Archives de Tag: sauvage

Coup de coeur pour le Cantal

Par défaut

J’ai passé deux jours entiers dans le Cantal et j’ai trouvé magnifique! Sans doute car les paysages de montagne sont très dépaysants pour moi mais aussi car c’est peu urbanisé, il y a beaucoup de belle nature.

Premier soir, à mon arrivée, un bain dans la rivière, le Brezons, dans la vallée du même nom. Fraîche, mais il me fallait bien ça! J’avais eu un peu chaud dans la plaine de l’A75 en venant. Quel plaisir la baignade en eau naturelle!

Puis l’ami qui me logeait m’a fait escalader la falaise le long de la cascade de la Borie… Enfin, escalade sur un escalier, mais tellement raide que je posais les mains sur les marches devant moi! D’ailleurs cette boucle est interdite aux personnes qui ont le vertige et aux moins de 12 ans. La descente se fait par un petit chemin serpentant dans la forêt. Je me suis rendue compte une fois de plus que je préfère le ruisseau qui court de la cascade à travers les rochers et la forêt que la cascade en elle-même…

IL parait que la vallée en auge (vallée glaciaire) de Brezons est l’une des plus belles d’Europe d’après Haroun Tazieff, tous les guides le citent…

C’est vrai que cette vallée est particulièrement belle.

Mais surtout, la nature qui m’a émerveillée est celle qui borde les routes minuscules à flanc de montagne ou au fond des gorges, toute fleurie qu’on croirait avoir remonté le temps, et celles des hauts plateaux qui ressemble à la lande, et les volcans par ci par là… Tellement grandiose que c’est impossible à rendre en photo, ou je manque peut-être d’entrainement….

Et bien sûr, ces grands champs verts sont un indicateur de l’agriculture locale, qui est en fait de l’élevage. Tous ces champs fournissent du foin pour les vaches. Pas du tout écolo, bien qu’ici l’élevage semble plutôt extensif, mais franchement, toute cette verdure, j’adore! J’ai même vu des vaches avec leurs cornes, leurs petits et le taureau. Des vaches qui ont encore leurs cornes, ça faisait très longtemps que je n’en avais pas vues.

Un peu comme en Creuse, l’architecture typique est assez préservée, ça donne vraiment du cachet aux villages. Brezons et Murat ci-dessous.

Et j’ai aussi aimé car j’y ai côtoyé des gens super sympas. Des connaissances des réseaux sociaux qui deviennent réalité conviviale. Ça fait tellement plaisir quand les relations sont intéressantes et accueillantes comme celles-ci!

Je terminerai sur le cantal avec quelques bonnes adresses à Murat:

  • le cellier de la Marmotte avec des produits locaux et un salon de thé en saison
  • la boulangerie bio « Du pain et des jeux » avec du bon pain, des sandwichs originaux, quelques produits locaux bio aussi et un coin jeux!

Ah non, je n’ai pas fini… Apparemment, la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes a été levée, c’est au bon vouloir du département ou de la préfecture de repasser à 90km/h ou de rester à 80. Dans le Cantal, ils sont repassé à 90…

Ces deux journées ont suffi pour que j’ajoute le Cantal à la liste des éventuels endroits où je pourrais avoir envie de déménager (avec la Bretagne le Lot et la Creuse). Bon, c’est vrai que je n’y suis pas encore passée en hiver… En tout cas, ce fut un vrai coup de coeur!

Encore du vert, du végétal, du printemps!

Par défaut

Je n’ai jamais autant vu le printemps que cette année. Pas autant, pas avec tant d’attention et d’émerveillement. Les cerises sont déjà oranges sur notre cerisier précoce, peut-être bien que cette année je ne les raterai pas!

Quelques essais de nature ici et là, sauvage ou plus domestique. Si certaines photos vous intéressent pour un fond d’écran, demandez moi la haute définition!

J’adore comment les herbes sont hautes! Cette puissance sauvage nourrit la mienne!

Les arbres ont maintenant quasiment tous leurs feuilles maintenant, et les figuiers du voisins ont déjà leurs premières figues! Pas encore mûres mais bien formées.

Je terminerai avec le banc de la maison voisine qui a vue sur les côteaux de l’Est, maison actuellement non visitée pour cause de confinement, les calendulas passent à travers les lattes et poussent sur le banc, moi ça m’attendrit.

