Archives de Tag: montagne

Pays Basque jour 2

Par défaut

Je n’ai pas réussi à me lever tôt ni à arriver à la Rhune avant que le soleil n’écrase tout. Tant pis. Et je prendrai des couleurs…

Toujours pas de rando pour moi, comme déjà dit dans mon article précédent sur cette journée, alors ce sera la folie du jour, prendre le petit train à crémaillère de 1924, d’origine!

Vue sur la baie de St Jean de Luz (photo 2) et plus haut sur la côte on aperçoit les plages de la chambre d’amour, Anglet (photo 3).

Là ce n’est que le côté français.

2sept18w_12sept18w_22sept18w_32sept18w_4

 

En haut, le panorama est magnifique, même si ce n’est pas de la haute montagne.

J’aime bien voir les silhouettes minuscules des humains face à la montagne. Il y a plein de piles de pierres, certains ont dû bien s’amuser, mais c’est même un peu trop, je ne savais plus où mettre les pieds! Vue du côté espagnol, parce que d’un côté c’est la France, de l’autre c’est l’Espagne. Et les ventas et le relais télé perchés au sommet…

2sept18w_52sept18w_62sept18w_72sept18w_8

 

Courte promenade, je prends le dernier train de retour du midi, je ne préfère pas cramer au soleil de la mi-journée ni dépenser encore plus de sous dans les restaurants.

Le petit train à crémaillère, d’époque, roule parfois à flan de ravin ou sur des pentes raides. Les paysages sont parfois mignons et parfois saisissants.

Cherchez la lune sur l’une des photos, c’était chouette d’avoir sa compagnie du début à la fin de la promenade.

2sept18w_92sept18w_102sept18w_112sept18w_12

 

Pour repartir de la Rhune et rejoindre Saint-Jean de Luz, j’évite de reprendre la route de l’aller, je décide de faire une boucle par l’Espagne en passant deux cols et la ville de Vera.

Dimanche 14-15h, la ville est déserte. L’architecture basque de ce côté de la frontière est plus… gothique, sombre. Je ne m’attarde pas, mais en cherchant mon chemin je suis quand même tombée sur ces fresques murales.

Je ne comprends pas, ça semble parler de femmes, mais j’aime bien les dessins. Et l’incontournable et pourtant pas du tout indispensable photo de pieds. Désolée 😉

2sept18w_132sept18w_142sept18w_15

 

Je m’arrête au col d’Ibardin, encore en Espagne mais juste à la frontière.

Une madeleine de Proust, car on venait ici avec mes grands parents faire des courses de produits espagnols. C’est moche tous ces magasins, mais la vue est jolie. Comme tous les Français, je fais mon plein d’essence, moins taxée. Et une pause gourmande en terrasse avec vue sur la côte française et sur la Rhune. Pas de gâteau basque, mais j’ai trouvé une alternative.

2sept18w_162sept18w_172sept18w_18

 

Dans la descente du col, dans une boucle, un parking au bord d’un ruisseau, un portillon pour aller dans la forêt, un joli coin pourtant au bord de la route.

2sept18w_192sept18w_20

Et j’arrive enfin à Saint-Jean de Luz. L’océan est si paisible dans la baie.

La plage n’est pas paisible, elle… 19h, veille de rentrée et tout le monde est encore dehors!

Découverte: debout sur une grand planche, tu rames pour avancer et te promener… je n’ai pas essayé, je fais la planche toute seule, il n’y a aucune vague, c’est parfait!

2sept18w_212sept18w_22

 

Je finis la journée sur la plage d’Ilbarritz, ma préférée avec les rochers de chaque côté. A marée basse on y trouve des petites piscines, avec les enfants c’est vraiment chouette. J’arrive juste juste pour le coucher du soleil. Les mêmes photos que la veille… Je m’attarde plus sur les rochers au sud et les teintes roses qui enveloppes les montagnes de brume au loin.

2sept18w_232sept18w_24

Cette douceur me touche au cœur. Je me rends compte que c’est la première fois que je viens seule au Pays Basque. Jusque là je venais en famille, avec des amis ou avec mon amoureux. Mais ce soir, je n’ai personne avec qui partager et cela me rend un peu triste. Les chamboulements de ma vie en ce moment me rendent peut-être aussi plus sensible.

