Archives de Catégorie: sorcière

Stage de montage de tambour

Par défaut

Comme je l’ai raconté ici en long en large et en travers, je suis allée monter mon tambour de rituel jeudi 25 juin avec Les tambours by BRENN. Ce fut pour moi une très belle expérience.

Comme certains étaient intéressés mais n’ont pas pu venir, je vous propose d’organiser ce même stage chez moi en région toulousaine un jour de la semaine du 13 au 18 juillet.

C’est 200€ pour la journée de 10 à 17h, repas auberge espagnole, tambour de 45cm en peau de chèvre issue du commerce équitable avec le Mali et bois de hêtre pour le cadre. Mailloche comprise.

A ce tarif, il faudra ajouter la participation pour les frais de déplacement, soit 60€ à partager entre tous les participants. Ca fera entre 10 et 20€ par personne, le nombre de places est limité afin que Cyril puisse être disponible pour chacun.

Si vous voulez vous joindre à nous, alors merci de me contacter dès que possible pour qu’on mette en place l’organisation en me disant quelles sont vos disponibilités entre le 13 et le 18 juillet.

Vous pouvez aussi acheter des tambours déjà montés avec ou sans dessin.

Photo, tambours et dessins Les Tambours by BRENN

Des commandes personnalisées sont possibles.

Si vous voulez profiter de sa venue pour acquérir un tambour, contactez le directement!

Je ne touche rien pour tout cela, j’accueille juste 🙂 Pour me contacter, c’est sur https://www.guillemettesilvand.fr rubrique contact.

Premier essai dans la forêt

Par défaut

Premier essai hier après-midi en forêt du tambour monté avec Les tambours by BRENN.

C’était étonnant. Quelque chose en moi ne pouvait pas s’empêcher de trouver ça tellement caricatural, un peu comme quand j’ai parlé de « la femme sauvage » sur ce blog. Un peu comme quand j’animais des ateliers de parentalité bienveillante et que certains voulaient juste dire les bons mots pour se faire obéir, pas pour écouter et entendre vraiment leur enfant. Un décalage entre le discours et l’image qu’on veut donner de soi et ce qu’on est vraiment. La femme sauvage retrouve sa puissance dans la forêt avec son tambour nue sous la pleine lune 😉 Mais ça peut n’être qu’une façade, pas quelque chose vécu de l’intérieur. J’en croise des comme ça.

Et bien au-delà de cette crainte de n’être qu’une caricature et qu’une façade, je me suis sentie tellement à ma place et tellement bien, que ce fut une très belle expérience. Il y avait vraiment quelque chose qui se passait qui à la fois m’ancrait là et à la fois me faisait vibrer plus que d’habitude. Et j’ai osé chanter même. Bon, j’étais seule… ou pas… il y avait une autre voiture sur le parking quand je suis repartie…

La forêt, entre les coupes d’entretien qui laissent des traces monstrueuses et la tempête de vendredi qui a cassé pas mal de troncs, était sens dessus-dessous. J’ai décidé qu’on allait se guérir toutes les deux avec ces chants de tambour et de voix. En tout cas, mon intention était de faire du bien, à moi et aussi à elle.

Naissance de mon tambour de rituel

Par défaut

Il y a quelques semaines, j’ai senti que j’avais envie de jouer du tambour, du tambour de rituel ou tambour chamanique. Même si je croise cet instrument depuis des années dans les milieux alternatifs et spirituels que je fréquente, cela me laissait indifférente. Voire méfiante, car de voir pulluler les femmes au tambour dans mon réseau autour du féminin sacré me faisait l’effet d’un engouement légèrement forcé, comme un effet de mode. Je me demandais où finissaient tous ces tambours… au coeur de la vie ou sur le mur pour la déco? Une projection personnelle.

Et j’ai vécu trois expériences réjouissantes sur les dix derniers mois qui ont changé la donne. Il y a eu ce cercle de femmes chez moi à l’été 2019 où Laetitia (sophrologie, reiki, moon mother) est venue avec son tambour et où nous avons dansé sur le chant de la peau et le chant de la femme. Ce jour là, je me suis dit que je voulais savoir faire ça. Jouer du tambour et chanter en même temps. C’était magique! et c’était aussi super pratique… Oui, l’accompagnante que je suis apprécie de pouvoir agir en direct sur le tempo et la longueur de la musique pour l’adapter instantanément à ce que vit le groupe. Les musiques enregistrées que j’utilise habituellement ne me permettent pas cette adaptabilité. Mais j’ai pensé que cela serait long et difficile d’apprendre à jouer, à chanter et d’oser ensuite me lancer. Sortir ma voix chantée, c’est un peu beaucoup difficile pour moi. C’est reparti enfoui loin en moi alors que mon émotion avait été intense.

