Archives de Tag: pays basque

Un petit tour sur la côte

Par défaut

La semaine de mon anniversaire, fin janvier, mon amoureux m’a fait une belle surprise en m’emmenant voir l’océan atlantique du côté des Landes et du Pays Basque pour un long week-end… Je n’y étais pas retourné depuis septembre 2018, il y a bien trop longtemps! C’était un magnifique cadeau. Merci merci du fond du coeur!

Arrivée à Seignosse le jeudi, temps couvert, pas très chaud, mais c’est beau la plage en hiver!

Photos au téléphone pour cette première sortie. Test des filtres proposés par Fedilab, l’application dont je me sers pour poster sur Mastodon depuis mon téléphone, ambiance très particulière…

Le vendredi, nous avons pris notre temps, et j’en avais vraiment besoin. La semaine précédente avait été très intense tant au niveau de l’emploi du temps que de l’émotionnel et il me fallait vraiment décompresser en respectant mon rythme super lent sans mettre 10.000 choses à voir ou à faire.

Sortie à la plage d’Ilbarritz à Bidart, plage que j’aime particulièrement et dont j’ai déjà posté des photos ici plusieurs fois.

Je n’ai pas pu m’empêcher de tremper les pieds, et ce n’étais même pas si froid que ça…

Oui, j’adore l’océan et je retrouve mon âme d’enfant à jouer avec les vagues!

Retour par Biarritz, vue nocturne sur la baie depuis le phare, passage à la maison de mes grands-parents à Anglet, rachetée par la mairie pour construire je ne sais quoi pour l’aéroport, mais elle n’était pas encore démolie. J’ai fait un dernier tour dans le jardin qui a accueilli tant et tant de mes journées depuis mon enfance… nostalgie… Ca fait vraiment bizarre de voir la maison fermée et vide et de savoir qu’elle ne sera bientôt plus là. Toute une partie de mon histoire qui ne restera plus que dans mon coeur et mes souvenirs.

Samedi nous sommes partis du côté de Saint-Jean de Luz en passant par Arcangue pour son cimetière-jardin sur la colline avec très belle vue sur la campagne. Il y a aussi une collection de vieilles stèles que j’aime par leur simplicité.

C’est aussi là qu’est enterré Luis Mariano. Si jamais il y a des fans dans la salle…

A Saint Jean de Luz nous avons commencé par la baie avant de gagner le centre ville et le port. C’est toujours aussi charmant. Je ne m’en lasse pas.

Le temps était couvert et la lumière de cette fin d’après-midi perçait un peu façon lumière divine ce qui donnait une ambiance un peu lourde et lumineuse à la fois.

Sur le port, j’ai trouvé cette inscription plutôt rigolote, parce que je vois de suite le détournement à faire, le travail c’est dangereux! Un détournement de fainéante. Même si finalement, parfois c’est malheureusement vrai.

Après un passage obligé chez la maison Adam célèbre pour ses macarons très particuliers et un bon restaurant (ah ben oui, c’était pour mon anniversaire!), nous avons goûté à la fraicheur de la nuit le long de la baie et essayé quelques jeux de lumière dont il ne reste finalement qu’une photo.

Encore une chouette journée.

Dimanche, pas possible de trainer autant que les autres jours, il fallait rentrer pas trop tard, mais on a quand même fait une chouette balade au soleil sur la plage de Seignosse et, franchement, c’était le printemps! Le printemps pour mon anniversaire, on ne me l’avait encore jamais faite, celle là!

Il faisait doux, j’ai passé une bonne heure pieds nus, dans l’eau ou sur le sable mouillé, sans avoir froid aux pieds.

Quelle belle façon de terminer ce long week-end! Merci, merci, merci pour cette escapade!

Il faudra revenir, il reste plein de choses à voir…

(les quelques photos où j’apparais ont été prises par l’amoureux, merci <3)

Pays Basque jour 3

Par défaut

Dernier jour au Pays Basque lundi, pendant que certains font leur rentrée, on me fait visiter Labastide Clairence, une bastide du 16ème siècle toute mignonne, , une commune avec une politique d’accueil des artisans d’art depuis 30 ans. L’un des plus beaux villages de France.

