Archives de Tag: big

Portrait à la porte bleue

Par défaut

La jeunesse a envahi ma maison, la vie bouillonne, c’est le bazar mais c’est une énergie de dingue! J’en prends un peu au passage, enfin j’essaie, parce que j’en perds aussi, faut compenser…

Les jeunettes m’ont demandé de les prendre en photo. A la fin on a échangé. Non mais

Photo auralysse_ sur insta, édition moi-même.

Me regarder en face

Par défaut

Regarder en face mon corps. Parce que si je ne l’aime pas, personne ne pourra l’aimer. Parce que ma représentation mentale n’est pas juste. Parce que je me vois plus souvent habillée que nue. Parce que je veux savoir qui je suis et l’accepter.

Pour participer aussi à rendre visible les corps gros. Qu’ils ne soient plus autant stigmatisés, qu’ils soient banalisés, qu’on puisse enfin voir les personnes au-delà des gabarits et des kilos.

Bien sûr que j’aimerais faire 40kg de moins, mes mouvements seraient plus légers, la vie me serait facilitée (vêtements, chaises et fauteuils…), ma santé serait moins à risques. Mais pour le moment, ce n’est pas le cas. Et ma vie est maintenant, là, pas quand… si… un jour….

Cette séance d’autoportraits en noir et blanc n’a pas été facile, j’avoue. La période est un peu délicate pour moi, ma confiance en moi est plutôt basse en ce moment, et j’en ai un peu rajouté une couche avec ces photos. D’autant que je n’ai pas voulu « cacher mes défauts » (mon ventre est mon nouveau complexe) mais j’ai choisi d’être naturelle. Sans triche, je suis plus vulnérable.

La prochaine étape sera de faire ça en souriant et en étant heureuse de le faire! Peut-être avec l’aide d’un.e complice bienveillant.e!

Au fait, si vous avez envie de vous voir en face vous aussi, au naturel ou en cachant les défauts, je propose des séances photo « boudoir »! Ecoute et bienveillance garanties!

(Il n’y a qu’avec mon corps que j’ai du mal, tous les autres, je les aime.)

S’habiller quand t’es grosse

Par défaut

Ça devient plus facile de me sentir bien dans mes vêtements. C’est un progrès dans l’image que j’ai de moi 😃

Quand j’avais la vingtaine, je ne me reconnaissais pas dans les magazines que je lisais, je voulais créer un magazine féminin avec de la mode pour les filles normales ou grosses. A l’époque je me pensais grosse avec mon 40 pour 1,63m… Mon intention était que les femmes puissent voir des femmes qui leur ressemblent, normales, pas des très minces comme les mannequins, bien habillées et bien dans leur peau. Aujourd’hui, je ne lis plus la presse dite féminine, mais j’imagine que ça n’a pas changé. Par contre, voir des femmes grosses bien dans leur peau et leurs vêtements est possible sur internet et enfin, grâce à toutes ces femmes qui s’assument, je me sens légitime à vouloir moi aussi m’assumer et m’habiller comme j’ai envie.

J’aime me sentir bien dans mes vêtements et retranscrire mon humeur, mon style du jour.

Je m’habille beaucoup auprès de magasins américains ou allemands, y a beaucoup plus de choix sympa pour les grosses. Un seul magasin par galerie marchande en général, et encore, pas toutes les galeries. Et sinon, la plupart des boutiques sympas, la très grande majorité, se trouvent en ligne. Et je trouve ça dommage et dissuasif.

Visiblement ce n’est toujours pas un marché porteur ou souhaitable le magasin grande taille à la mode…

Des bonnes adresses???

Assumer mon corps

Par défaut

Ça fait presque un an que j’ai fait cet autoportrait et que je n’ose pas le poster.

Voici mon corps, avec des os, des muscles, une peau et une âme qui l’habite. Un corps comme les autres et pourtant unique. Un corps pour vivre ma vie de femme libre si je le décide.

Aujourd’hui, je m’autorise à assumer qui je suis et ce que j’ai envie de faire de ma vie. Des trucs que je trouvais hier encore trop osés, trop new-age, trop bizarres ou pas assez ceci ou cela… comme assumer mon corps gros et en faire profiter les autres. Pourquoi? Non pas pour faire de l’érotique ou de la course aux « j’aime », mais bien parce que moi, ça m’a aidée de voir d’autres femmes s’assumer. Ça m’a tellement aidée!