Puis il y a eu les deux après-midis de chant vibratoire avec Marina et Frédéric-Raphaël en décembre 2019 et février 2020 et j’ai adoré la séquence finale accompagnée aux tambours. Être entourée et portée par la résonance des tambours fut une expérience magnifique, magique. Il faut dire que Marina et Frédéric-Raphaël sont magnifiques eux-mêmes et franchement inspirants. J’étais convaincue. Pour tout dire, j’aimerais vivre ça un jour moi aussi, accompagner un groupe non pas seule avec mon tambour, mais en duo avec un homme, nos tambours en complémentarité. Arf, ça y est, j’ai un nouveau rêve à réaliser ^^

Pour passer à la pratique, quand j’ai voulu avoir un contact pour des cercles de tambour, ça a été trop facile, il m’a été donné direct. Alors depuis, il y a eu le confinement et donc c’est resté en suspend, mais le confinement m’a aussi permis de murir mon projet d’acquisition. J’ai demandé sur le gros rezo où acheter un tambour, j’ai reçu beaucoup de réponses mais une a particulièrement retenu mon attention: « et si tu le fabriquais ton tambour plutôt que de l’acheter? ». Ah… alors j’ai demandé où fabriquer un tambour et j’ai à nouveau eu beaucoup de réponses. J’ai eu un moment de flottement, de doute, comment allais-je faire pour choisir? Je n’avais pas 36 solutions. Écouter la certitude au fond de moi, l’intuition qui sait. Ça m’a pris à peine une seconde. Et c’est ainsi que je me suis retrouvée ce jeudi 25 juin en pays minervois dans l’atelier des tambours by Brenn, où j’ai monté et donné naissance à mon tambour en très bonne compagnie. Tout s’était parfaitement mis en place.

Je ne savais pas à quoi m’attendre, je ne projetais rien et j’ai été surprise de ressentir autant de plaisir à choisir la peau puis faire sortir de mes mains cet instrument. Il y a quelque chose qui s’est passé de magique, le lien s’est créé dès le début, je n’ai pas eu à chercher le sacré, il s’est imposé naturellement. Même si tout s’y prêtait, l’énergie du lieu, de l’accompagnant et des autres participantes, cela m’a étonnée.

Cette nuit, après la tempête et l’orage qui ont nettoyé en très grand, j’ai consacré mon tambour officiellement, bien qu’il fut déjà sacré pour moi depuis le premier contact.

Ce qui m’est venu est que ce tambour accompagnera la guérison, le soutien et la joie. J’ai demandé aux 4 éléments d’apporter leur contribution à cette intention à leur façon selon leurs qualités. L’inspiration pour l’air à l’est, la croissance pour le feu au sud, la fluidité pour l’eau à l’ouest et la force pour la terre au nord. J’ai aussi demandé la connexion et la reliance verticale à la Terre et au Ciel.

Je ne l’ai pas encore fait sonner, je n’ai pas encore fait chanter la peau, mais demain j’ai une journée un peu plus tranquille (oh… heu… bon, légèrement quand même) et j’espère bien commencer à dialoguer à haute voix maintenant que notre engagement est officialisé!

Je vais devoir sortir de ma zone de confort les prochaines semaines… Quelques traces de peur s’accrochent encore, mais j’ai également confiance. Alors j’y vais. Une nouvelle aventure commence!

Rituel du solstice en solitaire

Par défaut

La maison était silencieuse cette après-midi, deux filles parties, la troisième dans sa chambre, j’avais enfin plusieurs heures de libre devant moi et l’espace et le silence pour me poser et marquer le coup pour ce solstice qui tombe aussi à la nouvelle lune.

Pas besoin de protocole, je sais que c’est le bon moment et je sais que l’instant est sacré.

