Archives de Tag: joie

Naissance de mon tambour de rituel

Par défaut

Il y a quelques semaines, j’ai senti que j’avais envie de jouer du tambour, du tambour de rituel ou tambour chamanique. Même si je croise cet instrument depuis des années dans les milieux alternatifs et spirituels que je fréquente, cela me laissait indifférente. Voire méfiante, car de voir pulluler les femmes au tambour dans mon réseau autour du féminin sacré me faisait l’effet d’un engouement légèrement forcé, comme un effet de mode. Je me demandais où finissaient tous ces tambours… au coeur de la vie ou sur le mur pour la déco? Une projection personnelle.

Et j’ai vécu trois expériences réjouissantes sur les dix derniers mois qui ont changé la donne. Il y a eu ce cercle de femmes chez moi à l’été 2019 où Laetitia (sophrologie, reiki, moon mother) est venue avec son tambour et où nous avons dansé sur le chant de la peau et le chant de la femme. Ce jour là, je me suis dit que je voulais savoir faire ça. Jouer du tambour et chanter en même temps. C’était magique! et c’était aussi super pratique… Oui, l’accompagnante que je suis apprécie de pouvoir agir en direct sur le tempo et la longueur de la musique pour l’adapter instantanément à ce que vit le groupe. Les musiques enregistrées que j’utilise habituellement ne me permettent pas cette adaptabilité. Mais j’ai pensé que cela serait long et difficile d’apprendre à jouer, à chanter et d’oser ensuite me lancer. Sortir ma voix chantée, c’est un peu beaucoup difficile pour moi. C’est reparti enfoui loin en moi alors que mon émotion avait été intense.

Puis il y a eu les deux après-midis de chant vibratoire avec Marina et Frédéric-Raphaël en décembre 2019 et février 2020 et j’ai adoré la séquence finale accompagnée aux tambours. Être entourée et portée par la résonance des tambours fut une expérience magnifique, magique. Il faut dire que Marina et Frédéric-Raphaël sont magnifiques eux-mêmes et franchement inspirants. J’étais convaincue. Pour tout dire, j’aimerais vivre ça un jour moi aussi, accompagner un groupe non pas seule avec mon tambour, mais en duo avec un homme, nos tambours en complémentarité. Arf, ça y est, j’ai un nouveau rêve à réaliser ^^

Pour passer à la pratique, quand j’ai voulu avoir un contact pour des cercles de tambour, ça a été trop facile, il m’a été donné direct. Alors depuis, il y a eu le confinement et donc c’est resté en suspend, mais le confinement m’a aussi permis de murir mon projet d’acquisition. J’ai demandé sur le gros rezo où acheter un tambour, j’ai reçu beaucoup de réponses mais une a particulièrement retenu mon attention: « et si tu le fabriquais ton tambour plutôt que de l’acheter? ». Ah… alors j’ai demandé où fabriquer un tambour et j’ai à nouveau eu beaucoup de réponses. J’ai eu un moment de flottement, de doute, comment allais-je faire pour choisir? Je n’avais pas 36 solutions. Écouter la certitude au fond de moi, l’intuition qui sait. Ça m’a pris à peine une seconde. Et c’est ainsi que je me suis retrouvée ce jeudi 25 juin en pays minervois dans l’atelier des tambours by Brenn, où j’ai monté et donné naissance à mon tambour en très bonne compagnie. Tout s’était parfaitement mis en place.

Je ne savais pas à quoi m’attendre, je ne projetais rien et j’ai été surprise de ressentir autant de plaisir à choisir la peau puis faire sortir de mes mains cet instrument. Il y a quelque chose qui s’est passé de magique, le lien s’est créé dès le début, je n’ai pas eu à chercher le sacré, il s’est imposé naturellement. Même si tout s’y prêtait, l’énergie du lieu, de l’accompagnant et des autres participantes, cela m’a étonnée.

Cette nuit, après la tempête et l’orage qui ont nettoyé en très grand, j’ai consacré mon tambour officiellement, bien qu’il fut déjà sacré pour moi depuis le premier contact.

Ce qui m’est venu est que ce tambour accompagnera la guérison, le soutien et la joie. J’ai demandé aux 4 éléments d’apporter leur contribution à cette intention à leur façon selon leurs qualités. L’inspiration pour l’air à l’est, la croissance pour le feu au sud, la fluidité pour l’eau à l’ouest et la force pour la terre au nord. J’ai aussi demandé la connexion et la reliance verticale à la Terre et au Ciel.

Je ne l’ai pas encore fait sonner, je n’ai pas encore fait chanter la peau, mais demain j’ai une journée un peu plus tranquille (oh… heu… bon, légèrement quand même) et j’espère bien commencer à dialoguer à haute voix maintenant que notre engagement est officialisé!

Je vais devoir sortir de ma zone de confort les prochaines semaines… Quelques traces de peur s’accrochent encore, mais j’ai également confiance. Alors j’y vais. Une nouvelle aventure commence!

