Archives de Tag: jardin

Beltane en confinement

Par défaut

Nous aurions dû nous retrouver ce samedi 9 mai pour célébrer Beltane. Deuxième fête de la roue de l’année en confinement. Deuxième célébration en solitaire donc. C’est quand même moins bien qu’avec mes amis de la clairière de La Sente de l’Awen.

Beltane, la fête de l’Union du Dieu et de la Déesse, du masculin et du féminin, du yin et du yang. Union célébrant la sexualité, l’amour, la puissance de vie, la création. C’est l’entrée dans la saison claire, dans l’été. La matérialisation de plus en plus évidente et claire du travail intérieur de la saison sombre.

Traditionnellement, pour cette fête, les femmes confectionnent des couronnes de fleurs. J’ai donc fait une cueillette aux alentours proches. Et j’ai tressé chêne, lierre, romarin, thym, herbes sauvages et fleurs ensemble.

De leur côté les hommes s’occupent de trouver un mat, le « mat de mai » pour le planter au milieu du cercle. Cela peut être un arbre, un grand mat, ou un bâton si on ritualise en petit groupe avec un petit espace. J’ai demandé la participation de l’amoureux qui a bien voulu planter le mat dans un espace où nous trouvions tous les deux qu’il serait bien, vu que chez moi je n’ai pas de cercle de rituel. Hum… peut-être qu’il va falloir que j’en trouve un.

Ensuite les femmes passent la couronne autour du mat et l’y accroche. Ils resteront ainsi jusqu’au solstice d’été où ils seront brûlés dans le feu sanctificateur. C’est ainsi que ça se passe habituellement dans notre clairière. N’hésitez pas à aller voir les articles des années précédentes à ce sujet grâce à l’outil de recherche à droite.

Puis nous passons entre deux feux. Les feux sont symbole de protection, de puissance, et traverser au milieu est pour moi comme passer la porte de l’été en me chargeant de la force et de la puissance du printemps, de la Vie. Et je peux faire face à ce qui a éclos et qui va grandir encore.

Mais il y avait vraiment trop de vent!!! Même au fond de grands et hauts verres, les bougies s’éteignaient. Car non, je n’ai pas fait deux feux au milieu de mon jardin. Qu’importe, il s’agissait de symboliser l’intention. J’ai donc utilisé un subterfuge.

J’ai même réussi à la faire passer le chat entre! Il était sur la terrasse, je me suis mise juste derrière les oeillets-feux et l’ai appelé, il est venu tout droit! L’amoureux a aussi joué le jeu, il est passé derrière moi. Pour me faire plaisir? Pour tenter une nouvelle expérience? Pour goûter à mon univers magique?

J’ai ensuite fait mes offrandes au pied du micocoulier, comme pour l’équinoxe de printemps. En demandant protection et croissance pour ce que j’entreprends dans ma vie en ce moment, dans ma relation amoureuse, pour mon lieu de vie, pour tout ce que j’ai semé et planté, dans le jardin comme dans l’Univers.

Cela m’a fait du bien. Je remercie l’amoureux pour sa participation, ça m’a fait plaisir de partager cela avec lui. Je remercie mon jardin d’avoir si bien accueilli toutes ces étapes même si c’était en différents endroits, ils étaient justes. Et merci à la Vie pour me permettre de vivre encore une nouvelle saison claire et l’amour et le chemin vers mon essence.

Dimanche silencieux

Par défaut

Ce dimanche est tellement silencieux!

12 jours de confinement ont eu raison des tondeuses, tronçonneuses et autres engins bruyants semble-t-il. C’est vrai que ça n’a pas arrêté autour de moi. Jusqu’à aujourd’hui.

Je savoure ce café gourmand en terrasse, le temps se couvre, peut-être que la pluie n’est pas loin.

Le temps se couvre, le silence s’installe, est-ce une histoire qui finit mal?

Une équinoxe particulière

Par défaut

Dans les senteurs des fleurs nouvelles,

Dans les couleurs qui parent les arbres,

Dans le jour chaque jour un peu plus long,

Dans la légèreté et la liberté,

Je danse, je chante et je célèbre

L’énergie éclatante du renouveau,

Je désire, j’arrose et j’encourage

L’épanouissement des intentions qui ont germé.

Pas de célébration collective de l’équinoxe cette année… Appel en visio-conf entre membres de la clairière La Sente de l’Awen pour discuter du sacré dans le quotidien, puis rituel chacun de son côté.

Oui, avant les célébrations nous avons toujours un moment de discussion sur différents sujets liés à notre spiritualité, j’aime bien ces échanges-partages-débats.

