Archives de Tag: forêt

Le plateau de Millevaches jour 2

Par défaut

Seul inconvénient de mon emplacement de pêcheur où j’ai passé la nuit dans ma voiture, l’exposition plein Est et donc le soleil le matin. Au moins je vais partir visiter tôt aujourd’hui ^^ Ma première étape vers le lac de Vassivière, le village de Faux la Montagne. Je m’arrête car les maisons fermées à vendre sont placardées…

« Le massacre des hôpitaux, le sauvetage de l’économie, la brutalité policière, la surveillance du peuple, ne sont pas des gestes barrière. » « J’aimerais être le vent qui souffle dans toute la forêt et les sources »
« Je veux le droit de travailler dès six ans » « Je veux trois mille euros de retraite » « plus de considération » « Un poney entier » « Des décorations » « J’aimerais être tout et tout et tout et tout s’il vous plait »

C’est militant dans le coin! Il me semble qu’il y a un festival de mots à Faux la Montagne

Direction le lac de Vassivière rive Sud pour emprunter le pont piéton pour me rendre sur l’île de Vassivière où se trouve un centre d’art contemporain et le bois des sculptures (art en plein air). Architecture particulière que ce centre international d’art et du paysage. Hangar et phare?

Mais mince, je suis arrivée trop tôt… Je fais donc un petit tour et quand je reviens, la jauge maximale est atteinte (réduite à cause du virus) et donc il faudrait que j’attende 45mn… Bon, finalement, j’économiserai 4€ et je pars prendre un café à la boulangerie en plein air installée sur l’île et je vais faire le tour de l’île par l’Est. Je veux voir OTRO, sculpture skatable de Koo Jeong-A. Ouais, bon, ça ressemble à un skate parc… mais c’est une oeuvre d’art. En tout cas, il n’y a aucun skateur.

C’est une promenade agréable car c’est très boisé. La forêt au bord du lac. L’oeuvre qui m’a le plus parlé est une oeuvre sans titre d’Andy Goldsworthy. Un mur de pierres sèches de granit qui forme deux boucles, une qui plonge dans l’eau (et le lac était haut, je n’ai vu que le début du mur qui plonge dans l’eau) et une dans la forêt sur la rive.

L’artiste a utilisé les restes d’un mur qui délimitait autrefois un champ. Mais la création du lac artificiel a noyé 8 villages et ce muret ne délimité plus aucun champ. Je me demandais depuis la veille sur quoi avait été créé ce lac. Penser que huit villages avec des maisons qui ont accueilli des générations de famille, des murets qui ont vu passer moutons, animaux sauvages et humains, arbres qui sont devenus aquatiques m’a questionné un peu. Certaines personnes ne pourront jamais revenir à leurs racines, le village et les paysages de leur enfance.

Quelle transformation pour ces vallées et collines!

J’ai fini mon tiers de tour de l’île, le centre était fermé au final, je suis repartie et j’ai suivi la route le long de la rive Ouest et Nord. A l’Ouest c’est très construit et utilisé. Au Nord c’est à nouveau plus sauvage. On passe sur les barrages. D’un côté l’eau au niveau de la route ou presque, de l’autre le vallon sans eau… Je ne sais finalement pas quoi penser de cet immense lac.

Je repars pour revenir chez mes amis creusois pour la dernière soirée avant notre départ, non sans m’arrêter sur un dernier site mégalithique, un tumulus cette fois. Qui n’est indiqué nullepart et ce n’est que grâce au GPS que j’ai trouvé, au sommet d’une colline, au milieu de la forêt, le tumulus de Puy de Plane de 14,40m de diamètre, de la fin du 1er âge de fer, autour de 450 ans avant JC. C’est précis parce que si on arrive à le trouver, on a droit à un panneau explicatif!

Alentour le sol de la forêt est couvert de mousse, c’est magnifique et je m’enfonce à chaque pas que je fais hors sentier dans cet épais tapis végétal. Je dois déranger plein de bestioles…

Je reprends la route et passe aux rochers St Julien sur la commune de Dontreix dans la forêt de Drouille. Alors franchement, c’est magnifique mais cette croix plantée au milieu des rochers, pour voir ça n’a vraiment rien à faire là!