Journal photo du 28 juin 2019

Par défaut

Et oui, la photo est déjà prête car je l’ai prise ce matin vers 10h! En effet, Amandine a terminé toutes ses épreuves du baccalauréat!!! Ce moment tant attendu depuis au moins 3 mois!

Portrait de jeune femme

Et maintenant, ce sont les VACANCES!

Notre danse de la joie familiale

Par défaut

C’était aux vacances de printemps. Rien que de nous revoir, j’ai le sourire aux lèvres.

Parce qu’on adore partager des moments en famille, parce que Never give you up est une chanson intergénérationnelle, parce qu’on ne se prend pas au sérieux, parce qu’on aime danser n’importe comment, voici notre danse improvisée (on se suivait les unes après les autres, même si à droite y a un électron libre).

Les filles et moi an pleine danse

Cliquer sur l’image ou sur https://peertube.nogafa.org/videos/watch/80d8a41e-3aa8-4390-8f93-a4756b774186

 

Stages d’été avec Guillemette

Par défaut

Cet été je vous propose des stages de danse, de photo et une journée pour prendre un temps pour soi. Région toulousaine.

Et si vous voulez que je vienne donner un stage par chez vous, contactez-moi!

N’hésitez pas à m’écrire ou m’appeler pour plus d’info.

http://www.guillemettesilvand.fr/

Programme des stages d'été

 

Journal photo du 11 janvier 2018

Par défaut

Une journée spéciale encore pour ce mois de janvier décidément riche en émotions.

Contraste avec la semaine dernière, aujourd’hui je célèbre une naissance. Pour illustrer ce joli jour de janvier, le chêne de mon jardin en symbole de l’arbre de vie. Et j’y vois aussi un beau placenta. 

Bienvenue sur terre et beaucoup de bonheur en famille mes amis. 💟

#photo #arbre #couleurs #vie #tree #life #colors #maphoto #mywork

Être une femme sauvage

Par défaut

Bon alors, c’est quoi la femme sauvage qui fait si peur, à tous, aux hommes mais aussi aux femmes? qui en fait rire d’autres: « encore un délire hippie! », « c’est quoi ça, tu fais ta crise de féminisme? »…

Non, ce n’est pas une femme qui met des plumes dans ses cheveux et qui pose dans son jardin avec son chat façon déesse de pacotille. Un peu de dérision, oui, faut pas toujours me prendre au premier degré ;-). Une femme sauvage, ça se ressent et ça se vit.

C’est une femme qui est pleinement elle, une femme qui n’a pas besoin d’un(e) partenaire, même si elle peut en avoir envie, pour se sentir complète, une femme qui est bien en sa propre compagnie, qui s’assume et qui ose surtout vivre toutes ses facettes. Qui ose notamment vivre son énergie de légèreté et de liberté, son énergie de plénitude et d’amour, son énergie de sensualité et de sexualité, son énergie de force, de sagesse. Qui connait et reconnait sa part d’ombre, le monstre, l’animal et qui n’a pas peur de s’allier à lui pour être puissante. Puissante et complète. Mais aussi vulnérable et sensible. Une femme qui accepte son féminin et son masculin.

Combien de femmes freinent leurs désirs, leurs envies, leurs souhaits, brident leurs rêves, leurs aspirations, pour convenir à l’image de la femme qu’on attend qu’elles soient. Combien se cantonnent aux qualités acceptables pour une femme: douce, gentille, réservée, serviable, généreuse… Combien attendent que leurs désirs soient pris en charge et n’osent pas l’action. Un cliché? Mais 68 passé par là? Malheureusement, non, le sexisme décomplexé actuel montre bien que les femmes ne peuvent pas être sauvages sans se faire mal voir ou agresser. Un peu difficile semble-t-il de sortir de la dualité madone/putain. C’est l’enjeu des femmes d’aujourd’hui qui veulent être elles-mêmes en totalité: trouver l’équilibre entre toutes ces facettes et prouver par leur existence assumée qu’il y a un autre chemin que cette dualité.

7juil17w_2Sans vouloir choquer qui que ce soit, je veux pouvoir être une femme d’action comme une femme d’accueil, une meneuse et une battante, comme une timide et pudique, une femme généreuse mais aussi parfois ferme sur ses limites, pleine d’entrain et souriante ou fatiguée et au bord des larmes. Tout cela sans être traitée de folle ou d’hystérique.

Et puis au passage, si les gars pouvaient aussi un peu plus ressentir et exprimer… laisser exprimer eux-aussi leur femme sauvage 🙂 Comment ça, j’en demande un peu trop?

En attendant de trouver l’équilibre, femmes et hommes, sortez respirer et contempler la lune qui prépare sa plénitude pour la nuit de samedi à dimanche, peut-être vous chuchotera-t-elle quelques secrets pour reprendre un peu de votre liberté.

Quoi que l’intérêt en ce moment, serait peut-être plutôt d’apprendre du soleil, rayonnant, brillant, dans sa pleine capacité d’action. Votre choix: le feu destructeur ou le feu élévateur et porteur? Être sauvage n’est pas incompatible avec être gentil(le).

30juil16w_1

Sauvagement,

Guillemette