Des petits soleils! J’ai récupéré des graines sur les fleurs passées pour les semer dans mon jardin…

C’est donc ça le printemps!

Par défaut

J’avoue que grâce au confinement j’ai pu faire des promenades en nature que je n’aurais pas eu le temps de faire sinon.

Photo par Amandine Baffert

Le printemps est souvent très très rempli, dernière ligne droite avant les spectacles de fin d’année, accompagner les enfants pour les examens le cas échéant, ou pour tous les,événements de fin d’année scolaire, préparer le festival de juillet, bref… un rythme intense qui me laisse épuisée en juillet. Et je passe complétement à côté de l’explosion du renouveau de la nature.

Cette année, exceptionnellement, je peux en profiter et j’adore ça! Cette connexion me dynamise et je ressens enfin ce que la signification de Beltane veut dire: fertilité, fécondité, énergie montante tonifiante, retour de la sève, retour du désir, création, créativité, vitalité. Car cette année, je ne passe pas à côté à cause  d’un emploi du temps plein à craquer.

Avoir dû attendre un confinement officiel pour enfin me relier à cette énergie… le rythme de vie habituel n’est vraiment pas respectueux. Au printemps, je suis d’habitude fatiguée et déprimée, n’ayant pas pu hiberner et me ressourcer et ayant beaucoup de dates limites pour mon travail. Devoir assurer dans les temps en étant déconnectée et déjà sur les nerfs.

Une leçon à retenir pour l’an prochain.

C’est donc ça le printemps!

Par défaut

J’avoue que grâce au confinement j’ai pu faire des promenades en nature que je n’aurais pas eu le temps de faire sinon.

Photo par Amandine Baffert

Le printemps est souvent très très rempli, dernière ligne droite avant les spectacles de fin d’année, accompagner les enfants pour les examens le cas échéant, ou pour tous les,événements de fin d’année scolaire, préparer le festival de juillet, bref… un rythme intense qui me laisse épuisée en juillet. Et je passe complétement à côté de l’explosion du renouveau de la nature.

Cette année, exceptionnellement, je peux en profiter et j’adore ça! Cette connexion me dynamise et je ressens enfin ce que la signification de Beltane veut dire: fertilité, fécondité, énergie montante tonifiante, retour de la sève, retour du désir, création, créativité, vitalité. Car cette année, je ne passe pas à côté à cause  d’un emploi du temps plein à craquer.

Avoir dû attendre un confinement officiel pour enfin me relier à cette énergie… le rythme de vie habituel n’est vraiment pas respectueux. Au printemps, je suis d’habitude fatiguée et déprimée, n’ayant pas pu hiberner et me ressourcer et ayant beaucoup de dates limites pour mon travail. Devoir assurer dans les temps en étant déconnectée et déjà sur les nerfs.

Une leçon à retenir pour l’an prochain.

C’est donc ça le printemps!

Par défaut

J’avoue que grâce au confinement j’ai pu faire des promenades en nature que je n’aurais pas eu le temps de faire sinon.

Photo par Amandine Baffert

Le printemps est souvent très très rempli, dernière ligne droite avant les spectacles de fin d’année, accompagner les enfants pour les examens le cas échéant, ou pour tous les,événements de fin d’année scolaire, préparer le festival de juillet, bref… un rythme intense qui me laisse épuisée en juillet. Et je passe complétement à côté de l’explosion du renouveau de la nature.

Cette année, exceptionnellement, je peux en profiter et j’adore ça! Cette connexion me dynamise et je ressens enfin ce que la signification de Beltane veut dire: fertilité, fécondité, énergie montante tonifiante, retour de la sève, retour du désir, création, créativité, vitalité. Car cette année, je ne passe pas à côté à cause  d’un emploi du temps plein à craquer.

Avoir dû attendre un confinement officiel pour enfin me relier à cette énergie… le rythme de vie habituel n’est vraiment pas respectueux. Au printemps, je suis d’habitude fatiguée et déprimée, n’ayant pas pu hiberner et me ressourcer et ayant beaucoup de dates limites pour mon travail. Devoir assurer dans les temps en étant déconnectée et déjà sur les nerfs.

Une leçon à retenir pour l’an prochain.

