Archives de Tag: chocolat

Cookies de ma vie étudiante

Par défaut

Depuis l’adolescence je récolte des recettes de cuisine et en cherchant celle du gâteau aux pommes de ma grand-mère dans mon classeur « desserts », je suis retombée sur cette recette de cookies économiques et rapides que je me faisais quand j’étais étudiante.

Je ne me souviens plus de quel goût ils ont. Il me restait juste un oeuf, il n’y a pas de beurre ni de lait, ce qui est parfait pour ma santé, alors j’ai décidé de cuisiner ces cookies de ma vie d’il y a plus de 20 ans, pour voir quel goût elle avait.

Pour 14 (petits) cookies

  • 100g de farine
  • 2 cuillères à café de levure chimique
  • 1 cuillère à soupe de cacao non sucré
  • 50g de sucre roux en poudre
  • 75g de cerneaux de noix (remplacés ici par des pépites de chocolat pour adapter au goût de mes enfants)
  • 1 oeuf
  • 4 cuillères à soupe d’huile (neutre)

Préchauffer le four à 180°.

Mélanger la farine, la levure, le cacao en poudre, le sucre et les noix (ou les pépites de chocolat ou…) dans une terrine.

Ajouter l’oeuf et l’huile et bien mélanger.

Former 14 boules et les disposer sur une plaque à pâtisserie ou sur une feuille de papier cuisson. Moi je façonne les cookies avec les mains humides pour ne pas que ça colle, en me rinçant les mains régulièrement.

Enfourner 12 mn puis laisser refroidir une dizaine de minutes au moins pour ne pas se brûler la langue 😃

Et bien le test est approuvé!!!! Par moi mais aussi par mes enfants (cool, une recette à conserver) et il ne doit déjà plus en rester, 30mn après la sortie du four…

Bonne pâtisserie!

Pays Basque jour 2

Par défaut

Je n’ai pas réussi à me lever tôt ni à arriver à la Rhune avant que le soleil n’écrase tout. Tant pis. Et je prendrai des couleurs…

Toujours pas de rando pour moi, comme déjà dit dans mon article précédent sur cette journée, alors ce sera la folie du jour, prendre le petit train à crémaillère de 1924, d’origine!

Vue sur la baie de St Jean de Luz (photo 2) et plus haut sur la côte on aperçoit les plages de la chambre d’amour, Anglet (photo 3).

Là ce n’est que le côté français.

2sept18w_12sept18w_22sept18w_32sept18w_4

 

En haut, le panorama est magnifique, même si ce n’est pas de la haute montagne.

J’aime bien voir les silhouettes minuscules des humains face à la montagne. Il y a plein de piles de pierres, certains ont dû bien s’amuser, mais c’est même un peu trop, je ne savais plus où mettre les pieds! Vue du côté espagnol, parce que d’un côté c’est la France, de l’autre c’est l’Espagne. Et les ventas et le relais télé perchés au sommet…

2sept18w_52sept18w_62sept18w_72sept18w_8

 

Courte promenade, je prends le dernier train de retour du midi, je ne préfère pas cramer au soleil de la mi-journée ni dépenser encore plus de sous dans les restaurants.

Le petit train à crémaillère, d’époque, roule parfois à flan de ravin ou sur des pentes raides. Les paysages sont parfois mignons et parfois saisissants.

Cherchez la lune sur l’une des photos, c’était chouette d’avoir sa compagnie du début à la fin de la promenade.

2sept18w_92sept18w_102sept18w_112sept18w_12

 

Pour repartir de la Rhune et rejoindre Saint-Jean de Luz, j’évite de reprendre la route de l’aller, je décide de faire une boucle par l’Espagne en passant deux cols et la ville de Vera.

Dimanche 14-15h, la ville est déserte. L’architecture basque de ce côté de la frontière est plus… gothique, sombre. Je ne m’attarde pas, mais en cherchant mon chemin je suis quand même tombée sur ces fresques murales.

Je ne comprends pas, ça semble parler de femmes, mais j’aime bien les dessins. Et l’incontournable et pourtant pas du tout indispensable photo de pieds. Désolée 😉

2sept18w_132sept18w_142sept18w_15

 

Je m’arrête au col d’Ibardin, encore en Espagne mais juste à la frontière.