Peut-être fallait-il que je brûle toutes les offrandes de l’an passé à Beltane, mais j’ai oublié, alors je les ai préparées aujourd’hui. J’ai pris le temps d’allumer un vrai feu dans mon poêle, ce feu du solstice sanctificateur, ce feu qui est l’élément de la saison qui commence, ce feu symbolisant la puissance du masculin sacré.

J’ai aussi préparé les offrandes pour ce rituel et je garde à portée de main mon carnet dédié aux célébrations pour y noter ce que je ressens. Je ne peux pas faire ça en rituel en groupe.

Là je suis à mon rythme, dans mes pensées, dans mon intériorité, et reliée à ce feu magique.

J’y ai mis les plantes suivantes pour manifester ce qui me semble juste en ce moment pour moi, c’est très personnel, ça n’a rien d’officiel comme significations:

  • du laurier pour le courage de continuer ma quête vers mon essence
  • une rose ouverte et un bouton pour mon éclosion et mon épanouissement
  • du chêne pour la force et la sagesse dont j’ai besoin sur mon chemin
  • de la mélisse pour rester sereine et en paix
  • de la vigne pour ne pas oublier de profiter de la vie et de ses plaisirs
  • de la menthe pour la fraicheur et la légèreté qui me font un peu défaut en ce moment (en lien avec la vigne)
  • de l’olivier pour m’émerveiller de la beauté du chemin

J’y ai aussi brûlé le mat de Beltane et sa couronne. Que l’union du masculin et du féminin soit consacrée par le feu et que les fruits de cette union se manifestent pleinement. En tous cas, ça fait deux semaines que je ressens cette union en moi avec une paix et une joie qui me comblent quand je prends le temps de m’y connecter. C’est la première fois que je ressens cela aussi nettement et aussi longtemps.

J’ai médité devant le feu, j’ai regardé ce que j’y avais mis s’y consumer et s’élever. Je sentais tellement l’air vibrer autour de moi. J’étais bien.

J’ai tiré ensuite deux cartes pour savoir ce qui me serait utile en ce moment. Une carte de l’oracle des sorcières, une de l’oracle celtique.

Le miroir me propose d’être à l’écoute de mes perceptions physiques et de mon intuition pour être vigilante face aux illusions et éventuellement mauvaises intentions. La loutre est une gardienne, symbole de protection. Peut-être peut-elle m’y aider. J’ai fait un petit voyage avec elle où je suis allée visiter une grotte sombre et pleine de peurs et où j’ai découvert que je pouvais me protéger en ouvrant mon coeur. Ce qui pourrait paraitre contre-intuitif. Et pourtant, je le savais déjà et l’avais déjà expérimenté. Et la loutre m’a aussi rappelé de ne pas oublier de m’occuper de moi, avant tout, pour être assez ressourcée pour ensuite servir la Vie. Oui, tout ça 🙂

Les cartes, par leur symbolique soit générale soit personnelle, font ressortir des idées, des émotions, des intuitions qui font des ponts dans mes expériences et mettent en lumière des points sensibles. Ça me permet de mieux me connaitre et d’avancer. Outil psychologique qu’il m’est de plus en plus facile d’utiliser. Les visualisations en méditation aussi. J’aime bien quand je vis de tels moments.

Message du jour

Par défaut

Mon chat ne fait que me coller depuis mon réveil. Ça m’a donné envie de découvrir ce que les chats avaient à me délivrer comme message aujourd’hui.

J’ai utilisé L’oracle des chats de Nathalie Thomas et le Everyday Witch Tarot de Deborah Blake et Elisabeth Alba.

Je connais bien Nathalie et l’amour immense qu’elle porte à ses chats qui lui ont inspiré cet oracle. J’aime sa façon de voir les choses, je suis heureuse d’être reliée avec elle par son oracle tout juste sorti. Et je l’entendais me dire que oui, j’ai le droit de me reposer, que ma valeur ne s’évalue pas au remplissage de mon emploi du temps… ah tiens… est-ce que je devrais aussi lâcher mon attitude défensive par rapport au fait qu’en ce moment j’ai besoin de repos? Arrêter d’être sur le qui-vive quand j’en fais moins, prête à me justifier? Lâcher prise sur un éventuel jugement des autres qui me fait culpabiliser de ne pas encore reprendre mes activités à fond?

