Archives de Tag: exhibition

Dimanche après-midi paresseux

Par défaut

Dimanche en deux temps…

Le temps de la campagne, pluvieux et paresseux.

28oct18w_128oct18w_228oct18w_3

 

Et le temps de la ville, actif mais pluvieux aussi.

Je suis allée accrocher l’expo photo au café Les Gourmands de St Sernin, ça y est! Elle est en place jusqu’au 29 novembre et je ferai un vernissage mi-novembre, plus de précisions prochainement.

28oct18w_628oct18w_728oct18w_8

Comme il faisait déjà nuit, il y a plein d’ombres, j’y retournerai en journée! On s’y retrouve pour boire un thé? ils ont une belle carte!

Bon, ben c’est parti, c’est le lieu où il est susceptible d’y avoir le plus de public. Je me demande si cela aura des conséquences ou si les gens ne verront pas ce qui est au mur.

affiche reflets gourmands

 

Publicités

J’expose à Toulouse en novembre

Par défaut

L’exposition « Reflets » est en ce moment à Larra (31330, près de Grenade) et ce jusqu’au 25 octobre.

A partir du lundi 29 octobre vous pourrez la voir à Toulouse, au café Les Gourmands de St Sernin, 21 place Saint-Sernin. C’est ouvert tous les jours de 10 à 19h.

J’y ferai des « permanences » si certains veulent venir y prendre un thé avec moi et papoter photo ou autre!

affiche reflets gourmands

N’hésitez pas à diffuser et me contacter pour le thé!

 

« Reflets » à Larra

Par défaut

Ça y est, c’est accroché depuis ce matin, peut-être que ce soir il y aura eu quelques regards d’intérêt.

C’est inhabituel d’exposer dans le couloir d’un centre sportif. Personne pour faire un retour. Et pas moyen d’y laisser un livre d’or.

J’ai tout de même encadré un petit mot qui incite les gens à m’écrire s’ils ont aimé.

Et j’ai fait une affiche. A diffuser!

Prévenez-moi si vous voulez qu’on s’y retrouve !

Prochaines dates d’exposition de la série Reflets

Par défaut

Voici les prochains lieux où ma série photo Reflets sera exposée. Merci de partager!

 

– octobre 2018: domaine de Cavailhé, 31330 Larra avec l’association L’Art en Village

– novembre 2018: café Les Gourmands de St Sernin, 21 place St Sernin, 31000 Toulouse

– samedi 5 janvier au samedi 9 février 2019: Le Café du Burgaud , 31330 Le Burgaud

– mars 2019: bar culturel le Nautilus, 74 rue Ludovic Boutleux, 62400 Béthune

– mai 2019: médiathèque de Saint-Clar, 32380 Saint-Clar

 

D’autres dates en préparation ailleurs en France.

 

Présentation de la série sur mon site: http://www.guillemettesilvand.fr/index.php/serie-reflets/

Et sur ce blog trois pages consacrées aussi à cette exposition, accès par le menu dans la colonne de droite, juste là ->

 

Contactez-moi si vous souhaitez exposer ces photos ou si vous avez de bonnes adresses.

 

Je peux aussi proposer des médiations avec les écoles sur l’exposition et animer des ateliers photo enfants ou adultes ou les deux ensemble.

29juil18w_1

 

Les Deux-Sèvres jour 4

Par défaut

Le « problème » quand on est en vacances chez des amis, c’est qu’on passe énormément de temps à discuter sur les fauteuils au coin du feu… Et qu’on fait moins de tourisme.

Un faux problème bien sûr, puisque cela fait partie du plaisir et des vacances! Et que moi j’adore ça. Ma première photo du jour, en noir et blanc, s’est faite dans la cuisine.

21fev18w_1

Nous avons néanmoins décidé de sortir l’après-midi visiter l’abbaye royale de Fontevraud, la plus grande cité monastique d’Europe (http://www.fontevraud.fr/).

21fev18w_2

Une abbaye où repose le gisant d’Aliénor d’Aquitaine tout de même. Une abbaye avec une histoire assez dure de prison depuis la révolution et notamment pendant la deuxième guerre mondiale. Beaucoup de souffrances dans ce lieu. La dureté se ressentait bien aujourd’hui tellement il faisait froid. Contraste avec la belle grandeur de l’abbaye et du cloitre, magnifiques, et avec la chaleur du soleil sur la pierre locale.

 

Plusieurs installations d’art contemporain étaient installées, accentuant parfois la froideur de l’ambiance des lieux.

Je retiens les tableaux de Thibault Daumain extraits d’une œuvre intitulée Canopée. J’ai beaucoup aimé ce graphisme et son côté naïf et végétal.

 

L’installation de Claude Lévêque intitulée « Mort en été » occupait l’ancien dortoir, ouvert aux vents, très haut de plafond, drôles de conditions de vie… Malgré ce titre, j’ai trouvé pas mal de douceur dans cette installation qui représente la Loire à priori.

21fev18w_14

Et enfin, nous avons terminé la visite dans les caves et c’était assez inquiétant. Très sombre, avec une installation de Julien Salaud intitulée « La crypte des effraies » faite de fils blancs tendus sur des clous plantés dans les parois et éclairés à la lumière noire, dessinant des chouettes ou hiboux et des monstres ou humains ou je ne sais quoi, mais c’était un peu effrayant.

