Archives de Tag: musée

Journal photo du 23 avril 2019

Par défaut

Musée Saint-Raymond de Toulouse, exposition « age of classics », les références de l’antiquité dans la culture pop aujourd’hui. Une installation avec oeuvres d’art anciennes et contemporaines, BD, jeux vidéos, extraits de films…

Ici « The severed Head of Medusa » de l’artiste Damien Hirst, 2013.

https://saintraymond.toulouse.fr/

#photo #photodujour #journalphoto #pictureoftheday #medusa #art #expo #Toulouse #SaintRaymond #ageofclassics #antiquité #culturepop

Publicités

27 février à Venise

Par défaut

Cette fois, toutes les photos d’une journée (la deuxième seulement) dans un seul article.

Nous sommes partis le matin vers le marché du Rialto. Etant au nord, nous avons dû traverser le canal et pour ce faire, nous avons pris le traghetto, une gondole collective. Pour l’avoir fait un moins une fois. C’est assez impressionnant car c’est une barque, nous sommes vraiment au ras de l’eau et le matin, l’activité sur le canal est un peu intense, avec les vagues et tous les bateaux dans tous les sens, des bateaux plus gros…

gondolier en contre-plongée en plan américain avec palais et ciel bleu en fond
Vue sur le grand canal depuis le niveau de l'eau et au milieu du canal, grand soleil, bateaux divers

Côté marché, les légumes rivalisaient avec les poissons et les mouettes et les goélands attendaient de pouvoir chaparder quelque nourriture, pas très farouches…

Goéland de profil en premier plan et goéland de face en second plan flouté.

A côté du marché, un petit café très fréquenté et recommandé par le routard. Oui, j’ai fait ma touriste tout le long avec mon guide du routard dans la poche du manteau, mais ça a donné lieu à une blague au long cours sur toute la semaine. Je me suis bien fait chambrer.

Cherchez Raymond 🙂

Passage obligé sur le pont du Rialto avec une très belle vue sur le grand canal. A gauche puis à droite. Remarquez la banderole au-dessus du restaurant sur la vue du côté droit…

Après cela, nous reprenons le vaporetto pour nous rendre à Ca’Rezzonico, un palais avec meubles et oeuvres d’art. Dans le vaporetto, des costumés, étranges au milieu des quidams…

portrait serré sur un masqué costumé or et rouge.
Une personne masquée et costumée en arrière plan, avec couvre chef genre plumeau noir et rouge, des gens normaux dans le vaporetto en premier plan.

Au palais Ca’Rezzonico, beaucoup de toiles de Tiepolo et des meubles et une déco chargée… Ce qui m’a le plus plu, ce sont les fresques de la maison de campagne de la famille Tiepolo peintes par le fils. C’est plus simple, léger, frais, lumineux… Miss n°2 passait par là, exactement dans les tons…

Portait d'une jeune fille en orange et marron devant une fresque de vie de ville de Tiepolo fils dans les jaunes, oranges et marron.

Et la vue sur la ville depuis le dernier étage du palais sous les toits.

Vue sur Venise depuis le dernier étage d'un palais, un canal, un campaile, beaucoup de soleil, ciel très blanc, teinte orangée sur les bâtiments.

Et d’en bas…

Vue depuis un pont sur un canal étroit avec un campanile en arrière plan, ciel blanc de lumière.

Juste à côté, une boutique fabriquant et vendant masques et chapeaux connue. Miss n°1 y essaie un magnifique chapeau à plume. Elle ne se reconnait pas sur la photo. Je trouve que ça lui va très bien.

Portrait d'une jeune femme avec un chapeau haut de forme surmonté d'un bouquet de plumes roses.

En prenant le chemin du musée Fortuny, nous passons à nouveau sur un pont au dessus du grand canal sur lequel une équipe s’entraine pour une course de gondoles? barques? j’avoue que je ne sais pas bien. Mais les couleurs vont bien!

Une barque sur le grand canal vue d'un haut avec 5 rameurs dans des tons verts et noir.

La période du carnaval c’est aussi des artistes dans les rues, sur les places, et au détour d’une ruelle, nous tombons sur ce duo hang et bol tibétain. Le joueur de « handpan » s’appelle Wesley Zanella, on le trouve sur facebook et instagram.

Joueur de hang en action en plan sur le haut du corps.
Joueuse de bol tibétain assise en tailleur maquillage et look ethnique.

