Archives de Tag: vie

6 ans

Par défaut

Hier, wordpress me disait que cela faisait 6 ans que j’avais créé ce blog.

Cela fait donc 6 ans que j’ai laissé le blog familial de côté suite à la séparation d’avec le père de mes enfants et à la déstructuration de notre tribu.

Depuis 6 ans nous évoluons autrement et il s’est passé plein de choses pour chacun.e de nous de notre côté ou avec les enfants.

Portrait du 27 décembre 2013, le jour où j’ai créé ce blog

Depuis 6 ans, je fais mon chemin de femme un peu plus consciente de qui je suis, un peu plus affirmée chaque jour. J’apprends à me respecter, à savoir ce qui me fait vibrer dans la vie, à me délester de ce dont je n’ai plus besoin et j’apprends à ne pas perpétuer les schémas de fonctionnement qui ne m’ont pas réussi. Et là, le constat est mitigé. Je recommence encore et encore. Je ne sais même pas si cela s’espace ou si j’arrive à avoir plus de recul. Il y a toujours un truc qui bloque avec ma part masculine et avec le masculin en général. Avec la valeur que je m’accorde aussi.

Mes prises de conscience féministes et politiques de cette dernière année grâce à mes lectures sur Mastodon et Diaspora ne me facilitent pas la tâche, je ne peux plus accepter certaines choses habituellement banalisées et je refuse encore plus de ne pas vivre selon mes convictions et dans le respect de soi et l’attention à l’autre.

J’ai pris des engagements envers moi-même pour sortir du schéma « j’ai tort, j’ai raison » qui imprègne la société et toute personne qui a grandi dedans. Arrêter de tourner en rond entre les rôles de chef, victime, sauveur, juge, dealer, dépendant… et être libre. Vu le niveau d’imprégnation, ça va être long… très long…

J’aimerais aussi vivre une relation amoureuse vivante et joyeuse, en dehors des clous mais avec bienveillance et attention, en déconstruisant et le sexisme ordinaire et les fonctionnements induits par les peurs et les jeux de rôles. C’est énorme. Parce que les peurs sont partout. Parce que communiquer c’est difficile. Parce que l’ouverture à l’autre et l’acceptation de l’autre sans se sentir menacé ou se sentir mis en cause, ça ne se fait pas comme ça juste parce qu’on l’a décidé. Et parce que, comme dirait ma fille, trouver une personne qu’on aime et qui nous aime, c’est un truc de fou. Et si on veut plus que l’amour, si on veut aussi une relation qui nous corresponde à tous les deux, des centres d’intérêts communs, des activités communes, des moments de solitude aussi, une fréquence pour se voir qui aille bien aux deux et l’acceptation de l’autre entière, l’autorisation à être qui il est, l’attention à donner et recevoir, l’ouverture du coeur, de l’esprit et la curiosité… là ça relève du miracle.. et ce n’est pas gagné non plus. En tout cas tant qu’on n’est pas libre, des peurs, des rôles qu’on joue, des préjugés…

Depuis 6 ans ma vie professionnelle a aussi beaucoup évolué. Deux épuisements généraux sont passés par là, une blessure sous les pieds également, nécessitant une grosse remise en question et des bronchites chroniques épuisantes. Mon corps a besoin de repos. Mais je n’en ai pas les moyens. Il faut composer et s’adapter. Ma vie professionnelle est encore en cours d’évolution, avec des périodes inconfortables, il faut le dire, à la fois parce que je suis dans le brouillard quant à la voie à suivre et à la fois car mes revenus sont faibles (d’après les chiffres, je suis en dessous du seuil de pauvreté, une chance que ma vie d’avant m’ait permis d’avoir un toit et de bons équipements qui tiennent le coup, une chance d’avoir mes parents pour m’aider). Comme je peux de moins en moins accepter de faire des compromis pour ce qui est de participer à la société capitaliste qui ne tient pas compte de l’humain et de mes valeurs, je persiste à vouloir vivre d’un travail en accord avec qui je suis et ce n’est pas le chemin le plus facile. D’autant que j’ai un problème avec ma valeur et donc avec le fait de me faire payer correctement.

Pas très joyeux ce petit bilan a priori. Et pourtant, il y a eu beaucoup de prises de conscience, un gros déblayage déjà et de très bons moments en famille et de très belles rencontres amicales et professionnelles. Je suis bien entourée, j’ai des personnes ressources pour quand je me pose 10.000 questions sur ma vie, pour passer une soirée à rire aussi ou pour prendre un gros bain d’énergie. J’avance et même s’il y a encore énormément à faire, je sais que c’est un bon chemin pour moi. Je me sens de plus en plus proche de la justesse, de ma juste place, de ma reconnaissance, celle de moi par moi, la seule qui compte.