3sept18w_13sept18w_2

C’est un village construit le long d’une rue. Tout en haut de la rue, l’église Notre Dame de l’Assomption, bordée de tombes sous les arceaux, étonnant. Une église basque large aux galeries sur trois étages, comme c’est souvent le cas.

3sept18w_3

Un village qui a accueilli une dynamique communauté juive pendant 200 ans (1500 à 1700 je crois), qui fuyait l’inquisition espagnole, aujourd’hui il en reste le petit cimetière israélite qui a une belle vue.


3sept18w_4

Nous avons mangé au restaurant Les Arceaux, qui fait aussi presse, sur la place du même nom, l’assiette complète de l’entrée au dessert composée exclusivement de produits locaux fermiers, une assiette labellisée (mais quoi et par qui, je ne sais plus). De fait c’était vraiment bon.

3sept18w_5

Sur la fontaine juste à côté, ce dessin gravé par l’un des artisans d’art installés à Labastide Clairence, représentant un arbre de vie avec des racines évoquant la présence de la communauté juive sur le village, une menorah (à l’envers).

3sept18w_6

Peu d’ateliers d’artisans étaient ouverts en ce lundi, mais il y en a une bonne quinzaine sur le village, et vu sa (petite) taille, c’est remarquable! Un festival d’art de la rue a lieu fin septembre aussi. Ça fait plaisir de voir un village qui vit, d’une part, et que ce soit en bonne partie grâce à l’art.

Dans cette bastide se trouve aussi le plus vieux trinquet du monde encore en activité. En effet, l’une des bâtisses traditionnelles dans la rue principale abrite bien un trinquet encore utilisé aujourd’hui comme en atteste les vestiaires tous neufs! Le bois a été daté du début 16ème siècle, les dalles au pied des murs seraient d’origine. Il était vide quand nous l’avons visité, ce qui m’a permis de faire des photos sur le terrain, il y avait une belle ambiance.

3sept18w_73sept18w_83sept18w_9

Et il semblerait que les joueurs aient le sens de l’humour (à défaut du sens d’une communication efficace, jaune sur blanc, c’est dur à lire!).

 

Après être passées voir l’abbaye de Bellocq un peu à l’extérieur du village, nous nous sommes quittées et j’ai pris la route du retour, mais en faisant un détour par L’hôpital Saint-Blaise, un tout petit village qui abrite une église romane du 12ème siècle très particulière, au style hispano-mauresque, classée aux monuments historiques et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Petite, contrastée entre l’extérieur principalement gris et le portail jaune, à l’intérieur très doux et très sombre.

3sept18w_113sept18w_12

Et voilà, cette fois-ci c’était vraiment fini, j’ai repris la route sans m’arrêter, pour du tourisme en tous cas, jusqu’à la maison. Mais j’ai eu encore de beaux points de vue sur les Pyrénées.

 

Pays Basque jour 2

Par défaut

Je n’ai pas réussi à me lever tôt ni à arriver à la Rhune avant que le soleil n’écrase tout. Tant pis. Et je prendrai des couleurs…

Toujours pas de rando pour moi, comme déjà dit dans mon article précédent sur cette journée, alors ce sera la folie du jour, prendre le petit train à crémaillère de 1924, d’origine!

Vue sur la baie de St Jean de Luz (photo 2) et plus haut sur la côte on aperçoit les plages de la chambre d’amour, Anglet (photo 3).

Là ce n’est que le côté français.

2sept18w_12sept18w_22sept18w_32sept18w_4

 

En haut, le panorama est magnifique, même si ce n’est pas de la haute montagne.

J’aime bien voir les silhouettes minuscules des humains face à la montagne. Il y a plein de piles de pierres, certains ont dû bien s’amuser, mais c’est même un peu trop, je ne savais plus où mettre les pieds! Vue du côté espagnol, parce que d’un côté c’est la France, de l’autre c’est l’Espagne. Et les ventas et le relais télé perchés au sommet…

2sept18w_52sept18w_62sept18w_72sept18w_8

 

Courte promenade, je prends le dernier train de retour du midi, je ne préfère pas cramer au soleil de la mi-journée ni dépenser encore plus de sous dans les restaurants.

Le petit train à crémaillère, d’époque, roule parfois à flan de ravin ou sur des pentes raides. Les paysages sont parfois mignons et parfois saisissants.

