Archives de Tag: émotion

Cette femme « trop »

Par défaut

Elle est là, elle prend beaucoup trop d’espace, avec son rire, ses courbes, son honnêteté et sa sexualité. Sa présence est aussi grande qu’un arbre et aussi large qu’une montagne. Son énergie occupe chaque anfractuosité de la pièce. Elle prend trop de place.

Elle est là. . . cette Femme «Trop». Celle qui aime trop fort, celle qui ressent trop profondément, celle qui demande trop souvent et celle qui désire trop.

Elle est là, elle gêne par ses envies persistantes, elle a trop d’envie. Elle désire beaucoup. Elle veut tout, trop de bonheur, trop de temps seule, trop de plaisir. Elle traversera le soufre, la rivière trouble et le feu de l’enfer pour l’obtenir. Elle risquera tout pour étouffer les angoisses de son cœur et de son corps. Cela la rend dangereuse.

Elle est dangereuse.

Ensuite, cette Femme «Trop» fait trop réfléchir les gens, ressent trop, se pâme trop. À travers sa posture, on découvre sa confiance en soi et sa prose authentique. Elle a un rire franc qui vient du cœur, un appétit insatiable et une propension à la passion ardente. Tous les yeux sont rivés sur elle, pensant qu’elle pète plus haut que son derrière.

Oh, cette Femme «Trop». . . Trop forte, trop vibrante, trop honnête, trop émotive, trop intelligente, trop intense, trop jolie, trop grosse ou trop mince, trop difficile, trop sensible, trop sauvage, trop intimidante, trop réussie, trop joyeuse, trop indigente; trop quoi.

Elle devrait se calmer un peu, baisser le ton quelque peu. Quelqu’un devrait la remettre dans le droit. Quelqu’un devrait lui dire.

Je suis là. . . La Femme «Trop», avec mon cœur trop tendre et mes émotions de trop.
En tant qu’empathique et hédoniste en constante recherche de plaisir, je veux une profusion de justice, de sincérité, d’espace, de facilité, d’intimité, de respect, d’être vue, d’être comprise, de votre attention complète et que toutes vos promesses soient tenues.

J’ai été appelée très exigeante parfois parce que je veux ce que je veux, et aussi, intimidante à cause de la place que j’occupais. J’ai été appelée égoïste parce que je m’aime moi-même. J’ai été appelée une sorcière parce que je sais comment me guérir.

Mais encore et encore. . . Je me relève. Encore et toujours, je veux, je ressens, je demande, je risque et je prends de la place.

C’est nécessaire.

Trop de femmes ont été confrontées à l’extermination depuis des siècles. Nous avons tellement peur d’elles. Nous sommes terrifiées par leur grande présence, par leur manière de commander le respect et de brandir la vérité de leurs sentiments. Nous avons essayé d’étouffer la Femme «Trop» depuis trop longtemps, chez nos sœurs, chez nos compagnes et chez nos filles. Et même maintenant, même aujourd’hui, dans un certain sens, nous continuons à couvrir de honte cette Femme «Trop» pour sa grandeur, son désir et sa nature passionnée.

Et encore… elle relève le défi.

La femme, dans sa pleine puissance, se déplace à travers le monde avec grâce et confiance. Dorénavant, sa sagesse tempère son esprit fougueux. Calmement mais fermement, elle dit la vérité sans aucun doute ni hésitation et la vie qu’elle mène est enfin sa propre création.

Dans mon propre monde et sous mes yeux, je suis témoin de l’ascension et de la remise en valeur de la Femme «Trop». Cette Femme «Trop» est également connue de certains comme la femme sauvage ou le divin féminin. Dans tous les cas, elle est moi, elle est toi et elle adore avoir enfin la place de s’exprimer librement.

Si vous avez déjà été appelée «trop» ou «trop émotive» ou «trop garce» ou encore «trop coincée», vous êtes probablement une vrai Femme «Trop».

Et si vous l’êtes. . . Je vous implore d’embrasser tout ce que vous êtes, toute votre profondeur, toute votre immensité; de ne pas vous retenir et de ne jamais abandonner votre grandeur ou votre éclat brillant.

Oubliez tout ce que vous avez entendu! Votre côté «Trop» est un don. Oh oui, un don qui peut guérir, inciter, libérer et transpercer directement au cœur des choses.