La journée a été bien remplie, j’ai beaucoup conduit, à défaut de beaucoup marcher, il est temps de rentrer. L’amie qui m’héberge est encore levée et nous discutons un peu autour d’une tisane, elle me propose d’aller visiter avec elle Labastide Clairence le lendemain. Le programme se prépare, ce sera ma dernière halte avant le retour.

Troisième et dernier jour à suivre…

 

Publicités

L’eau à la bouche

Par défaut

Quelques photos prises au téléphone pour cette journée montagne et mer, tellement peu, y en a plein dans mon appareil photo, mais faut attendre…

Ascension de la Rhune grâce au train à crémaillère puisque pas de rando pour moi pour le moment.

Un petit tour à Ainhoa, puis en Espagne par deux cols pour ne pas prendre la même route pour rejoindre Saint-Jean-de-Luz.

Baignade dans la baie, l’eau est tellement calme qu’on voit les pieds et qu’on peut faire la planche!

Repartir vers le nord pour le coucher de soleil sur l’océan (pas possible dans la baie de Saint-Jean-de-Luz).

Atterrir à Ilbarritz, MA plage, et être encore une fois subjuguée par la douceur des couleurs.

Bonne rentrée, moi je reviendrai… plus tard…

Le chemin des chèvres

Par défaut

Après notre descente sur la Garonne le dimanche matin et un repas bien mérité à St Bertrand de Comminges, nous sommes parties pour une petite randonnée en montagne au-dessus de Luchon. Elle était indiquée facile, c’était presque la première rando en montagne, on n’avait que la fin d’après-midi, donc, cela semblait parfait.

Il s’agit de la randonnée 21, le chemin des chèvres, entre L’Hospice de France et la cabane de Campsaure. Niveau de difficulté le plus bas, 1 sur 4. Le lac d’Oô que j’avais fait la semaine précédente est niveau 2 sur 4. J’avoue, je ne comprends pas trop comment ça fonctionne pour les niveaux de difficulté. D’accord, le chemin des chèvres est vraiment une randonnée plus courte, mais par contre elle est plus raide et le chemin est très étroit et poussiéreux, donc glissant. Tu glisses, tu peux tomber dans la pente direct. De mon point de vue, ces éléments rendent la balade plus difficile bien que plus courte. Heureusement pour nous, il a plu, le chemin a été mouillé et donc nous glissions un peu moins dans la poussière à la descente. Il y a eu quelques chutes quand même et quelques tensions musculaires le soir et le lendemain.

 

 

Sinon, et bien c’était encore une fois très beau. Comme nous ne sommes pas des habituées, nous ne sommes pas du tout blasées, peut-être ça facilite l’émerveillement. En haut nous avons trouvé des chevaux près de la cabane de Campsaure, pas farouches du tout, et aussi un vent bien frais qui ne nous a pas laissé nous attarder…

 

La route du retour fut assez silencieuse, je crois que la journée avait été riche en émotion et en grand air et en eaux diverses, nous avons été purifiées ^^

Je ne sais pas si les demoiselles voudront remettre ça, moi j’aimerais bien, sinon sans elles…

 

Virée dans le Comminges, jour 3

Par défaut

18aout17w_1

Pour ce dernier jour, il ne s’agira pas tant du Comminges que des étapes du retour chez moi. Au réveil au camping de Luchon, je ne savais toujours pas vraiment ce que j’allais faire. J’ai regardé la carte routière, la carte des randonnées, les guides… Au final, la fatigue d’une deuxième courte nuit me décida à prendre tranquillement le chemin du retour, en faisant autant d’arrêts que nécessaire pour me sentir encore en vacances.

Je ne me souviens plus dans quel village je me suis arrêtée en premier pour voir la chapelle romane Saint-Julien. Ce que j’apprécie dans l’art roman en plus de la forme des arcs que j’ai toujours préférés complètement arrondis, c’est la sobriété. Quand c’est associé avec des peintures de cette époque à l’air naïf, je suis aux anges. Bon, je n’ai pu qu’en faire le tour, trouver porte close et repartir. Arrêt suivant à Mauléon-Barousse avec sa pompe à essence et sa borne Michelin d’un autre âge. Enfin, troisième arrêt sur les berges de l’Ourse, parce que le nom peut tellement s’accorder avec mon humeur solitaire que j’apprends à respecter de plus en plus. C’était un clin d’oeil.