Une madeleine de Proust, car on venait ici avec mes grands parents faire des courses de produits espagnols. C’est moche tous ces magasins, mais la vue est jolie. Comme tous les Français, je fais mon plein d’essence, moins taxée. Et une pause gourmande en terrasse avec vue sur la côte française et sur la Rhune. Pas de gâteau basque, mais j’ai trouvé une alternative.

2sept18w_162sept18w_172sept18w_18

 

Dans la descente du col, dans une boucle, un parking au bord d’un ruisseau, un portillon pour aller dans la forêt, un joli coin pourtant au bord de la route.

2sept18w_192sept18w_20

Et j’arrive enfin à Saint-Jean de Luz. L’océan est si paisible dans la baie.

La plage n’est pas paisible, elle… 19h, veille de rentrée et tout le monde est encore dehors!

Découverte: debout sur une grand planche, tu rames pour avancer et te promener… je n’ai pas essayé, je fais la planche toute seule, il n’y a aucune vague, c’est parfait!

2sept18w_212sept18w_22

 

Je finis la journée sur la plage d’Ilbarritz, ma préférée avec les rochers de chaque côté. A marée basse on y trouve des petites piscines, avec les enfants c’est vraiment chouette. J’arrive juste juste pour le coucher du soleil. Les mêmes photos que la veille… Je m’attarde plus sur les rochers au sud et les teintes roses qui enveloppes les montagnes de brume au loin.

2sept18w_232sept18w_24

Cette douceur me touche au cœur. Je me rends compte que c’est la première fois que je viens seule au Pays Basque. Jusque là je venais en famille, avec des amis ou avec mon amoureux. Mais ce soir, je n’ai personne avec qui partager et cela me rend un peu triste. Les chamboulements de ma vie en ce moment me rendent peut-être aussi plus sensible.

La journée a été bien remplie, j’ai beaucoup conduit, à défaut de beaucoup marcher, il est temps de rentrer. L’amie qui m’héberge est encore levée et nous discutons un peu autour d’une tisane, elle me propose d’aller visiter avec elle Labastide Clairence le lendemain. Le programme se prépare, ce sera ma dernière halte avant le retour.

Troisième et dernier jour à suivre…

 

17 ans

Par défaut

… que tu es née, que je suis maman…

Pour fêter ça, cette année nous nous offrons une virée sur la côte basque. Marcher dans les traces de nos vacances familiales dans notre deuxième pays et aussi faire de nouvelles découvertes.

Notre madeleine de Proust, le chocolat de Cazenave, Bayonne. Plus de 30 ans que j’y vais et ça n’a pas changé.

Une découverte pour toi de l’autre côté de la Nive, une redécouverte pour moi, le café associatif Mami Txula avec une bien chouette expo photo, une déco chaleureuse, des livres, des accueillants sympathiques…

Repartir de Bayonne par les quais et admirer encore et encore les couleurs et le style basques.

Savourer le coucher du soleil sur la plage d’Ilbarritz, les pieds dans l’eau, l’air marin plein la tête, le bonheur plein le cœur.

Terminer la journée à la pizzeria Bidart, une super découverte que cette mignonne pizzeria au centre du village, chaleureuse, gourmande et originale. Pâte super fine, garniture goûteuse, c’était un beau repas d’anniversaire 🙂

Un gros câlin pour terminer. Un câlin sur un fan art réalisé tout au long de la journée par miss n°2, du jeu vidéo Undertale.

Je t’aime très fort ma grande belle.

Merci d’être toi.

Entre les giboulées du 6 mars

Par défaut

Impérial au chocolat

  • 200g de chocolat
  • 100g de beurre ou margarine
  • 60g de sucre
  • 20g de farine (riz, quinoa, blé…)
  • 4 œufs

Faire fondre au bain marie le chocolat et le beurre. Hors du feu, ajouter le sucre et la farine. Séparer les blancs des jaunes d’oeufs. Ajouter les jaunes à la préparation au chocolat. Battre les blancs en neige avec une pincée de sel. Ajouter les blancs à la préparation.

Cuire 20-25mn à 180°.

Bon appétit !