Merci du message… mon chat s’est enfin posé pour dormir, tiens…

L’oracle des chats est présenté ici: https://atelierdenoono.wordpress.com/portfolio/loracle-des-chats-2/ et il est disponible soit sur le blog de Nathalie Thomas, soit dans votre librairie préférée, oui, c’est comme un livre, on peut le commander, Editions Ellebore.

L’Everyday Witch Tarot a été traduit en français: Histoires de Sorcières Tarot et il est édité aux Editions Arcana Sacra (groupe Alliance Magique).

Enchanted Spell Oracle

Par défaut

J’ai découvert grâce à Mina, artiste et aussi l’une des nombreuses personnes qui utilisent des tarots et oracles que je suis sur les réseaux, le travail de cette artiste australienne, Priestess Moon.

J’ai tout de suite accroché avec le style de dessin et j’ai vraiment eu envie d’en savoir plus, alors j’ai trouvé moyen de me procurer son Enchanted Spell Oracle, en version originale en anglais, il n’est pas traduit.

J’aime beaucoup ce mélange de style naïf du moyen-âge et très moderne d’aujourd’hui.

Le dos des cartes est aussi très joli, et on retrouve le motif floral dans les pages du livret d’accompagnement.

C’est un oracle de 36 cartes, qui évoque chacune une plante, son utilisation et sa symbolique, qui explique les éléments et symboles du dessin, qui donne des mots clefs et un paragraphe sur l’interprétation orientée développement personnel ou divination selon les cartes. On trouve également un « sort » (spell) ou un rituel en lien avec cette plante. C’est beaucoup en lien avec la tradition païenne celtique, mais pas uniquement. Donc ça m’apporte pas mal d’infos, même si le livret n’est pas très épais. Ça ne me dérange pas, parce que ça donne une base assez riche pour ensuite suivre le fil de son intuition sans avoir à lire trop longtemps et se couper de son ressenti.

Aujourd’hui, j’ai tiré, entre autres, la carte de la fertilité. Elle est liée au framboisier.

Avant de regarder de plus près cet oracle et cette carte, je me demandais si je faisais une tarte à la framboise aujourd’hui ou pas. Je tire cette carte liée au framboisier et le rituel ou « sort de cuisine » consistait à faire un gâteau à la framboise en conscience et avec certaines intentions. J’ai compris que Priestess Moon appréciait particulièrement la magie en cuisine. J’ai donc fait ma tarte à la framboise. En posant des intentions en même temps que les framboises ^^

La tarte était particulièrement réussie aujourd’hui.

J’ai fait deux autres tirages qui m’ont été utiles, et je ne me lasse pas d’admirer les dessins. Je vais aussi apprendre plein de noms de plantes en anglais avec ce jeu ainsi que les significations de pas mal de symboles. Je suis vraiment très contente de cette acquisition!

Voici le lien vers le site de l’autrice de cet oracle: https://priestessmoondesign.com/

Les licornes enchantées d’un autre de ses oracles sont vraiment rigolotes. Merci pour ce beau travail!

Coeur mandala

Par défaut

Méditation créative du soir après une heure de danse énergétique avec Les femmes de Gaïa

J’ai écouté mon coeur, il était plein de gratitude et aussi un peu triste. Vivre ces émotions contradictoires dans la même seconde est étonnant.

Allez voir, cette association Les femmes de Gaïa propose chaque jour un atelier gratuit en ligne jusqu’à la date en juin où devaient avoir lieu les Rencontres du Féminin Sacré, annulées pour 2020. Au programme: méditations, conférences, danse, clown…

Les choses importantes à vivre

Par défaut

Suite à un film vu ce soir, je me rends compte que je ne me suis jamais demandé ce que je voudrais vivre/faire avant de mourir, et donc ce qui est vraiment important pour moi tant que je suis là.

Parce que je sais que la vie est fragile, je sais que la mort peut se pointer n’importe quand. J’avais déjà eu une première prise de conscience au décès d’une amie d’un cancer alors qu’elle n’avait que la quarantaine, c’était il y a quelques années à peine, et la drôle d’époque que nous vivons aujourd’hui me rappelle bien ma condition de mortelle.