J’ai une minuscule audience, je ne suis pas une influenceuse, mais si c’est utile à une seule femme, une seule fille, alors c’est réussi.

❤❤❤

Parfaitement imparfaite

Par défaut

Peau du décolleté déjà ridée par l’exposition au soleil pourtant normale (je ne vais jamais exprès au soleil), seins qui tombent, gros ventre tout blanc, bronzage complètement hétérogène.

Et pourtant, j’aime cette photo, je m’aime sur cette photo et je me sentais plutôt à l’aise au moment où je l’ai prise, prête à me regarder en face, quasiment sereine… et une petite flamme de défi au fond de moi.

« Oh, un bouddha »… et bien oui, ça fait beaucoup de peau, beaucoup de rondeurs, beaucoup de plis.

La vie m’a menée à ce point où il m’est impossible de perdre du poids. Mais je peux être aussi douce et indulgente avec moi-même que je le suis avec les autres. Et je peux accepter de laisser passer ma lumière et de la partager avec toute personne pour qui le nombre de kilos n’a aucune importance.

Corps gros

Par défaut

(Je ne sais plus si j’ai déjà posté cette photo ici ou pas)

Hey mon corps, même avec tes bourrelets, même avec ton gras, même avec tes vergetures, tu me fais ressentir la vie avec intensité, sensualité et en dansant.

Ok, ton poids pèse un peu trop sur tes chevilles, ok, ton gras te gêne dans certains mouvements, ok, tu es vite essoufflé, mais c’est le mieux que nous puissions faire tous les deux pour le moment.

Indulgence et bienveillance pour notre histoire et notre présent.

Photothérapie

Par défaut

Une histoire difficile que celle du rapport à mon corps.

J’en ai parlé longuement dans un ou plusieurs articles sur ce blog (rubrique Respect). J’ai choisi de m’accepter et de m’aimer, mais c’est un long chemin. Car ce dont je me fiche complètement chez les autres, je ne l’accepte pas chez moi. J’aime tous les corps, sauf le mien.

La photothérapie est pour moi un très bon moyen de casser le décalage entre mon image mentale et la réalité de mon corps. Et de m’habituer à me voir grosse et de commencer à apprécier mon corps, pour de vrai. Ça commence à descendre du mental à mon coeur.

Après tout, c’est ce corps qui me permet de vivre, de ressentir, d’aimer, de voyager, de danser, de vibrer!

La danse grande taille

Par défaut

La danse ce n’est pas que pour les minces, j’en suis d’ailleurs la preuve.

Quelques découvertes.

Pretty Big Movement, une compagnie hors normes.

“Akira Armstrong was in two Beyoncé videos, but couldn’t find an agent to represent her as a professional dancer because of her size. To change the narrative around what a dancer’s body should look like, Akira started her own dance company, made up of plus-size dancers. “Pretty Big Movement” is destroying dancer stereotypes,”

Akira Armstrong a tourné dans deux vidéos de Beyoncé, mais n’a pas pu trouver d’agent pour la représenter à cause de son gabarit. Pour changer le regard sur ce que serait censé être un corps de danseur.se, Akira a monté sa propre compagnie de danse, composée de danseur.se.s grande taille. “Pretty Big Movement” démonte les stéréotypes de la danse.

 

Aux Etats-Unis, il y a d’autres exemples de ce genre.

 

En France, à ma connaissance, il y a Olivier Dubois qui a voulu aussi montrer que le corps gros pouvait danser à haut niveau.

Si j’ai bien compris, tant que ça reste contemporain drôle ou décalé, ça passe, mais quand c’est « sérieux », ça choque. Bref, y a encore du boulot…

 

Et je ne trouve pas d’autres exemples en France de compagnie avec danseur.se de gros gabarit.

Il est clair que le physique est important pour travailler en tant que danseur.se et je ne me fais pas d’illusions, entre moi et une bimbo, pour la plupart des gens, ce sera la bimbo, peu importe l’univers artistique ou le niveau.

Je sais que je surprends les gens qui me voient danser pour la première fois, ils ne s’attendent pas forcément à autant de grâce et d’émotion à cause de mon gabarit. Il m’est arrivé d’entendre que je dansais bien même si j’étais grosse. Heu…

Alors bon, je me suis fait une raison, je ne serai jamais invitée/programmée par les structures qui ont pignon sur vue, même si a priori quand je danse je ne laisse pas indifférent.e.

Mais parfois j’en ai un peu marre de la grossophobie.