 

L’étape suivante me pris plus de temps. Je m’arrêtai au village de Bramevaque pour y visiter le château des comtes du Comminges, château en ruines à l’exception du donjon, conservé et même restauré pour le toit, par des chantiers internationaux de bénévoles qui campaient là. Pour arriver au château, il faut monter à travers une forêt très moussue dans laquelle je me sentis d’abord suspecte, puis enfin accueillie. Etonnant, mais j’ai aimé et je suis restée quelque temps, à juste être là. Les ruines aussi offraient une ambiance assez particulière, ainsi qu’une très belle vue sur les montagnes et le village en contrebas. Les nuages descendirent sur les montagnes à la fin de ma visite, comme l’avant-veille à Saint-Bertrand de Comminges, et la bruine me pressa de regagner la voiture et continuer mon chemin.

 

Je décidai de ne pas prendre l’autoroute, mais de traverser tout droit la campagne, par St-Gaudens, Boulogne sur Gesse, les gorges de la Save, Lombez… Je n’avais pas décidé de m’arrêter à Saint-Gaudens, mais en passant, le panneau « Chapelle Sain-Jacques – Centre d’art contemporain » attira mon attention. Ce fut un petit détour dans la ville. L’exposition présentait les peintures de Benoît Bonnemaison-Fitte, un artiste vivant à Aurignac, et ne m’enchanta guère, mis à part deux tableaux. Mais le lieu me plut, il me faudra suivre l’actualité des expositions. Le centre d’art est géré par une association et travaille parfois avec les Abattoirs à Toulouse.

 

Je ne m’arrêtai au bord de la Save, au début de la départementale aujourd’hui fermée à la circulation et donc dédiée aux piétons et cyclistes, seulement pour grignoter au calme. L’heure de retrouver mes filles approchaient, j’avais juste le temps pour un arrêt supplémentaire que je choisis de faire à Lombez. Je n’avais jamais mis les pieds dans cette ville. Je fus très agréablement surprise par la vieille ville et la cathédrale, au charme désuet, et où je découvris que j’avais les mêmes initiales que Sainte-Germaine!

 

Au lavoir, je trouvai, comme à Saint-Clar, un « parcours » street art. Je le suivis un peu, jusqu’à la médiathèque qui abrite aussi la maison de l’écriture au premier. Une expo intéressante, des mots d’enfants rigolos, mes vacances se terminent en poésie et j’adore ça!

 

Le voyage commence au coin de la rue.

 

 

Virée dans le Comminges, jour 1

Par défaut

Au prétexte d’une amie non-véhiculée à conduire à Saint-Girons, j’ai décidé mardi après-midi de partir le lendemain faire un tour dans les Pyrénées. Diverses choses s’étant annulées, j’avais 3 jours devant moi, l’occasion m’était donnée, je l’ai saisie.

N’ayant aucune idée d’où me conduiraient ces vagabondages, j’ai pris la tente, le matelas, les duvets, quitte à dormir dans la voiture, mais en me disant qu’un simple petit emplacement de camping, ça se trouve facilement au dernier moment. Au moment où j’aurais décidé de l’endroit où passer la nuit, vers 19h…

16aout17w_2

Mercredi matin, nous voilà parties, mon amie que je dois déposer à Saint-Girons et moi. Je pensais faire un tour du côté d’Aulus les Bains après l’avoir déposée, et la promenade jusqu’à la cascade d’Ars, mais le temps avait décidé de ne pas être de mon côté.

Je trouvais dommage de me balader en montagne entourée de nuages et sans visibilité sur les paysages. Aussi, j’ai décidé de faire demi-tour et d’aller, enfin, visiter St Bertrand de Comminges.