Nous arrivons enfin au musée Fortuny. Trois étages. Au rez-de-chaussée l’exposition « Futuruins » dans une ambiance « archéologique » à très faible luminosité. Au premier des oeuvres et objets dans tous les coins du sol au plafond dans une mise en scène très « cabinet de curiosités », peu de lumière, des beaux tissus aux murs, une thématique apocalyptique, des canapés géants pour s’asseoir et vivre l’ambiance. Sombre et beau à la fois.

Au second étage, un grand plateau principal aux murs bruts, comme en chantier, des couleurs pastels, un peu plus de lumière mais toujours tamisée… Dans une petite pièce attenante, un gros livre avec toutes les dates de fin du monde annoncées, marrant.

Clin d’oeil que je prends pour de l’autodérision.

Et un petit jeu de reflets à la boutique du musée…

Nous prenons le chemin du retour, encore une journée bien remplie. Dans les rues ou sur les places ou les quais, on peut voir des planches et des pieds entreposés, prêts à être montés en chemin en hauteur pour se déplacer les pieds au sec lors des eaux hautes.

Sur l’une des places que nous traversons, je vois ces tâches orange qui rappelle la lumière de fin de journée.

Enfin, la nuit tombée, je m’essaie à la pose longue en marchant pour des effets de mouvement et de lumière plutôt abstraits.

Nous faisons nos courses du jour dans un supermarché logé dans un théâtre. Etonnant. Un peu dommage que la consommation ait remplacé la culture. Mais ça nous arrange aussi, car c’est près de l’appartement. Et pour terminer la journée, je pose l’appareil sur un pont en pierre. Une autre pose longue, mais stabilisée celle-ci, pour une photo de canal la nuit.

Paisible, non? Le contraste avec le matin est flagrant.

Encore une journée où on en aura pris plein la tête.

Auchan et à la ville

Par défaut

Oui d’accord, mon jeu de mot est assez pourri… Mais bon… Donc, samedi 4 novembre, ma dernière journée de tourisme à Kiev, déjà, a commencé par une virée à Auchan, et oui. En Ukraine, on dit « achane ». À chaque fois que je demandais où je pourrais acheter tel ou tel produit, mes amis me répondaient à Auchan, alors j’avais hâte de voir ça! Pourquoi ils apprécient? pour la qualité de l’accueil et du service français. Entreprise française mais produits ukrainiens et un peu à la façon ukrainienne, à n’en pas douter! 

Par exemple, le rayon des gâteaux frais (et beaucoup à la crème) est impressionnant et ce qui me plaît beaucoup ce sont les boîtes en carton décorées, bien plus jolies que les boîtes en plastique transparentes en France…

Le rayon des poissons séchés ou salés ou fumés, c’est toute une vitrine de 10m de long… j’ai filmé d’ailleurs pour qu’on se rende compte. Prochainement sur vos écrans 😉

Les céréales et féculents sont en vrac, les bons et biscuits aussi… Les photos sont dans mon reflex. Je trouve ça plutôt bien le vrac. J’ai passé pas mal de temps au rayon des tisanes des Carpates et trouvé le chocolat à bulles qu’on m’a demandé de rapporter. 

En repartant, nous sommes passés chez Roshen, un magasin de la firme du Président qui font est homme d’affaires ici aussi, pour acheter un gâteau kievien, spécialité donc locale, à la meringue, à la crème sans doute au beurre et aux noix. Assez délicieux. J’adore le design de la boîte!

C’était ma photo du jour… Petite pause café entre Auchan et le centre ville.

Je repars avec Vera et comme elle travaille, elle me laisse  dans le métro et cette après-midi, je l’ai passée seule. Entre la place de Léon Tolstoï et la place de l’indépendance (Maidan). 

Première étape, un hôtel particulier qui appartenait à un couple de collectionneurs, Bogdan et Varvara Khanenko et dont on visite la collection d’art occidental. On peut aussi prendre un billet pour visiter le musée d’art oriental qui communique par l’intérieur avec l’hôtel particulier, les deux bâtiments sont côté à côte. J’ai beaucoup aimé la maison, la déco est d’origine, c’est chargé, mais ça porte une histoire. Il y a des photos d’époque des pièces de la maison au début du 20eme siècle, une vraie maison de collectionneurs d’art !

Tous les plafonds sont décorés.