Le panneau d’information explique que cette forêt a été occupée par « les ancêtres des Gaulois, les Celtes qui ont marqué de leur empreinte toute la région. […] la forêt de Drouille, composée de chênes, vivait au rythme de la cueillette du gui par les druides. » Bon, ça fait assez folklore mais vu le lieu et , ça parait plausible. Mais comme un certain Julien, convertit au christianisme à une époque où ça n’était pas bien vu, se serait réfugié dans ces rochers, c’est lui qui a nommé les lieux. Il y avait aussi une statue devant la croix, mais elle a été déboulonnée.

Ce qui me frappe de suite, c’est la forme du rocher de gauche. Je pense immédiatement à un mont de Vénus. Une vulve abritant une source qui ne tarit jamais, ce qui est confirmé par mon amie vivant à proximité. J’adore!

Saint-Julien est bien loin de mes pensées, la Déesse Mère s’impose à moi mais ça, ça n’apparait pas sur les informations touristiques… Pfff…

Les arbres et les rochers ronds s’entremêlent, c’est plein de poésie et de sens pour moi.

Et cet arbre au bout est vraiment expressif, mais ça ne rend pas en photo. Un très beau lieu, fréquenté par des gars avec leurs fusils d’air soft ou par des séniors qui viennent planter leur banquet sous l’énorme chêne tout proche et jouer à la pétanque à l’ombre ou par les motocross… Je me demande qui y vient la nuit…

Voilà, mon périple est terminé, mes vacances aussi, le lendemain nous repartons. Je remercie toutes les personnes qui m’ont accueillie moi et ma voiture à dormir, qui m’ont fait découvrir leur pays, qui ont partagé de beaux moments d’amitié avec moi. Tout cela me fait me sentir tellement vivante!

Premier essai dans la forêt

Par défaut

Premier essai hier après-midi en forêt du tambour monté avec Les tambours by BRENN.

C’était étonnant. Quelque chose en moi ne pouvait pas s’empêcher de trouver ça tellement caricatural, un peu comme quand j’ai parlé de « la femme sauvage » sur ce blog. Un peu comme quand j’animais des ateliers de parentalité bienveillante et que certains voulaient juste dire les bons mots pour se faire obéir, pas pour écouter et entendre vraiment leur enfant. Un décalage entre le discours et l’image qu’on veut donner de soi et ce qu’on est vraiment. La femme sauvage retrouve sa puissance dans la forêt avec son tambour nue sous la pleine lune 😉 Mais ça peut n’être qu’une façade, pas quelque chose vécu de l’intérieur. J’en croise des comme ça.

Et bien au-delà de cette crainte de n’être qu’une caricature et qu’une façade, je me suis sentie tellement à ma place et tellement bien, que ce fut une très belle expérience. Il y avait vraiment quelque chose qui se passait qui à la fois m’ancrait là et à la fois me faisait vibrer plus que d’habitude. Et j’ai osé chanter même. Bon, j’étais seule… ou pas… il y avait une autre voiture sur le parking quand je suis repartie…

La forêt, entre les coupes d’entretien qui laissent des traces monstrueuses et la tempête de vendredi qui a cassé pas mal de troncs, était sens dessus-dessous. J’ai décidé qu’on allait se guérir toutes les deux avec ces chants de tambour et de voix. En tout cas, mon intention était de faire du bien, à moi et aussi à elle.

Profusion

Par défaut

Deux promenades samedi et dimanche avec ma maman dans les environs, 2h30 environ à chaque fois, passages dans des forêts à chaque fois. Et qu’est-ce que c’est vert!!!

Je n’avais pris ni appareil photo ni téléphone pour laisser mon cerveau au repos (sinon, je cherche la photo) mais j’ai emprunté celui de ma maman dimanche, lors d’un passage tellement mignon dans un bout de forêt sur la colline en face de chez nous.

Vivement la prochaine balade!

Du vert!!!

Par défaut

Mais qu’est-ce que ça fait du bien tout ce vert!