Cherchez la lune sur l’une des photos, c’était chouette d’avoir sa compagnie du début à la fin de la promenade.

2sept18w_92sept18w_102sept18w_112sept18w_12

 

Pour repartir de la Rhune et rejoindre Saint-Jean de Luz, j’évite de reprendre la route de l’aller, je décide de faire une boucle par l’Espagne en passant deux cols et la ville de Vera.

Dimanche 14-15h, la ville est déserte. L’architecture basque de ce côté de la frontière est plus… gothique, sombre. Je ne m’attarde pas, mais en cherchant mon chemin je suis quand même tombée sur ces fresques murales.

Je ne comprends pas, ça semble parler de femmes, mais j’aime bien les dessins. Et l’incontournable et pourtant pas du tout indispensable photo de pieds. Désolée 😉

2sept18w_132sept18w_142sept18w_15

 

Je m’arrête au col d’Ibardin, encore en Espagne mais juste à la frontière.

Une madeleine de Proust, car on venait ici avec mes grands parents faire des courses de produits espagnols. C’est moche tous ces magasins, mais la vue est jolie. Comme tous les Français, je fais mon plein d’essence, moins taxée. Et une pause gourmande en terrasse avec vue sur la côte française et sur la Rhune. Pas de gâteau basque, mais j’ai trouvé une alternative.

2sept18w_162sept18w_172sept18w_18

 

Dans la descente du col, dans une boucle, un parking au bord d’un ruisseau, un portillon pour aller dans la forêt, un joli coin pourtant au bord de la route.

2sept18w_192sept18w_20

Et j’arrive enfin à Saint-Jean de Luz. L’océan est si paisible dans la baie.

La plage n’est pas paisible, elle… 19h, veille de rentrée et tout le monde est encore dehors!

Découverte: debout sur une grand planche, tu rames pour avancer et te promener… je n’ai pas essayé, je fais la planche toute seule, il n’y a aucune vague, c’est parfait!

2sept18w_212sept18w_22

 

Je finis la journée sur la plage d’Ilbarritz, ma préférée avec les rochers de chaque côté. A marée basse on y trouve des petites piscines, avec les enfants c’est vraiment chouette. J’arrive juste juste pour le coucher du soleil. Les mêmes photos que la veille… Je m’attarde plus sur les rochers au sud et les teintes roses qui enveloppes les montagnes de brume au loin.

2sept18w_232sept18w_24

Cette douceur me touche au cœur. Je me rends compte que c’est la première fois que je viens seule au Pays Basque. Jusque là je venais en famille, avec des amis ou avec mon amoureux. Mais ce soir, je n’ai personne avec qui partager et cela me rend un peu triste. Les chamboulements de ma vie en ce moment me rendent peut-être aussi plus sensible.

La journée a été bien remplie, j’ai beaucoup conduit, à défaut de beaucoup marcher, il est temps de rentrer. L’amie qui m’héberge est encore levée et nous discutons un peu autour d’une tisane, elle me propose d’aller visiter avec elle Labastide Clairence le lendemain. Le programme se prépare, ce sera ma dernière halte avant le retour.

Troisième et dernier jour à suivre…

 

Pays Basque jour 1

Par défaut

Les photos du reflex!

Premier jour, arrivée en fin d’après-midi, j’ai posé mes affaires chez l’amie qui m’hébergera et direction l’océan pour baignade et coucher de soleil!

L’eau est à 23°, et comme je dis dans mon précédent article sur cette journée, je suis sur la plage des Corsaires à la Chambre d’Amour, Anglet, la marée est montante et le coefficient est à 35, parfait! On peut facilement passer les vagues qui moussent pour se laisser porter par l’océan tranquillement.

Et après la baignade, les photos!!!

 

Première série, il fait encore bien jour.

1sept18w_11sept18w_21sept18w_31sept18w_6

 

Deuxième série, quand le soleil  « entre dans l’eau ».

1sept18w_81sept18w_101sept18w_111sept18w_121sept18w_131sept18w_141sept18w_15

 

Troisième série, quand le soleil a disparu.

1sept18w_181sept18w_191sept18w_201sept18w_21

Franchement, les couleurs sont tellement magiques que c’est presque irréel, un immense cadeau de la nature qui m’a fait bien chaud au cœur!

Aaaaahhhh (soupir d’aise)…