Quelques kilomètres avant d’arriver, je suis passée sur la Garonne, et je me suis trouvée toute étonnée de la voir si petite, une rivière de montagne. J’ai voulu m’arrêter pour faire quelques photos, il y avait une base nautique pour faire du kayak et du canoë, la base nautique de Valcabrère. J’ai demandé la permission de me garer sur leur parking, deux gars m’ont très gentiment dit oui, que je fasse comme bon me semblait, et quand ils ont vu mon appareil, ils m’ont demandé si c’était pour un magazine ou un reportage, si j’étais pro, parce qu’ils aimeraient bien avoir de jolies photos pour leur site et leur page facebook. Alors, je leur ai proposé de leur donner les photos que j’aurais prises et j’en ai pris un peu plus que juste pour moi 🙂  A priori, j’ai gagné en échange une promenade sur l’eau pour une prochaine fois pour aller faire des photos depuis le bateau à de jolis endroits sur la Garonne… Mais je n’ai pas pu en profiter durant ces 3 jours, j’espère qu’ils s’en souviendront!

La Garonne est bien mignonne à cet endroit et j’ai même mis les pieds dedans, comme dans une simple petite rivière.

J’ai parcouru les quelques kilomètres restant pour arriver à Saint-Bertrand de Comminges. J’avais imaginé une ville, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai découvert un petit village, à moitié au sommet de la colline sur fonds de montages, à moitié au pied de la colline dans une vallée fort jolie. Les nuages de bruine accrochés aux montagnes en fond de vallée et derrière le village donnaient à l’ensemble un certain charme.

Ma balade dans la ville haute m’a mené à visiter la cathédrale Notre-Dame ou Sainte-Marie avec le cloître et le jardin ouverts sur la montagne ainsi que les deux expositions photographiques proposées dans le cadre du festival de photo MAP Toulouse.

J’ai beaucoup aimé la vue du cloître et du jardin sur la montagne brumeuse. Le jardin n’était pas grand, à la taille de la « ville », mais adorable avec notamment ce poirier qui débordait par-dessus le mur d’enceinte. La cathédrale m’a touchée par sa sobriété au niveau des murs, rehaussée par des peintures uniquement sur les clefs de voûte. Ce qui était étonnant et quelque peu impressionnant, c’est cette « église à l’intérieur de l’église » formée par les stalles en bois. Très ouvragées, des détails m’ont bien plus, surtout les gravures végétales dans le bois. Et aussi l’orgue, comme, accroché au mur dans un angle. J’ai regretté l’absence de bancs, chaises, siège quelconque pour se poser et sentir les choses.

 

Les expositions photo, l’une dans l’office de tourisme (magnifique bâtiment) et l’autre dans un musée, valent vraiment le détour. Les deux présentent le parcours de migrants traversant le Moyen-Orient et l’Europe, espérant le statut de réfugiés et une vie qui ressemble à une vie, digne et humaine. Les deux présentent des images fortes, touchantes, vivantes, belles, dérangeantes. J’ai plongé à leur côté en suivant leur exil, m’étonnant à la fin de la visite de ressortir sous la bruine de ce village avec ma nationalité française, mes yeux bleus et ma peau blanche, associés à une vie tellement désirée par tous ces humains meurtris. Privilège. La culpabilité qui pointe de ne pas leur venir concrètement en aide? Et l’actualité de ces derniers jours qui rappellent que tous les humains ne sont pas égaux, que la violence, les inégalités aigües et la douleur sont toujours meurtrières.

 

J’ajoute quelques images glanées lors de la promenade au gré des ruelles dans ce village, un peu plus de légèreté, un brin de nostalgie et de magie et toujours quelques gouttes de pluie.

 

J’ai appelé le camping au bord de la ville basse, il y avait bien sûr de la place pour moi, j’ai dû répéter deux fois que j’étais une seule personne, est-ce si rare? De mon dernier petit tour avant que je ne reste au camping m’installer et me poser, deux images. L’une de la plaine devant la camping avec cet air de « grands espaces » et l’autre du cours d’eau qui traverse la ville basse, déjà plein de feuilles mortes.

16aout17w_5516aout17w_58

Cette journée fut bien remplie et le temps maussade aura finalement apporté une touche de mélancolie poétique à l’ensemble. Jusqu’au bout j’aurais eu droit à cette atmosphère particulière, puisque j’ai planté ma tente sous un bien bel et grand arbre.

16aout17w_59

Je n’avais aucune idée en m’endormant de ce que me réservait le lendemain. J’avais la possibilité de la promenade sur la Garonne, mais pas avant 10h, et en camping, en général je suis levée tôt, mais pourquoi pas. Je voulais continuer à improviser et sentir le sens du vent. A suivre…