos du lieu et de Loïc, l’un des deux patrons (c’est ça le mot pour désigner ceux qui tiennent le bar?).

Oui, évidemment, il y aura un sourire pour la série des sourires en noir et blanc avec Loïc…

Le vernissage s’est bien passé, j’y ai retrouvé une covoitureuse prise la veille sur Paris-Béthune, la personne qui m’avait donné le contact du bar et que je ne connaissais qu’en virtuel jusque là et il y a eu aussi un visiteur qui m’a posé pas mal de questions et m’a suggéré de laisser à disposition des visiteurs une « feuille de visite » expliquant les conditions de prise de vue pour chaque photo. Il m’a dit que tout ce que je leur disait en répondant aux questions serait intéressant pour quand je ne serais pas là pour l’expliquer. Je vais donc y réfléchir. Pour celleux qui aiment savoir où, pourquoi et comment.

Retour sur la région parisienne dans la nuit pour rentrer sur Toulouse le lendemain. J’accuse un peu le coup côté fatigue de tant de route, plus de 2000km, en 5 jours. Mais c’était chouette! Merci pour l’occasion, les belles rencontres, la découverte!

Pays Basque jour 3

Par défaut

Dernier jour au Pays Basque lundi, pendant que certains font leur rentrée, on me fait visiter Labastide Clairence, une bastide du 16ème siècle toute mignonne, , une commune avec une politique d’accueil des artisans d’art depuis 30 ans. L’un des plus beaux villages de France.

3sept18w_13sept18w_2

C’est un village construit le long d’une rue. Tout en haut de la rue, l’église Notre Dame de l’Assomption, bordée de tombes sous les arceaux, étonnant. Une église basque large aux galeries sur trois étages, comme c’est souvent le cas.

3sept18w_3

Un village qui a accueilli une dynamique communauté juive pendant 200 ans (1500 à 1700 je crois), qui fuyait l’inquisition espagnole, aujourd’hui il en reste le petit cimetière israélite qui a une belle vue.


3sept18w_4

Nous avons mangé au restaurant Les Arceaux, qui fait aussi presse, sur la place du même nom, l’assiette complète de l’entrée au dessert composée exclusivement de produits locaux fermiers, une assiette labellisée (mais quoi et par qui, je ne sais plus). De fait c’était vraiment bon.

3sept18w_5

Sur la fontaine juste à côté, ce dessin gravé par l’un des artisans d’art installés à Labastide Clairence, représentant un arbre de vie avec des racines évoquant la présence de la communauté juive sur le village, une menorah (à l’envers).

3sept18w_6

Peu d’ateliers d’artisans étaient ouverts en ce lundi, mais il y en a une bonne quinzaine sur le village, et vu sa (petite) taille, c’est remarquable! Un festival d’art de la rue a lieu fin septembre aussi. Ça fait plaisir de voir un village qui vit, d’une part, et que ce soit en bonne partie grâce à l’art.

Dans cette bastide se trouve aussi le plus vieux trinquet du monde encore en activité. En effet, l’une des bâtisses traditionnelles dans la rue principale abrite bien un trinquet encore utilisé aujourd’hui comme en atteste les vestiaires tous neufs! Le bois a été daté du début 16ème siècle, les dalles au pied des murs seraient d’origine. Il était vide quand nous l’avons visité, ce qui m’a permis de faire des photos sur le terrain, il y avait une belle ambiance.

3sept18w_73sept18w_83sept18w_9

Et il semblerait que les joueurs aient le sens de l’humour (à défaut du sens d’une communication efficace, jaune sur blanc, c’est dur à lire!).

 

Après être passées voir l’abbaye de Bellocq un peu à l’extérieur du village, nous nous sommes quittées et j’ai pris la route du retour, mais en faisant un détour par L’hôpital Saint-Blaise, un tout petit village qui abrite une église romane du 12ème siècle très particulière, au style hispano-mauresque, classée aux monuments historiques et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Petite, contrastée entre l’extérieur principalement gris et le portail jaune, à l’intérieur très doux et très sombre.

3sept18w_113sept18w_12

Et voilà, cette fois-ci c’était vraiment fini, j’ai repris la route sans m’arrêter, pour du tourisme en tous cas, jusqu’à la maison. Mais j’ai eu encore de beaux points de vue sur les Pyrénées.

 

Dimanche 1er avril 2018

Par défaut

Grasse matinée indispensable pour récupérer, les cloches sont passées à 14h, pour le café. Sympa de s’adapter à nos horaires!

1avr18_journal

Comme nous avions une invitée qui ne connaissait pas le coin, nous sommes ensuite partis pour une promenade à Sarrant, dans le Gers avec tour obligatoire à la librairie-tartinerie, mais aussi, visite de l’église, ouverte ce jour là.

 

Une église intéressante, construite dès les 12ème-13ème siècles, remaniée ensuite, aux murs peints comme ça se fait dans le coin, mais sans le budget nécessaire pour la rénovation. Les habitants se sont investis en faisant des travaux et en montant une association pour récolter des fonds, faire vivre le lieu. Sans être chrétienne, je trouve dommage que des bâtiments historiques à vocation d’accueillir le public ne puissent être entretenus.  Vous pouvez trouver l’appel aux dons sur le site du village: www.sarrant.com/gascogne/appel-aux-dons-pour-la-sauvegarde-de-leglise/

 

A la librairie, nous avons trouvé évidemment notre bonheur, mais cette fois, le pasage fut éclair, pas de thé ni de tartine au chocolat. Juste quelques livres et des infos sur les estivales de l’illustration de juillet. Toujours très sympathique comme endroit! Étonnamment, Amandine qui est une grande lectrice n’était jamais venue. Ca a eu l’air de lui plaire, en plus elle est repartie avec la Saga de Lagnarr Lodbrok, cette saga islandaise racontée dans la série Vikings (que nous regardons toutes les deux). Bon, le 4ème de couverture nous a un peu raconté la suite, dommage…

 

De retour chez nous, nous avons pris un bain de soleil, ainsi que les arbres, les insectes et les chats… En bonne compagnie quoi!

 

Il est temps de se coucher pour une autre grande nuit de récupération. Merci la religion à laquelle je ne crois pas dans ce pays laïque pour ce jour de congé supplémentaire.

 

La halle et l’oiseau

Par défaut

Une autre des photos du jour à Grenade sur Garonne. Deux versions.


Grenade sur Garonne est une bastide du 13ème siècle. La halle, le coeur de la bastide, a été restaurée récemment.

https://www.mairie-grenade.fr/decouvrir-grenade/un-peu-dhistoire/grenade-a-travers-les-siecles/