Pour mon rituel, j’ai hésité sur où me mettre dans le jardin, oui, j’ai le luxe d’avoir le choix. Je n’ai plus la même relation avec le chêne qu’avant. C’est bizarre mais j’ai l’impression que je l’embête avec mes histoires. Alors je suis restée près du micocoulier devant ma terrasse.

Il n’est pas aussi vieux et n’a pas la même force, mais on est un peu pareils et on s’encourage, on se soutient. Et il y a une très belle vue depuis là.

La chouette est l’animal qui veille sur notre clairière, le lierre est notre plante symbolique. J’avais des graines de calendula pour poser mes intentions personnelles, des petits soleils en devenir, une plume représentant selon moi la liberté pour notre intention collective en lien avec l’actualité et en dons de la terre, une mini branche de prunier en fleurs, une tisane apaisante et une orange pour l’énergie et la couleurs chaude, bien que ça ne soit pas local, du pagus. Mais c’est une équinoxe particulière.

J’ai donc fait mon rituel au pied du micocoulier avec une magnifique vue sur le jardin dans la lumière du soleil couchant mais triomphant.

Merci Terre Mère de nous porter, de nous supporter, de nous nourrir, de faire renaître la Vie une fois de plus.

Merci Père Soleil de nous protéger, de nous apporter ta chaleur et ta lumière.

Gratitude.

1mn de mon jardin en vidéo, c’est bien bien bien le printemps, avec le chant des oiseaux, les arbres fruitiers en fleurs et les tondeuses ou autres engins en fond…

Bon passage à la saison claire!

Abondance de prunes

Par défaut

Cueillette du jour, reines-claude du jardin. Il était temps, les branches cassaient sous le poids des fruits.

Panier en osier rempli de prunes
gros plan sur des prunes jaunes-vertes dans un panier en osier

J’ai dû monter assez haut avec l’escabeau pour les attraper, secouer les branches ne suffisait pas.

J’ai aussi cueilli un gros bol de mûres dans la haie et grappillé quelques raisins de ma terrasse.

Abondance! Gratitude!!!

Nain du 30 juillet 2019

Par défaut

Avec les travaux pour enlever la cuve à fuel des voisins, on a retrouvé le nain de jardin de miss n°2!

Il trône sur la table du jardin en attendant qu’on sache où le reposer…

nain de jardin

Bizarrement, je ne le trouve plus si moche, j’ai du finir par m’y habituer ^^

Ronce du 11 juin 2019

Par défaut

Les premières fleurs qui donneront des mûres dans les ronces de la haie ont éclos! Et les bébêtes s’en donnent à coeur joie pour butiner…

Branche de ronce avec boutons et fleurs de mûres et insecte qui butine. Désaturation partielle.

Oui, je me suis fait plaisir sur la désaturation partielle.

Toutes mes photos du jour sur mon compte PixelFed dédié.

Trésors d’automne

Par défaut

Un rayon de soleil, un peu de temps libre entre la cuisine et le rangement, j’en profite pour faire un tour pieds nus au jardin.

10nov18w_3

Le chêne est en train de roussir, j’adore ce camaïeu de verts, bruns et jaunes, surtout sous le soleil!

10nov18w_110nov18w_2

Et la surprise vint de la haie de ronces… une ultime récolte de mûres…

10nov18w_4

Une journée sous le signe du rythme de la nature, ce soir nous fêterons Samain.

Gratitude.

 

Bonjour automnal

Par défaut

Bonjour tout le monde! ☁

Ça faisait longtemps que vous n’aviez pas vu mes pieds en photo! Et ça ne devait pas trop vous manquer.

Ce matin, j’ai fait un petit tour pieds nus dans le jardin en respirant bien, en saluant les arbres et en écoutant les oiseaux, puis j’ai regagné la terrasse où m’attendaient mes nouveaux chaussons pour la saison froide. Et là, ben ça m’a donné envie. Rien de spécialement beau, rien de spécialement intéressant, juste un clin d’œil.

Avant cette photo, j’avais passé un bout de temps à « ne rien faire », seulement « être au monde » et sentir son humeur.

Et vous, avez vous pris le temps de vous arrêter pour admirer les couleurs de l’automne? Pour goûter la pluie? Pour marcher dans la terre boueuse?

Avez-vous senti cet appel vers l’intérieur, le foyer mais aussi son soi interieur? Avez-vous, avez vous pensé à ralentir et préparer votre hibernation?

C’est tout ça que me racontent mes pieds, les chaussons et les feuilles d’automne mouillées de pluie sur ma terrasse.