21fev18w_1521fev18w_16

Une autre partie de cette installation représentait une sorte d’humain dans un linceul dans un cachot tenant sur ses genoux une chouette et un coeur doré. Ouch… Heureusement qu’il y avait un groupe de joyeux lurons qui visitaient en même temps que moi, car je me serais sentie assez mal toute seule dans cette atmosphère!

 

La fin de journée s’avéra lumineuse, avec un magnifique soleil couchant, un gros rond orange qui jouait à cache cache avec les maisons de pierre ou les arbres. Cela chassa le malaise dû à la visite de cet ensemble à la fois magnifique et rude, à l’histoire chargée de souffrances.

21fev18w_1921fev18w_journal

J’espère qu’il fera encore beau demain pour reprendre un peu de lumière!

 

Journée expo

Par défaut

Visite de l’exposition au centre dart et de photographie de Lectoure, j’ai beaucoup aimé les photos de Sabine Delcour.

Avant, passage à L’Isle Bouzin, un village que je n’avais jamais pris le temps de visiter et qui accueille des concerts de métal et musiques du monde, au minimum. Avec une grande église romane, malheureusement fermée ce jour. Détail de la porte.

Dans une ruelle, une porte avec une texture bleue qui sera ma photo du jour.

Je suis passée à mon expo pour une « permanence » puis je suis allée au vernissage de l’exposition de Sophie D’Alignac L’Hermitte et Franck Dos Santos, « voyage au pays de nos imaginaires » à la médiathèque de Bruguière. Si vous aimez les portraits mis en scène façon steampunk ou poétiques ou fantastiques ou fantasmagoriques, ça devrait vous plaire. Un bien beau travail de lumière.

Bon week-end !

Pourquoi venir voir mon expo?

Par défaut

12mars17_autoportrait

Hier j’ai été interviewé par une correspondante du Petit Journal à propos de mon expo photo. Il m’a fallu répondre à certaines questions et je me suis rendu compte que je n’étais pas très claire. Alors comme ça risque de se reproduire, je tente ici l’exercice d’être claire.

Trois mots pour répondre à la question « pourquoi venir voir mon exposition? »:

RESSENTIR

SOURIRE

REVER

 

C’est simple, intuitif, spontané. Comme un enfant, comme un naïf.

 

Je me suis rendu compte ces dernières années où j’ai feuilleté plus de magazines photo et visité plus d’expositions photographiques et artistiques de tous genres que ce qui est exposé est souvent violent, sombre, torturé et/ou conceptuel. J’ai même posé la question à une photographe contemporaine: « si l’on n’est pas torturé, on ne peut pas être connu? » et la réponse était plutôt « en effet ». J’ajouterais que si l’on n’est pas un.e intellectuel.le qui conceptualise et cite beaucoup de références dans un langage de préférence spécialisé, on n’est pas crédible. J’ai posé la question à quelques amies issues d’écoles d’art comme les beaux arts si je ne noircissais pas le tableau. Et apparemment pas trop, non.

Je ne ferai jamais partie de cette élite intellectuelle. Je ne serai jamais (re)connue par les décideurs de ce milieu.

Je ne nie pas que conceptualiser le monde et montrer la part d’ombre de nous, de tout, soit intéressant et même utile. Mais ce n’est pas mon propos. Ce n’est pas à moi de partager cela.

 

Ce qui m’intéresse sur terre, c’est de ressentir, d’appréhender la vie avec tous mes sens. De rire, de sourire, de pleurer de joie. De voir le beau en tout. Et enfin, de partager tout cela, ce qui me fait vibrer, ce qui m’émeut au premier regard, ce qui m’apaise, ce qui est doux, ce qui est harmonieux et peut-être un peu magique.

Voir le monde avec des yeux naïfs, émerveillés et partager ce regard.

Les gens me renvoient souvent que j’ai un beau sourire, un sourire qui rend heureux. Que j’ai de beaux yeux, des yeux qui révèle la beauté des choses, notamment du quotidien, mon sujet de prédilection. Alors voilà l’essence de ce que je veux partager avec qui voudra: oui, le monde est beau, aussi, et on peut sourire aux gens et à la vie.

Cette exposition « reflets » part d’un jeu, un jeu sur l’image pour la sortir d’un contexte officiel ou réel. J’aime photographier les gens, j’aime qu’ils soient beaux de l’intérieur ou drôles sur mes photos. Utiliser le reflet pour prendre une personne en photo c’est ajouter une composante fragile, éphémère, magique au portrait de la personne. Un peu comme dans un rêve. Un peu comme un rayon de soleil qui perce le ciel nuageux ou fait danser l’air. Les images de cette exposition sont les reflets de mes coups de coeur, mes éclats de rire, mon imaginaire fantastique et naïf.

Il n’y a pas à chercher pourquoi, il y a juste à ouvrir ses yeux, son coeur, son âme, ressentir, sourire j’espère, rêver peut-être, et repartir de bonne humeur et, qui sait, inspiré.