Archives de Tag: collage

Le plateau de Millevaches jour 1

Par défaut

J’ai passé les deux dernières journées de mon séjour en Limousin/Auvergne sur le plateau de Millevaches. En chemin pour le lac de Vassivière, ma destination finale de la journée, j’ai fait plusieurs étapes.

D’abord, deux sites mégalithiques. Le premier, le dolmen d’Urbe, est fléché depuis le village de Crocq, l’accès à pieds prend une quinzaine de minutes par un large chemin facile à travers la forêt. Et dans la clairière abritant le dolmen, un groupe d’enfants et deux animateurs jouaient là à construire des flèches, je crois… L’ambiance était loin d’être propice à la connexion à travers les âges ^^ Il y avait néanmoins une belle énergie joyeuse cette fois et des panneaux indicatifs de tous les mégalithes de la Creuse très instructifs.

Puis j’ai voulu me rendre au menhir de Pierre Fitte, près de St Quentin la Chabanne. Celui-ci aussi était indiqué, mais il se trouvait au milieu d’un pré à vaches, comme en témoignaient les nombreuses bouses ici et là. Inutilisé quand j’y suis passée, j’ai trouvé sur les angles de la pierre des traces grasses et marron, à mon avis les bêtes se grattent dessus! hi hi hi!

Dans la forêt le long du chemin d’accès, le houx avait déjà sorti ses fruits…

Toujours sur les toutes petits routes de Creuse, je me suis arrêtée au nord de Royère de Vassivière, à la rigole du diable. On peut se balader sur un circuit le long de la rivière aux nombreux rochers et dans la forêt. Je n’en ai fait qu’un bout. Gros rochers, racines courantes à travers les chemins, mousse, escarpements…

Et ces énormes rochers en bordure du parking! J’y ai vu une femme aux formes très généreuses, un peu comme une déesse primitive, de profil. La voyez-vous?

Merci Dame Nature pour cette générosité!

Avant d’arriver au lac, j’ai fait une étape culturelle, à l’Atelier, un café restaurant alternatif à Royère de Vassivière. Magnifique, très belle déco, spacieux, avec une chouette carte de boissons et menus, une boutique de vêtements, jouets en bois, livres, et accueillant des expositions. Ce jour là il s’agissait des collages de Râpé Moulinette, mêlant des photos issues de vieux magazines et des slogans grinçants, cyniques ou politiques. Assez décalé, humour noir ou jaune, parfois trash, je me suis régalée…

« Il a fallu des années de recherche pour créer cette « perle rare » l’école qui constipera votre avenir » entre autres…
Spéciale dédicace pour moi et mes « danses du monde »!
Rah zut, un peu floue, au téléphone dans un endroit sombre… « Travailleurs de tous les pays, reposez-vous! il fait beau, on travaillera demain »
« La grève ou comment transformer merveilleusement votre vie » l’une des 3 cartes que j’ai achetée

Dans ce café on peut trouver aussi le journal libertaire Creuse Citron, participation libre. Et une carte de thés bios! Parfait pour les bobos comme moi tout ça.

Le lac de Vassivière était tout proche. Et la route côté Est très jolie. Certains avaient même posé leur van au bord du lac pour la nuit, dans un des « recoins » sauvage du lac. Bonne place!

Mais le lac de Vassivière est aussi « civilisé » avec des restaurants, des plages, des campings… plus ou moins bien intégrés au paysage. J’ai fait le tour complet le lendemain, c’est vraiment la côte Est que j’ai préférée, la plus nature avec celle du Nord. Ce qui est en Creuse en fait. Les rives Sud et Ouest sont en Haute-Vienne.

Je devais me garer chez une connaissance de mes amis creusois à Faux la Montagne, un mignon petit village typique apparemment investi de néo-ruraux à la fin du 20ème siècle, du genre alternatif aussi. Malentendu, elle était absente. Le voisin super sympa m’a indiqué des emplacements pour les pêcheurs au bord du lac de Faux la Montagne pour passer la nuit dans un joli cadre. Il en restait de disponibles, je me suis donc posée au bord du lac, à 3m de l’eau. Je crois qu’à part une fois en Crète, je n’ai jamais dormi si près de l’eau avec une telle vue de ma fenêtre ^^

Et le lendemain au réveil…

Pour cette deuxième journée, j’écrirai un autre article, celui-ci est déjà bien assez long. Il s’agira encore de politique, d’art et de nature. Mon cocktail préféré…

Journal photo du 15 mai 2019

Par défaut

Voilà le bilan à ce jour des reliures apprises et réalisées avec l’artiste Anaïs Barrachina à la Muse en Goguette à Launaguet. J’adore! Non seulement créer des carnets et des livres, mais aussi l’atelier d’Anaïs et surtout Anaïs elle-même!

six carentes aux reliures différentes disposés en éventail sur une table en bois.

Elle propose aussi des ateliers d’estampe avec 3 techniques dans l’année, et miss n°2 y va et s’éclate.

Le site pour les ateliers et évènements: https://museengoguette.wordpress.com/

Et sur les derniers cours, nous réalisons un carnet qui ressemble à un vrai album, youhou! J’ai acheté un très beau papier pour l’occasion.

Merci Anaïs!

Atelier reliure

Par défaut

Je me rends compte que je n’ai encore rien posté ici sur le super atelier de reliure auquel je participe cette année, enfin, depuis le temps!

J’ai découvert Anaïs Barrachina au salon de la BD de Colomiers à l’automne 2016. J’ai de suite accroché à son style, très coloré, très féminin, voire féministe, aussi, moderne mais aussi avec un côté rétro, fleuri… bref, un régal. Et j’ai appris ce jour là qu’elle proposait des cours de reliure et d’estampe dans son super atelier La Muse en Goguette à Launaguet, au nord de Toulouse.

J’ai commencé à la rentrée d’octobre 2018, une séance toutes les deux semaines, et je me régale, moi qui ai toujours aimé les livres, les cahiers, les carnets, les fabriquer, les écrire, les remplir, les lire…

Il reste des places à cet atelier, ça reprend en janvier, rejoignez-nous!

 

Premier carnet: la reliure à l’écolière

Le seul que je m’étais déjà essayé à faire seule, les pages et la couverture cousues ensemble.

4oct18w_2

 

Deuxième carnet: dos carré collé (couture et collage)

3dec18w_13dec18w_2

 

Troisième et quatrième carnets: accordéon (collage) et reliure japonaise (couture)

19dec18w_319dec18w_219dec18w_4

 

J’ai quelques projets pour des cadeaux ou pour des livres d’artiste. Ca germe doucement.