N’ayez pas peur de ce don, et ne laissez personne vous en détourner. Votre coté «Trop» est magique, c’est une médecine. Il peut changer le monde.

Vous ne me croyez pas ? Vérifiez ceci: Toutes vos femmes préférées, celles qui ont faites l’histoire, celles qui ont prêtées leur voix pour le changement et celle qui se sont courageusement autorisées à être exactement qui elles sont. Quelques exemples: Oprah, Ronda Rousey, Beyoncé, Kali, Misty Copeland, Janet Mock, Marie-Madeleine . . . Elles sont toutes des Femmes «Trop» !

Alors je t’en prie Femme «Trop»: Demande, Cherche , Désire, Grandis, Bouge, Ressens, Sois.
Fais des vagues, attise tes flammes et donne-nous des frissons.

Je t’en prie, lève-toi.
Nous avons besoin de toi.

~ Ev’Yan Whitney
(Traduction Barbara Gardénia)

https://evyanwhitney.com/

Être une femme sauvage

Par défaut

Bon alors, c’est quoi la femme sauvage qui fait si peur, à tous, aux hommes mais aussi aux femmes? qui en fait rire d’autres: « encore un délire hippie! », « c’est quoi ça, tu fais ta crise de féminisme? »…

Non, ce n’est pas une femme qui met des plumes dans ses cheveux et qui pose dans son jardin avec son chat façon déesse de pacotille. Un peu de dérision, oui, faut pas toujours me prendre au premier degré ;-). Une femme sauvage, ça se ressent et ça se vit.

C’est une femme qui est pleinement elle, une femme qui n’a pas besoin d’un(e) partenaire, même si elle peut en avoir envie, pour se sentir complète, une femme qui est bien en sa propre compagnie, qui s’assume et qui ose surtout vivre toutes ses facettes. Qui ose notamment vivre son énergie de légèreté et de liberté, son énergie de plénitude et d’amour, son énergie de sensualité et de sexualité, son énergie de force, de sagesse. Qui connait et reconnait sa part d’ombre, le monstre, l’animal et qui n’a pas peur de s’allier à lui pour être puissante. Puissante et complète. Mais aussi vulnérable et sensible. Une femme qui accepte son féminin et son masculin.

Combien de femmes freinent leurs désirs, leurs envies, leurs souhaits, brident leurs rêves, leurs aspirations, pour convenir à l’image de la femme qu’on attend qu’elles soient. Combien se cantonnent aux qualités acceptables pour une femme: douce, gentille, réservée, serviable, généreuse… Combien attendent que leurs désirs soient pris en charge et n’osent pas l’action. Un cliché? Mais 68 passé par là? Malheureusement, non, le sexisme décomplexé actuel montre bien que les femmes ne peuvent pas être sauvages sans se faire mal voir ou agresser. Un peu difficile semble-t-il de sortir de la dualité madone/putain. C’est l’enjeu des femmes d’aujourd’hui qui veulent être elles-mêmes en totalité: trouver l’équilibre entre toutes ces facettes et prouver par leur existence assumée qu’il y a un autre chemin que cette dualité.

7juil17w_2Sans vouloir choquer qui que ce soit, je veux pouvoir être une femme d’action comme une femme d’accueil, une meneuse et une battante, comme une timide et pudique, une femme généreuse mais aussi parfois ferme sur ses limites, pleine d’entrain et souriante ou fatiguée et au bord des larmes. Tout cela sans être traitée de folle ou d’hystérique.

Et puis au passage, si les gars pouvaient aussi un peu plus ressentir et exprimer… laisser exprimer eux-aussi leur femme sauvage 🙂 Comment ça, j’en demande un peu trop?

En attendant de trouver l’équilibre, femmes et hommes, sortez respirer et contempler la lune qui prépare sa plénitude pour la nuit de samedi à dimanche, peut-être vous chuchotera-t-elle quelques secrets pour reprendre un peu de votre liberté.

Quoi que l’intérêt en ce moment, serait peut-être plutôt d’apprendre du soleil, rayonnant, brillant, dans sa pleine capacité d’action. Votre choix: le feu destructeur ou le feu élévateur et porteur? Être sauvage n’est pas incompatible avec être gentil(le).

30juil16w_1

Sauvagement,

Guillemette