Archives de Tag: été

La force et la grâce du 22 juin 2019

Par défaut

Célébration du solstice d’été aujourd’hui avec mes amis druidisants de la clairière « La sente de l’Awen ».

L’invitation de Mascha: « Nous voici à l’apogée du soleil qui dans sa gloire nous rappelle que tout est possible. S’il est bon de se laisser éblouir un instant, n’oublions pas que cette Lumière qui occupe la totalité porte déjà en elle les prémices du retour de l’Obscurité. Sans perdre de temps, captons ce bref instant de brillance pour panser nos blessures et accueillir la générosité de la nature. »

En charge des dons de la nature pour célébrer cette fête du soleil, j’ai choisi une branche de chêne, le roi des arbres de la saison claire, pour la force et la puissance, et une petite rose pour une touche de grâce.

Une branche de chêne et un bouquet de petites roses

L’occasion pour moi de remercier pour tout ce que j’ai reçu depuis six mois, de ce qui a germé et poussé et que je commence à récolter.

Le chêne est un arbre que j’aime vraiment beaucoup et l’image de l’arbre, enraciné et s’élançant vers le ciel, lien entre la terre et le ciel, vertical, bien sur son axe, est une image forte pour moi. Qui me donne vraiment de la force.

La rose est pour moi la fleur qui symbolise la féminité. J’aime beaucoup son parfum mais surtout sa structure. Comme si les pétales protégeaient un trésor qu’elle ne dévoilerait pas si facilement. Pas comme une orchidée, bien plus directe…

Et j’avais préparé un cake à la courgette et à la menthe pour partager les fruits de la terre qui nous nourrit (encore pour le moment).

Merci pour ce moment hors du temps et de l’espace où je me retrouve et trouve mon chemin.

Publicités

Mauvaise passe

Par défaut

Hum, réveillée ce matin sur un mauvais rêve où rien de rien n’allait, un peu une constatation de tous les plans de ma vie qui me posent souci, peut-être pour révéler toutes mes peurs, peut-être une réalité qui provoque en moi un assez désagréable désarroi.

Si cette période de l’année représente l’abondance et les récoltes, le fait de récolter de la douleur (aponévrosite des deux pieds confirmée), des émotions négatives et un manque de visibilité et de projet me laisse perplexe.

Respirer un bon coup, faire une infusion de lavande et verveine, chercher de la douceur comme un baume au coeur.

15aout18w_2

 

Les enfants de la terre de Jean M Auel

Par défaut

C’est le titre d’une saga préhistorique en 6 volumes écrite par Jean M Auel. L’histoire du destin peu commun d’une femme cro-magnon il y a environ 25.000 ans à travers l’Europe en période glacière, de l’Ukraine à la France.

3aout18w_1

J’ai commencé à lire cette saga en 2000 je crois et je l’ai relue à chaque nouveau tome qui sortait. Cette période de notre (pré)histoire m’a toujours beaucoup intéressée, peut-être parce que la vie « sauvage » me fascine, que l’homme n’avait pas encore trop gâché l’environnement, que sa place dans l’éco-système était encore équilibrée par rapport aux autres espèces, c’est assez fascinant. Pour avoir lu quelques ouvrages de vulgarisation scientifique sur la période, il semblerait que l’auteure de ces romans soit très bien documentée sur cette période ne dise pas de bêtises.

Il y a tout un aspect plantes sauvages comestibles, aromatiques et médicinales qui fait aussi partie de mes centres d’intérêts.

Il y a une histoire d’amour pas toujours facile et il y a surtout une héroïne inspirante, très très inspirante. Peut-être que certains penseront que c’est une lecture de midinette, en tout cas, moi ça me fait vraiment voyager. Comme je n’ai pas pu partir finalement à cause d’abord de la douleur à mon pied droit puis ensuite de mon manque d’énergie, relire cette histoire en 6 tomes de plus en plus gros est une excellente alternative, je me sens vraiment en vacances quand je plonge complètement dans cette série!

 

Lundi soir

Par défaut

Comment ça se fait qu’on soit déjà à la veille de juin???
Heu, j’ai pas vu le temps passer…

Bon, ben faut que je m’active pour les spectacles de fin d’année, le festival dans la foulée et mes projets professionnels pour la prochaine saison…

L’année des 42 ans, faut faire exploser qui on est! Qui suis-je?

Au bord du lac à Bouconne

Par défaut

Je ne me souvenais pas du tout qu’il y avait un lac dans la forêt de Bouconne. Bien que l’on ne puisse s’y baigner (enfin, disons que ce n’est pas autorisé ni aménagé pour), les bords sont bien ombragés et offrent quelques sympathiques points de vue.

Un jour comme aujourd’hui, tout était réuni pour une pause des plus agréables sous quelques chênes et pins: soleil qui joue à cache cache dans les feuilles, eau tranquille, terre sèche sur laquelle s’asseoir ou s’allonger, vent pour chasser un peu la chaleur.

 

Il me reste encore à aller voir l’expo de l’été au château de Laréole et l’été photographique à Lectoure!

Et peut-être tester un nouveau point de baignade naturelle…