Archives de Tag: gers

C’est parti

Par défaut

Les 3000 programmes du festival sont arrivés ce matin, y a plus qu’à diffuser tout ça sur toute la région de Toulouse, Montauban et un peu de Gers! Toute aide est bienvenue.

http://www.festivaldansespourtous.fr

Publicités

Y avait du jaune

Par défaut

Condom, dimanche 13 mai 2018

On voulait trouver à manger, on a surtout trouvé la fête des bandas avec bars et buvettes, mais pas de restauration…

Et un fil jaune…

13mai18w_913mai18w_1113mai18w_12

 

Pour visiter la ville et aussi la cathédrale, on tentera une autre fois, là y avait un peu de monde, parfois bien imbibé, même que les magasins avaient recouvert leurs vitrines de plaques de contreplaqué pour éviter la casse…

 

Sourire 35

Par défaut

Marilor, une grande femme, au sens propre et au sens figuré. Rien que sa présence fait du bien. Son sourire fait pétiller ses yeux et empli de douceur et de bien-être quiconque le reçoit. Empathique et bienveillante, drôle, elle a une façon de voir les choses qui m’apporte toujours des nouveaux points de vue, vous l’aurez compris, j’adore sa compagnie même si elle m’impressionne aussi un peu.

035_marilor_web

Marilor propose plein d’outils pour faire du bien: reiki, hypnose, fleurs de Bach, méditation… elle appelle tout cela énergétique intégrative et vous pouvez découvrir plus en détails sur son site www.marilorgregorat.com (avec mes photos, petit moment de fierté).

Moi je suis fan!

Les autres sourires dans le portfolio sur mon site.

 

Dimanche 1er avril 2018

Par défaut

Grasse matinée indispensable pour récupérer, les cloches sont passées à 14h, pour le café. Sympa de s’adapter à nos horaires!

1avr18_journal

Comme nous avions une invitée qui ne connaissait pas le coin, nous sommes ensuite partis pour une promenade à Sarrant, dans le Gers avec tour obligatoire à la librairie-tartinerie, mais aussi, visite de l’église, ouverte ce jour là.

 

Une église intéressante, construite dès les 12ème-13ème siècles, remaniée ensuite, aux murs peints comme ça se fait dans le coin, mais sans le budget nécessaire pour la rénovation. Les habitants se sont investis en faisant des travaux et en montant une association pour récolter des fonds, faire vivre le lieu. Sans être chrétienne, je trouve dommage que des bâtiments historiques à vocation d’accueillir le public ne puissent être entretenus.  Vous pouvez trouver l’appel aux dons sur le site du village: www.sarrant.com/gascogne/appel-aux-dons-pour-la-sauvegarde-de-leglise/

 

A la librairie, nous avons trouvé évidemment notre bonheur, mais cette fois, le pasage fut éclair, pas de thé ni de tartine au chocolat. Juste quelques livres et des infos sur les estivales de l’illustration de juillet. Toujours très sympathique comme endroit! Étonnamment, Amandine qui est une grande lectrice n’était jamais venue. Ca a eu l’air de lui plaire, en plus elle est repartie avec la Saga de Lagnarr Lodbrok, cette saga islandaise racontée dans la série Vikings (que nous regardons toutes les deux). Bon, le 4ème de couverture nous a un peu raconté la suite, dommage…

 

De retour chez nous, nous avons pris un bain de soleil, ainsi que les arbres, les insectes et les chats… En bonne compagnie quoi!

 

Il est temps de se coucher pour une autre grande nuit de récupération. Merci la religion à laquelle je ne crois pas dans ce pays laïque pour ce jour de congé supplémentaire.

 

Marché de noël de Cologne

Par défaut

Une sortie cette après-midi au marché de noël de Cologne et des photos sur la route et sur place. Je me suis fait conduire par mes parents.

Je suis toute patraque ce soir, alors je ne parlerai pas trop…

 

Animations musicales. Heu, dans ce froid, j’ai déjà fait (0° pieds nus au marché de noël de Launac), mais pas avec ces magnifiques costumes. Ils ont du mérite les musiciens en période de noël.

 

Il y avait cette animation pour les enfants (ou les grands), un babyfoot à taille humaine! Les joueurs s’accrochent aux barres transversales par des poignées qui coulissent. C’était rigolo à voir. A jouer, aucune idée!

 

En fin d’après-midi, le jaune était encore plus flamboyant, sur les maisons comme sur les arbres.

 

Pour finir sur du rosé, des couleurs vraiment étonnantes! Je n’ai pas rajouté de filtre ni de couleurs, c’était vraiment comme ça.