Dans la partie musée oriental, la maison n’avait rien de particulier. J’ai pris quelques photos, mais pas de la sculpture en ivoire d’une sauterelle sur un chou chinois qui était magnifique. Mais avec seulement le téléphone comme appareil, ce n’était pas évident. En plus je devais me mettre de côté pour éviter les reflets…

En sortant je me suis promené un moment dans le parc, où j’ai fait des photos d’enfants attrapant les bulles de savon géantes faites par un monsieur et d’autres choses. Elles sont dans le reflex. C’est dans ce parc que j’ai trouvé deux cabines téléphoniques bleues! Plus que des cabines, ce sont des postes protégés par une moitié de bulle en plastique bleu. C’est tellement chouette les cabines téléphoniques, un lieu d’expressions diverses 😁

J’ai décidé de suivre mon envie et de descendre vers le marché de Bessarabka. Et en chemin, j’ai trouvé cette pub de trottoir. Il y en a pas mal peintes au pochoir sur les trottoirs. Là, ce sont pour des massages.

Et finalement, je me suis arrêtée bien avant Bessarabka, car je suis passée devant le musée national Taras Chevtchenko sur la grille duquel était cette affiche pour une exposition de portraits d’actrices françaises. 

J’ai décidé d’aller jeter un coup d’oeil vite fait, je n’étais pas à Kiev pour des actrices françaises quand même ! Sauf que… Ben le bâtiment m’a attrapée… Une grande verrière accolée à l’immeuble ancien, ça a éveillé ma curiosité, je suis entrée. A priori j’aime bien le mélange architectural de l’ancien et du contemporain.

L’endroit était grand, clair, les portraits me faisaient de l’oeil, le ticket n’était qu’à 25 hrivnas…. j’en ai pris un, bien  m’en a pris!

Là on voit bien comment la verrière s’adosse au bâtiment ancien.

Première expo, les portraits d’actrices par la photographe Kate Barry, exposition proposée par l’Institut Français de Kiev. Je ne connaissais pas (oui, je sais, je n’ai pas de culture) et j’ai trouvé très beau et émouvant. Mes préférés parmi les exposés.

Puis deuxième expo, un peintre ukrainien de la deuxième moitié du 20eme siècle, Ivan-Valentin Zadorozhna. Pas évident de trouver quelque chose sur lui sur Internet… Seulement cette page où on peut choisir la langue avec Google traduction: http://boryviter.etnoua.info/novyny/ivan-valentyn-zadorozhnyj-halereya-tvoriv/

Son style coloré m’a bien plu.

Et puis bon, au musée Taras Chevtchenko, il y a évidemment tout un étage consacré à cet artiste ukrainien du 19eme siècle. Un grand grand étage. L’exposition est très agréable.

J’ai surtout aimé ses aquarelles et dessins. 

Ce dessin est de 1843, sépia sur papier, et je le trouve particulièrement moderne. L’histoire de cet artiste est un peu triste. Orphelin d’un milieu modeste à 11 ans, il devient esclave d’un artiste pas vraiment philanthrope. Remarqué par un groupe d’artistes, l’un d’entre eux peindra et vendra un tableau juste pour racheter le servage de Taras Chevtchenko. Prolifique, il mourra néanmoins à 47 ans. Si j’ai bien compris 🙂 Belle exposition de ses peintures à l’huile et aquarelle, dessins, poèmes, lettre, etc…

Une fois ma visite terminée, poussée vers la sortie par le personnel car il est l’heure, je rejoins la station de métro Maidan en remontant un bon morceau du Khrechiatyk, la très grande avenue centrale de Kiev. Là c’est plutôt une enfilade de magasins internationaux. 

(Dans une flaque, photo retournée)

Mais dans les passages souterrains et notamment au niveau des stations de métro on trouve aussi toutes ces petites boutiques semblables à celles dans les cabanons hors du centre ville (pas les centres commerciaux souterrains modernes, mais ceux qui ne paient pas de mine et où les gens d’ici peuvent aussi acheter). Là on y trouve des articles ukrainiens, notamment les « souvenirs », pour un prix plus que correct. 

On trouve aussi, entre ces boutiques souterraines et l’entrée du métro, un piano en libre service. Les gens que j’ai vu y jouer sont des habitués à qui ont peut donner quelques hrivnas… L’un est même venu avec sa sono branchées sur sa tablette pour faire boîte à rythme 🙂 

Et voilà la journée terminée, dernier repas entre amis, demain je repars à midi… Alors on fait péter le champagne ! Mais champagne ukrainien demi-doux. 

Et le défi du soir avant de dormir consiste à tout faire rentrer dans la valise du retour… 

J’ai réussi, puisque là je suis chez moi, dimanche soir, avec tous mes cadeaux. Un immense merci à Vera et Ilia. Et j’espère à bientôt, il y a encore plein de choses que je n’ai pas vues!

À suivre pour les photos du reflex très prochainement.