Archives de Tag: church

Cazalis le 12 juillet 2019

Par défaut

Un peu plus de vingt-quatre heures de vacances juste avant le festival. Une virée du côté des Landes, sur une proposition de et avec Nico, pour aller écouter Salvador Paterna et Claire Menguy dans leur duo « Media luna & nacimento », guitare flamenca/oud et violoncelle.

Un concert donné dans l’église de Cazalis, sud Gironde, aux portes des Landes, dans le cadre du festival Les Nuits Atypiques.

C’était un magnifique voyage musical que j’ai vécu avec beaucoup d’émotion.

J’ai très envie de découvrir leurs autres formations à l’un comme à l’autre.

Merci Nico pour cette très belle découverte ❤

Hendaye et Saint-Jean de Luz

Par défaut

Deuxième et dernier jour de ce voyage express sur la côté basque…

Nous avons logé à Hendaye, c’est une copine qui a un gîte très sympa, les deux bambous (http://lesdeuxbambous.canalblog.com/) qui peut aussi accueillir des résidences d’artiste.

C’était juste à côté du château d’Abbadia que nous avions prévu de visiter. Ce château est un trésor!!! Construit au 19ème siècle par Antoine d’Abbadie (enfin, il l’a fait construire) dans un style néogothique, il appartient aujourd’hui, ainsi que l’immense parc sur la falaise au-dessus de l’océan, à l’académie des sciences. En effet, Antoine d’Abbadie, était, entre autres, scientifique, et n’ayant pas eu d’enfant, il a légué le domaine à l’académie.

On ne peut prendre que l’extérieur en photo, mais sur le site du château vous verrez que l’intérieur est entièrement peint et recèle de nombreux trésors, citations cachées, animaux, style oriental, africain ou médiéval, c’est une merveille!

Je recommande chaudement la visite de l’intérieur, qui ne peut être que guidée.

27avr18w_127avr18w_227avr18w_527avr18w_6

D’un côté l’océan, de l’autre les montagnes, c’est un emplacement de rêve. Au moins cela a préservé le littoral à cet endroit là.

Nous sommes ensuite remontées sur Saint-Jean de Luz, pour quelques macarons de la maison Adam, les macarons du Pays Basque si particuliers, et pour l’église de Saint-Jean de Luz. Bon, on a aussi trouvé un pirate et des glaces pas du tout du coin. Qu’on a mangé sur le port.

Il n’a pas plu, mais il n’a pas fait beau non plus. Pas de super photos.

 

Et voilà, le voyage touchait à sa fin. Un incontournable passage au moulin de Bassilour à Bidart pour leur gâteau basque (ma référence absolue) et leurs sablés et nous sommes rentrées dans notre campagne toulousaine.

C’était court mais intense alors ça m’a bien changé les idées.

 

Dimanche 1er avril 2018

Par défaut

Grasse matinée indispensable pour récupérer, les cloches sont passées à 14h, pour le café. Sympa de s’adapter à nos horaires!

1avr18_journal

Comme nous avions une invitée qui ne connaissait pas le coin, nous sommes ensuite partis pour une promenade à Sarrant, dans le Gers avec tour obligatoire à la librairie-tartinerie, mais aussi, visite de l’église, ouverte ce jour là.

 

Une église intéressante, construite dès les 12ème-13ème siècles, remaniée ensuite, aux murs peints comme ça se fait dans le coin, mais sans le budget nécessaire pour la rénovation. Les habitants se sont investis en faisant des travaux et en montant une association pour récolter des fonds, faire vivre le lieu. Sans être chrétienne, je trouve dommage que des bâtiments historiques à vocation d’accueillir le public ne puissent être entretenus.  Vous pouvez trouver l’appel aux dons sur le site du village: www.sarrant.com/gascogne/appel-aux-dons-pour-la-sauvegarde-de-leglise/

 

A la librairie, nous avons trouvé évidemment notre bonheur, mais cette fois, le pasage fut éclair, pas de thé ni de tartine au chocolat. Juste quelques livres et des infos sur les estivales de l’illustration de juillet. Toujours très sympathique comme endroit! Étonnamment, Amandine qui est une grande lectrice n’était jamais venue. Ca a eu l’air de lui plaire, en plus elle est repartie avec la Saga de Lagnarr Lodbrok, cette saga islandaise racontée dans la série Vikings (que nous regardons toutes les deux). Bon, le 4ème de couverture nous a un peu raconté la suite, dommage…

 

De retour chez nous, nous avons pris un bain de soleil, ainsi que les arbres, les insectes et les chats… En bonne compagnie quoi!

 

Il est temps de se coucher pour une autre grande nuit de récupération. Merci la religion à laquelle je ne crois pas dans ce pays laïque pour ce jour de congé supplémentaire.

 

Les Deux-Sèvres jour 5

Par défaut

Couchée tard, levée tard… Pas le courage hier soir d’écrire l’article du jour, alors c’est depuis le conservatoire de Nantes où je me tiens au chaud que j’écris maintenant ces quelques lignes.

Ce jeudi 22 février, il y avait un très beau temps mais il faisait super froid avec du vent qui pique… Petit tour pas loin dans Thouars pour sortir prendre un peu de lumière quand même !

Thouars est limitrophe d’une commune qui m’a donné envie de faire une photo à l’humour des plus fins. J’espère ne choquer personne.

Le centre ville de Thouars est assez déprimant. Je n’ai jamais vu autant de commerces vides et fermés dans une rue piétonne centrale. Et quelques maisons inhabitées aux carreaux cassés. Il paraîtrait même que la mairie rachète des maisons pour les revendre à 1€ a des familles avec enfants qui s’engagent à rénover et habiter…

Je n’ai pas tout vu car on se caillait bien et que j’ai déjà prévu de revenir, mais il y a de jolies vues pourtant. Dommage que ça soit si désolé.