 

Bonne semaine à tous!

 

Couleurs d’été, soja et tournesols

Par défaut

Petit tour à Toulouse pour faire des courses qui s’est révélé un chouette moment de découverte de lieux sympathiques pour se poser, déguster et même lire un bout de la BD La tectonique des plaques de Margaux Motin au resto et rire toute seule…

Restaurant et salon de thé sans gluten La Reine Margot, 13 rue Peyrolière à Toulouse, avec un accueil souriant, de la bonne et belle nourriture, mais aussi des livres, magazines, BD…

La Guiguette, sur la rive droite de la Garonne en amont du pont Neuf, en face de la prairie des filtres. Pour les couleurs acidulées et le bercement de l’eau.

 

Puis direction le Gers pour une séance photo de couple dont je mettrai quelques photos plus tard. J’ai croisé aussi des tournesols secs et des champs de soja…

 

 

Virée dans le Comminges, jour 3

Par défaut

18aout17w_1

Pour ce dernier jour, il ne s’agira pas tant du Comminges que des étapes du retour chez moi. Au réveil au camping de Luchon, je ne savais toujours pas vraiment ce que j’allais faire. J’ai regardé la carte routière, la carte des randonnées, les guides… Au final, la fatigue d’une deuxième courte nuit me décida à prendre tranquillement le chemin du retour, en faisant autant d’arrêts que nécessaire pour me sentir encore en vacances.

Je ne me souviens plus dans quel village je me suis arrêtée en premier pour voir la chapelle romane Saint-Julien. Ce que j’apprécie dans l’art roman en plus de la forme des arcs que j’ai toujours préférés complètement arrondis, c’est la sobriété. Quand c’est associé avec des peintures de cette époque à l’air naïf, je suis aux anges. Bon, je n’ai pu qu’en faire le tour, trouver porte close et repartir. Arrêt suivant à Mauléon-Barousse avec sa pompe à essence et sa borne Michelin d’un autre âge. Enfin, troisième arrêt sur les berges de l’Ourse, parce que le nom peut tellement s’accorder avec mon humeur solitaire que j’apprends à respecter de plus en plus. C’était un clin d’oeil.

 

L’étape suivante me pris plus de temps. Je m’arrêtai au village de Bramevaque pour y visiter le château des comtes du Comminges, château en ruines à l’exception du donjon, conservé et même restauré pour le toit, par des chantiers internationaux de bénévoles qui campaient là. Pour arriver au château, il faut monter à travers une forêt très moussue dans laquelle je me sentis d’abord suspecte, puis enfin accueillie. Etonnant, mais j’ai aimé et je suis restée quelque temps, à juste être là. Les ruines aussi offraient une ambiance assez particulière, ainsi qu’une très belle vue sur les montagnes et le village en contrebas. Les nuages descendirent sur les montagnes à la fin de ma visite, comme l’avant-veille à Saint-Bertrand de Comminges, et la bruine me pressa de regagner la voiture et continuer mon chemin.

 

Je décidai de ne pas prendre l’autoroute, mais de traverser tout droit la campagne, par St-Gaudens, Boulogne sur Gesse, les gorges de la Save, Lombez… Je n’avais pas décidé de m’arrêter à Saint-Gaudens, mais en passant, le panneau « Chapelle Sain-Jacques – Centre d’art contemporain » attira mon attention. Ce fut un petit détour dans la ville. L’exposition présentait les peintures de Benoît Bonnemaison-Fitte, un artiste vivant à Aurignac, et ne m’enchanta guère, mis à part deux tableaux. Mais le lieu me plut, il me faudra suivre l’actualité des expositions. Le centre d’art est géré par une association et travaille parfois avec les Abattoirs à Toulouse.

 

Je ne m’arrêtai au bord de la Save, au début de la départementale aujourd’hui fermée à la circulation et donc dédiée aux piétons et cyclistes, seulement pour grignoter au calme. L’heure de retrouver mes filles approchaient, j’avais juste le temps pour un arrêt supplémentaire que je choisis de faire à Lombez. Je n’avais jamais mis les pieds dans cette ville. Je fus très agréablement surprise par la vieille ville et la cathédrale, au charme désuet, et où je découvris que j’avais les mêmes initiales que Sainte-Germaine!

 

Au lavoir, je trouvai, comme à Saint-Clar, un « parcours » street art. Je le suivis un peu, jusqu’à la médiathèque qui abrite aussi la maison de l’écriture au premier. Une expo intéressante, des mots d’enfants rigolos, mes vacances se terminent en poésie et j’adore ça!

 

Le voyage commence au coin de la rue.