Je n’avais pas posté les pâquerettes d’il y a 10 jours déjà et le chêne centenaire qui a enfin sorti ses feuilles! J’adore, c’est tout velu comme un cocon qui se défait…

Ces photos ont été prises devant chez moi et dans mon jardin. Mais aujourd’hui je suis partie me promener sur le chemin que j’aime tant qui longe les champs et la forêt. Et là, j’ai eu du vert, du vert et encore du vert! Ca m’a fait beaucoup de bien!

Pour un minimum d’encombrement, je n’avais pris que mon objectif en focale fixe de 50mm.

Le sous bois n’est plus aussi accessible que cet hiver, les herbes sont bien hautes.

Avec une pointe de jaune? Boutons d’or et genêts sont en fleurs!

J’en ai profité pour faire quelques autoportraits. En jaune et en vert…

Et une touche de rouge maintenant…

Voilà voilà, dans le vent et avec la lumière du soleil déclinant, j’ai pris un grand bol d’air et de nature qui fait du bien au moral.

La dernière photo, celle qui rappelle qu’il y a toujours de la place, même petite, pour une touche de poésie et de beauté dans un monde parfois très gris.

Bonne fin de semaine, prenez soin de vous!

Promenade du samedi

Par défaut

Après le bois de Galembrun le 8 (voir l’article de ma maman sur son blog Rêver d’ailleurs), le bois de Launac le 10 et le 11, c’était ce samedi 15 un petit tour vers… heu… un autre bois près du village dont je ne connais pas le nom s’il en a un.

L’occasion de faire quelques portraits et de découvrir que les jonquilles ont fleuri le long du chemin et que les premiers chatons sont sortis. Photos au 50mm, mon appareil est plus léger ainsi.

Photo prise par Amandine, éditée par moi.

J’ai aussi sorti trois photos en noir et blanc de cette promenade.

Un reflet de ma maman dans la flaque et Amandine sur le chemin.

La balade vue par ma maman sur son blog: https://bborda-silvand.blog/2020/02/16/une-balade/

J’aime ma campagne!!!! J’ai beaucoup de chance d’habiter là.

En forêt sous la pluie

Par défaut

J’ai proposé une balade en forêt cette après-midi, malgré les 12° seulement et malgré la pluie. Quand on vit dans le sud, on hésite à sortir par ce temps 😉 Et bien, deux des trois filles sont venues! Et nous avons fait une très chouette promenade, nous nous sommes bien amusées, nous avons bien profité du paysage et nous avons aussi bien pris la pluie…

(toutes les photos proviennent de nos téléphones, merci de votre indulgence)

personne presque de dos tout habillée en violet au bord d'un lac sous la pluie
femme de profil appuyée à un arbre
femme avec béret et châle contre un arbre
Jeune femme dans un arbre
Branches d'arbre au-dessus d'un lac par temps de pluie
Un tronc d'arbre allongée dans un lac par temps de pluie
Branches d'arbre au dessus et au bord d'un lac par temps de pluie
Enfant qui marche en équilibre sur un tronc dans la forêt
Fougères en automne recouvrant le sol de la forêt sous la pluie

Les gouttes de pluie sur le sweat de miss n°3 avaient, selon elle, un air d’oeuvre d’art contemporaine, ce à quoi miss n°1 a répondu « à la Jackson Pollock » 😀

Sweat violet couvert de tâches de gouttes de pluie

En rentrant, nous avons posées nos affaires mouillées sur les fauteuils du salon et j’ai allumé un feu! Le poêle ronronne et nous squattons les canapés et poufs tout près.

Une très bonne journée de vacances d’automne!

Journal photo du 31 mai 2019

Par défaut

Un petit coin de nature en Ardèche, un tout petit bout de cette forêt au milieu de laquelle le camping est situé. C’est beau et c’est très pratique pour méditer et se ressourcer. Cette vue je l’ai depuis mon mobilhome… Et cette après-midi, en 5mn nous étions dans la forêt sous les pins et châtaigniers, accompagnés du merle, pour une méditation et visualisation. Magique!

Un chemin sur un rocher moussu au milieu des arbres

Toutes les photos du jour sont sur mon compte PixelFed dédié: https://pix.diaspodon.fr/photodujour