Autoportrait de ce vendredi 27 décembre 2019

Merci à toustes mes ami.e.s et personnes ressources. Merci.

Trouve le verbe de ta vie

Par défaut

Ce texte me met les larmes aux yeux à chaque fois. Je l’ai lu il y a déjà plusieurs mois. Et là, il m’est proposé à nouveau et c’est comme si je le redécouvrais. Le texte n’est plus accessible en article, mais il est dit dans la vidéo sur le site de Sarah Roubato, son autrice.

Je pense que je vais commander le livre à la librairie de Grenade.

TROUVE LE VERBE DE TA VIE
Lettre à un ado
de Sarah Roubato

Ce n’est pas si souvent qu’un texte me parle autant et sans retenue.

Je suis heureuse d’avoir fait des choix de vie différents pour moi, pour mes enfants et d’avoir inspiré d’autres personnes. Pour le meilleur j’espère.

Mon verbe est AIMER. Et vous, quel est votre verbe?

Vivement le week-end

Par défaut

Poème de fin de semaine…

Comment font les parents solo pour survivre au rythme de fou d’un travail à temps plein plus la gestion des enfants et de la maison le soir?

D’accord, je n’ai pas encore récupéré de ma grosse fatigue accumulée depuis des mois, mais cette semaine avec des journées sur le pont de 7h30 à 22h minimum m’a vidée…

Comment peut-on faire de cela une norme?

Faut bosser!

Par défaut

Il y a quelques semaines j’ai passé un message dans mes réseaux pour expliquer que même si je propose beaucoup de choses, au final, je travaille peu, que c’est un peu galère et que j’aimerais plus travailler.

Alors que depuis le début de l’été 2018, j’ai des soucis de santé qui s’enchainent (et ces deux derniers mois sont les pires) et qui m’empêchent de travailler. Je suis fatiguée, physiquement et psychologiquement, donc c’est plutôt logique que je sois malade. Mais cela me stresse énormément d’être malade vu que pour continuer à toucher mes quelques Indemnités de Retour à l’Emploi, il faut que je montre que je fais ce qu’il faut pour retravailler. Et ça me rend encore plus malade. C’est un cercle vicieux. J’ai cherché la case « je prends une année sabbatique », mais ne l’ai trouvée nullepart.

Alors que je me débats à 4h du matin avec l’asthme et la toux (entre autres) et que je cherche une explication à autant de maux simultanés, je comprends que ce n’est pas plus de travail dont j’ai besoin, c’est de la valorisation de tout le travail que j’ai accompli et que j’accomplis encore sans être pour cela payée. J’ai besoin de valorisation sonnante et trébuchante.

Aussi loin que je me souvienne, j’ai été présente et disponible pour les autres en plus de mon « boulot » normal. Il y a 3-4 ans une camarade d’école primaire m’a envoyé un message pour me remercier de ce que j’avais fait pour elle, alors qu’on l’embêtait, j’intervenais pour la « protéger » et pour ne pas la laisser seule. Au collège et au lycée, j’étais tous les ans ou presque délégués des élèves. A la fac, j’étais investie dans le Bureau des Élèves, qui consistait à faire librairie de manuels difficiles à trouver (section russe), organiser des voyages linguistiques et actualiser et éditer l’annuaire des anciens élèves. En plus de ça j’aidais mes camarades qui avaient été absents et avaient besoin de rattraper.

J’ai accouché de mon premier enfant 2 jours après les dernières heures de cours de mon DESS. Trouvant rapidement absurde d’aller travailler à l’extérieur pour payer quelqu’un pour s’occuper de mon enfant et le voir grandir à ma place, je suis devenue « mère au foyer ». Ca ne fait pas rêver comme ça. C’est un sacré investissement. En plus d’élever et d’instruire mes enfants, je me suis investie dans une grosse association nationale d’information et de soutien à la parentalité, puis j’en ai créé une autre avec un champ d’action plus large puis encore une autre pour de la formation professionnelle puis une autre pour le réseau local des familles dont les enfants ne vont pas à l’école. J’ai passé ainsi des tonnes d’heures à élever mes enfants 7 jours sur 7, gérer des associations, préparer des réunions, des ateliers, me former et transmettre, informer, écouter, former.

Puis quand nous avons déménagé à la campagne, nous avons créé une association culturelle et artistique dans laquelle je me suis énormément investie, pour des cours et ateliers mais aussi pour organiser un festival d’une semaine de musique et de danse dans mon petit village de campagne. Ce festival connaitra cette année sa 10ème édition.

En tant que danseuse, j’ai aussi participé localement à de nombreux évènements de façon bénévole avec des spectacles et animations. Et je ne compte pas le nombre d’heures supplémentaires non payées pour mener les élèves au spectacle de fin d’année (prestation pour laquelle les professeurs ne sont pas payés d’ailleurs, 12h de présence parfois).