Nuit du 16 juillet 2019

Par défaut

Petit coup de mou en toute fin de soirée en constatant que je n’avais pas fait de photo qui irait pour la photo du jour. Entre autres choses.

herbes sauvages sèches la nuit

Le film Yuli, projeté en avant première ce mardi 16 juillet lors du festival Danses et Musiques pour Tous à Grenade était magnifique, mais dur aussi. La violence de la misère et de la discrimination m’est toujours autant inacceptable. Et je suis du côté des privilégiés, je n’imagine sûrement pas tout en plus.

Bref. Je ferais mieux d’aller dormir.

Tard le 24 juin 2019

Par défaut

Tellement tard qu’on est déjà le 25, mais tant que je n’ai pas fermé les yeux, on reste le 24, na!

Si tu pouvais être là près de moi,

Ta main posée sur ma hanche,

Si je pouvais m’ouvrir toute à toi,

Couvrir cette page encore blanche

De mes désirs et mes envies,

Me suivrais-tu dans cette folie?

Dans ce tourbillon de vie,

Cette explosion de sensualité, aussi?

Si je pouvais être là près de toi,

Ma main sur ta joue,

Mes lèvres qui t’embrassent mille fois,

Du bonheur ça aurait le goût.

L’homme sacré

Par défaut

Je retranscris ici, sans les photos associées, l’article de Guillaume Kremmel « Je suis un Homme Sauvage, un Homme Sacré ». L »article est disponible sur son site.

Très intéressée par les mots d’un homme, car si j’explore le féminin sacré maintenant depuis quelques années, j’aimerais bien trouver un interlocuteur homme qui pourrait ma raconter son masculin sacré et que je le voie le vivre.

(Et là je me rends compte que je n’ai que peu de photos d’hommes, pas grand chose pour illustrer mon article.)

Je suis un Homme Sauvage, un Homme Sacré

 

September 19, 2016

|

Guillaume KREMMEL

 
 

Il n’est pas facile d’être Homme. Si les voies de développement du féminin sacré se répandent de plus en plus, ils sont encore timides les espaces où l’Homme peut fleurir, se découvrir et s’aimer.

L’archétype du masculin est entaché de lourdes associations. Être Homme, c’est porter dans la mémoire de son corps les croyances, égrégores, images de l’homme dominateur. C’est l’homme qui fait la guerre, l’homme qui accumule, l’homme matérialiste et non sensible, l’homme qui trompe, l’homme qui ment, …

Pourtant l’Homme est BEAU ! l’Homme est magnifique lorsqu’il ose se rencontrer dans son règne. L’Homme est MAGNIFICENCE quand il laisse sa nature Sauvage et Sacrée le dessiner dans son incarnation. Car tout comme la Femme est LUMIERE et Sacrée, l’Homme est LUMIERE et Sacré.

 

Au masculin qui se cherche. Au masculin qui s’ouvre. Au masculin qui s’ose. A ce masculin là qui cherche à rencontrer l’âme du féminin. Je te dépose ici ces mots, pour que la flamme qui nous anime messieurs, réveille en nous l’équilibre doux, puissant et subtil de l’Homme Sauvage et de l’Homme Sacré.

 » Je suis un Homme Sauvage, un Homme Sacré,

Né dans le Feu du Soleil, je me suis construit sur la Lumière d’Apollon.

Fort et Puissant comme le Lion, je suis le Guide et le Souverain,

Libre et Tendre comme le vent, je suis l’Ami et le Soutenant.

N’ayez plus peur mes dames de cette force qui est en nous,

Celle de l’Homme Vrai, de l’Homme Pure, de l’Homme Sauvage.

N’ayez plus peur mes dames de ces instincts qui nous animent,

De l’Homme Feu, de l’Homme Sauvage, de l’Homme loup.

Nous sommes dans nos coeurs des chevaliers, au service de nobles causes,

Certains d’entre nous se sont perdus dans leurs blessures, mais ne confondez plus homme et Homme,

L’Homme qui se rencontre et se révèle est Sauvage et Intense,

Il crépite, déploie sa sensualité, son animalité, vous courtise et vous attise.

Il vous respecte et vous révèle en vous soutenant, il vous inspire.

Il est l’Homme Sacré, le Roi Shiva dans toutes ses beautés.