 

L’église Saint Médard, rénovée à l’extérieur, présente de belles sculptures mais aussi une rosace décentrée, vision assez étonnante!

 

Petite touche d’un bien joli bleu sur une belle maison de maitre pour ma photo du jour.

 

Nous avons terminé avec la librairie, qui survit et qui est fort sympathique.

Ce matin, en repartant de Thouars, j’ai pu admirer vite fait la vue depuis la route de Bressuire et avec la rivière et d’en bas du côté de la vieille ville, c’est bien joli. Bon, je reviendrai!

 

Les Deux-Sèvres jour 4

Par défaut

Le « problème » quand on est en vacances chez des amis, c’est qu’on passe énormément de temps à discuter sur les fauteuils au coin du feu… Et qu’on fait moins de tourisme.

Un faux problème bien sûr, puisque cela fait partie du plaisir et des vacances! Et que moi j’adore ça. Ma première photo du jour, en noir et blanc, s’est faite dans la cuisine.

21fev18w_1

Nous avons néanmoins décidé de sortir l’après-midi visiter l’abbaye royale de Fontevraud, la plus grande cité monastique d’Europe (http://www.fontevraud.fr/).

21fev18w_2

Une abbaye où repose le gisant d’Aliénor d’Aquitaine tout de même. Une abbaye avec une histoire assez dure de prison depuis la révolution et notamment pendant la deuxième guerre mondiale. Beaucoup de souffrances dans ce lieu. La dureté se ressentait bien aujourd’hui tellement il faisait froid. Contraste avec la belle grandeur de l’abbaye et du cloitre, magnifiques, et avec la chaleur du soleil sur la pierre locale.

 

Plusieurs installations d’art contemporain étaient installées, accentuant parfois la froideur de l’ambiance des lieux.

Je retiens les tableaux de Thibault Daumain extraits d’une œuvre intitulée Canopée. J’ai beaucoup aimé ce graphisme et son côté naïf et végétal.

 

L’installation de Claude Lévêque intitulée « Mort en été » occupait l’ancien dortoir, ouvert aux vents, très haut de plafond, drôles de conditions de vie… Malgré ce titre, j’ai trouvé pas mal de douceur dans cette installation qui représente la Loire à priori.

21fev18w_14

Et enfin, nous avons terminé la visite dans les caves et c’était assez inquiétant. Très sombre, avec une installation de Julien Salaud intitulée « La crypte des effraies » faite de fils blancs tendus sur des clous plantés dans les parois et éclairés à la lumière noire, dessinant des chouettes ou hiboux et des monstres ou humains ou je ne sais quoi, mais c’était un peu effrayant.

21fev18w_1521fev18w_16

Une autre partie de cette installation représentait une sorte d’humain dans un linceul dans un cachot tenant sur ses genoux une chouette et un coeur doré. Ouch… Heureusement qu’il y avait un groupe de joyeux lurons qui visitaient en même temps que moi, car je me serais sentie assez mal toute seule dans cette atmosphère!

 

La fin de journée s’avéra lumineuse, avec un magnifique soleil couchant, un gros rond orange qui jouait à cache cache avec les maisons de pierre ou les arbres. Cela chassa le malaise dû à la visite de cet ensemble à la fois magnifique et rude, à l’histoire chargée de souffrances.

21fev18w_1921fev18w_journal

J’espère qu’il fera encore beau demain pour reprendre un peu de lumière!

 

De tout et un peu de blasphème

Par défaut

Mercredi taxi de cette semaine, pendant les deux heures d’attente à Toulouse, nous nous sommes promenées, Amandine et moi, et notamment nous sommes allées aux Jacobins. J’aime beaucoup cette église. Elle a une ambiance chaude qu’on ne trouve pas tout le temps. 

Même si le « palmier » est un classique du tourisme à Toulouse et que cette photo a été faite et refaite, j’ai quand même pris cette vue… Avec ma petite touche de retouche couleurs.

Et Amandine a pris le making off…

Le problème est que j’étais malade depuis quelques jours et  fatiguée donc et que ça  peut parfois me donner des idées incongrues… Ceux qui me connaissent savent que je respecte toutes les croyances et surtout la foi de chacun. Mais ils savent aussi que j’aime la dérision (et l’autodérision). Alors, désolée, j’ai un peu blasphémé. 

D’abord en singeant ce religieux (mais qui écrit ainsi???)

Puis de façon tout à fait involontaire, en découvrant cette statuette que j’ai imaginé être Marie (je suis nulle en référence catholiques) et qui était tellement petite… Petite Marie… Alors si je n’ai pas de référence religieuses, j’en ai un peu plus en chanson française… Ça m’a fait rire et c’était parti pour 2h de Francis Cabrel dans ma tête…

Le temps qu’Amandine fasse son tour photo, je me suis posée sur un banc (où j’ai fait ma photo du jour du 20 décembre). J’étais tellement fatiguée, j’avais juste envie de m’allonger et dormir. Mais non, je n’ai pas poussé le blasphème jusque là. 

Nous sommes passées par la rue de la librairie anglophone The Bookshop et le Brolenda café en reprenant le chemin du retour. Amandine a fait son tour en librairie, moi j’ai pris un roibos vanille au café. C’était dur de repartir ensuite… 

La prochaine fois ça serait bien que j’attende les vacances pour être malade et fatiguée, ça m’évitera de faire et dire des bêtises…