Quant à tout ce que je partage en mots, en images, en dessins, dans le monde quasi quotidiennement via mon blog et les médias sociaux et aussi via mon exposition photo, c’est aussi bénévolement. J’ai des retours très positifs sur tout cela, les gens apprécient ce que je donne, ce que je crée. On m’a eu dit plusieurs fois que j’étais inspirante. Je suis contente de pouvoir être utile.

Mais pour tout cela, pour tout ce temps consacré depuis le primaire aux autres personnes mais aussi à la vie sociale et culturelle des endroits où je vis, pour ce que je partage au monde chaque jour, je n’ai aucune valorisation. Ca ne m’a pas permis de cotiser à la retraite, ça ne m’a pas donné des heures de formation, ça n’a pas augmenté le montant de mes indemnités chômage ni de mes indemnités arrêt maladie et ça ne me permet pas de faire tout ça aujourd’hui ni de boucler mon mois.

En conclusion, j’ai toujours énormément bossé (combien de personnes m’ont dit que j’en faisais trop, que j’avais un emploi du temps trop chargé), mais pas de la façon qu’il faut pour que ça soit considéré comme tel. Mon cas n’est pas unique, malheureusement

Aujourd’hui je serais donc un parasite, je ne produis rien, je ne sers pas l’économie capitaliste, je ne sers pas la course à la consommation.

Et on m’a déjà dit plusieurs fois qu’il fallait que j’aille bosser. Ca veut dire bosser « pour de vrai ».

« Bonjour Monsieur, bip bip bip bip bip, vous avez votre carte de fidélité? ça vous fera 568,99€, vous voulez payer en 3 fois avec un crédit à 46%? si vous ne pouvez pas payer remettez les articles en rayon et allez voir les restos du coeur, merci. Suivant. »

La question que je me pose cette nuit est « vais-je arriver à continuer ma route et à servir l’humain dans ces conditions? vais-je pouvoir continuer à travailler pour tout ce qui n’est jamais comptabilisé dans le PIB et donc n’a pas de valeur officielle? » J’aime mon « travail » et j’aime apporter ma contribution ainsi et je pense vraiment que c’est aussi important que d’autres « vrais » métiers utiles et bien plus important que tout un tas de métiers qui ne servent qu’à entretenir l’asservissement de l’humain au pouvoir des plus riches et la destruction de notre environnement.

Mais il y a des nuits comme ça où je suis plutôt pessimiste.

Samain et tarte aux pommes

Par défaut

C’était aujourd’hui la date choisie pour fêter Samain dans la clairière de la Sente de l’Awen.

10nov18w_8

Une célébration importante puisqu’elle marque le début de l’année celtique, qui commence par le chaos qui engendrera la vie, la fin et le début du cycle mort/renaissance.

10nov18w_10

J’ai laissé au feu ce dont je voulais clore le cycle, avec cependant beaucoup d’amour dans cette mort souhaitée. J’ai enterré ce que je voulais voir germer et naitre.

Masha donne le ton à chaque fois, vous pouvez lire l’esprit de chaque célébration sur son blog: https://jardinpourdemain.wordpress.com/

Nous avons ensuite partagé un repas, et j’ai apporté une tarte aux pommes. De saison et local puisque j’ai des kilos de pommes bio des Vergers de Trixe, près de Montauban. Avec une pâte vegan et sans gluten qui était plutôt réussie.

10nov18w_5

Pour la pâte:

– 25g de farine de sarrasin
– 90g de farine de riz
– 110g de maïzena
– une pincée de sel
– 35g de sucre complet
Mélanger.
– 85g de margarine végétale (sans lait!)
« Sabler » du bout des doigts.
– environ 5cl d’eau
Verser l’eau petit à petit jusqu’à obtenir une boule de pâte homogène.

J’ai mis un peu de purée de pommes sur la pâte, recouvert de pommes et j’ai saupoudré de deux cuillères à café de sucre, d’un peu de cannelle et d’un peu de vanille en poudre. Une trentaine de minutes au four.

Bonne année!

 

La première nuit, le premier jour…

Par défaut

… du reste de ma vie.

Parce qu’il est des périodes de transition plus importantes que d’autres.

Entamée à la fin de l’automne 2017, cette transition-ci me révèle profondément. Il ne s’agit plus de composer, bricoler et rafistoler celle que je croyais être. Il s’agit de faire émerger celle que je suis vraiment.

42 ans, l’année de la connaissance.

Bilan.

Comme dirait miss n°2, ça a toujours été moi, celle qui n’était pas moi était moi, on ne peut pas être un.e autre, disons alors que je suis plus honnête avec moi même et par conséquent avec les autres également.

Ça ne devrait pas être radical, juste un réajustement, mais nécessaire pour arrêter de râler, d’être fatiguée et d’attendre que ma vie m’appartienne.