Assertif et ferme, il ose la vulnérabilité des larmes et la magie des rires.

Il est protecteur, conscient et créatif.

Un gentleman puissant et vulnérable qui n’a plus peur d’aimer,

Un Homme libre, fier et entier qui n’a plus peur de s’affirmer.

Car l’Homme Sauvage et l’Homme Sacré sont avant tout un Homme Vrai,

Il ne cherche plus à plaire ou à être aimé.

Il s’est rencontré dans la puissance de son sexe,

et s’est accordé avec la justesse de son Coeur,

à l’âme du monde, à l’âme de l’HOMME. « 

 

A tous les Hommes en quête de Vrai, soyez Sauvages comme le Lion, soyez Sacrés comme Shiva, soyez une source d’inspiration comme le Loup chef de clan, soyez Libres comme l’Etalon.

Pour que l’Homme soit guéri, dans les yeux des femmes et dans le coeur des hommes.

 

Conscience & Amour

 

Guillaume KREMMEL.

Être une femme sauvage

Par défaut

Bon alors, c’est quoi la femme sauvage qui fait si peur, à tous, aux hommes mais aussi aux femmes? qui en fait rire d’autres: « encore un délire hippie! », « c’est quoi ça, tu fais ta crise de féminisme? »…

Non, ce n’est pas une femme qui met des plumes dans ses cheveux et qui pose dans son jardin avec son chat façon déesse de pacotille. Un peu de dérision, oui, faut pas toujours me prendre au premier degré ;-). Une femme sauvage, ça se ressent et ça se vit.

C’est une femme qui est pleinement elle, une femme qui n’a pas besoin d’un(e) partenaire, même si elle peut en avoir envie, pour se sentir complète, une femme qui est bien en sa propre compagnie, qui s’assume et qui ose surtout vivre toutes ses facettes. Qui ose notamment vivre son énergie de légèreté et de liberté, son énergie de plénitude et d’amour, son énergie de sensualité et de sexualité, son énergie de force, de sagesse. Qui connait et reconnait sa part d’ombre, le monstre, l’animal et qui n’a pas peur de s’allier à lui pour être puissante. Puissante et complète. Mais aussi vulnérable et sensible. Une femme qui accepte son féminin et son masculin.

Combien de femmes freinent leurs désirs, leurs envies, leurs souhaits, brident leurs rêves, leurs aspirations, pour convenir à l’image de la femme qu’on attend qu’elles soient. Combien se cantonnent aux qualités acceptables pour une femme: douce, gentille, réservée, serviable, généreuse… Combien attendent que leurs désirs soient pris en charge et n’osent pas l’action. Un cliché? Mais 68 passé par là? Malheureusement, non, le sexisme décomplexé actuel montre bien que les femmes ne peuvent pas être sauvages sans se faire mal voir ou agresser. Un peu difficile semble-t-il de sortir de la dualité madone/putain. C’est l’enjeu des femmes d’aujourd’hui qui veulent être elles-mêmes en totalité: trouver l’équilibre entre toutes ces facettes et prouver par leur existence assumée qu’il y a un autre chemin que cette dualité.

7juil17w_2Sans vouloir choquer qui que ce soit, je veux pouvoir être une femme d’action comme une femme d’accueil, une meneuse et une battante, comme une timide et pudique, une femme généreuse mais aussi parfois ferme sur ses limites, pleine d’entrain et souriante ou fatiguée et au bord des larmes. Tout cela sans être traitée de folle ou d’hystérique.

Et puis au passage, si les gars pouvaient aussi un peu plus ressentir et exprimer… laisser exprimer eux-aussi leur femme sauvage 🙂 Comment ça, j’en demande un peu trop?

En attendant de trouver l’équilibre, femmes et hommes, sortez respirer et contempler la lune qui prépare sa plénitude pour la nuit de samedi à dimanche, peut-être vous chuchotera-t-elle quelques secrets pour reprendre un peu de votre liberté.

Quoi que l’intérêt en ce moment, serait peut-être plutôt d’apprendre du soleil, rayonnant, brillant, dans sa pleine capacité d’action. Votre choix: le feu destructeur ou le feu élévateur et porteur? Être sauvage n’est pas incompatible avec être gentil(le).

30juil16w_1

Sauvagement,

Guillemette