Si je sais que je n’ai pas envie de perdre ma vie à la payer dans un système économique et politique qui ne me plait pas, je ne sais pas ce que je veux vivre. Comme si jusqu’à présent je m’étais laissée portée par les flots, ou en tous cas, sans être vraiment consciente de ça, parce que j’ai réalisé pas mal de choses dont j’avais envie, mais bizarrement, je n’en garde pas le goût de la satisfaction. Comme si je n’avais, à ces moments, pas pris pleinement conscience de ma chance, de mon bonheur. Pourquoi ai-je l’impression d’instants fugaces de bonheur et d’insatisfaction latente? Est-ce un coup de notre culture du malheur? Je sais que je dois déconstruire cette propension au « oui, mais… », cette propension à me poser en victime, à minimiser le bien en portant trop d’attention au mauvais. Quelle drôle de culture tout de même et quel drôle de manque de clairvoyance de ma part de ne pas avoir pris conscience de cela plus tôt.

Donc, je pose là mon intention. Ce blog s’appelle Une Vie d’Allégresse et ce n’est pas pour rien, c’est pour me rappeler que c’est le moteur de ma vie, la « joie vive qui se manifeste extérieurement » (merci Larousse). Parce que oui, j’aime éprouver la joie, beaucoup de joie, et oui, j’aime l’exprimer au monde!

Cette photo est floue mais cette photo immortalise un moment de joie lors d’une sortie avec ma fille.

Je veux sourire à en avoir mal aux mâchoires et rire à en avoir mal aux abdos, je veux serrer dans mes bras et dire que je les aime et m’émerveiller de voir vivre mes enfants, je veux me laisser aller contre le sein de ma mère et contre la poitrine de mon père pour recevoir leur amour inconditionnel, je veux parcourir la nature et savoir que j’y suis à ma place, écouter le vent dans les arbres, sentir le soleil sur ma peau, humer les parfums des fleurs, de l’herbe coupée, de la terre mouillée après l’orage, de l’homme que j’aime, car je veux aimer un homme à en sentir mon coeur exploser d’élan amoureux, je veux faire l’amour et jouir à en pleurer d’extase, je veux une relation joyeuse, festive, attentionnée, sensuelle, je veux goûter les mille saveurs des mille cuisines du monde entier, je veux toucher et être touchée avec tendresse et douceur, accueillie, bercée, enveloppée, caressée, je veux parcourir le monde et me repaitre de tous ses paysages et de tous ses visages, je veux entrer en relation de coeur à coeur avec les humains, les animaux et tous les êtres vivants qui sauront me toucher, je veux m’émerveiller chaque jour, je veux garder ma curiosité enfantine, je veux servir la liberté, je veux trouver ma place et sentir que je suis juste, je veux être une femme puissante, entière, qui ose être elle-même en toute circonstance, je veux être honnête et intègre et authentique, être vulnérable aussi, je veux être choisie et honorée, je veux m’aimer pleinement, corps et âme, je veux être reine, être déesse…

Je veux apprendre à jouer du tambour de rituel et à chanter en même temps, je veux vivre des cercles de femmes en pleine nature, je veux me débarrasser de ma peur de ne pas être à la hauteur, je veux oser danser sous la pluie pieds nus dans la boue, je veux m’initier au tantra et plus si affinités, je veux reprendre toutes les photos de Sourires et dessiner en plus à côté/dessus et monter une grande exposition, je veux être reconnue en tant qu’artiste, je veux avoir les moyens d’exprimer tout ce que j’imagine, je veux suivre les enseignements de femmes accomplies gardiennes de la terre, danseuses de l’amour, je veux aller danser dans un grand bal comme le grand bal, je veux tester la biodanza et la danse contact et peut-être encore d’autres, je veux voyager et baigner dans l’énergie d’amour, je veux rencontrer des hommes respectueux de toute vie, des hommes féministes, je veux apprendre, découvrir et m’enrichir…

Et je veux servir la Bienveillance, l’Amour et participer à construire un monde au service de la Vie.

Oui, je suis idéaliste, utopiste, en quête d’absolu. Oui, j’en demande beaucoup.

Il est urgent que j’apprenne à recevoir beaucoup.

Beltane en confinement

Par défaut

Nous aurions dû nous retrouver ce samedi 9 mai pour célébrer Beltane. Deuxième fête de la roue de l’année en confinement. Deuxième célébration en solitaire donc. C’est quand même moins bien qu’avec mes amis de la clairière de La Sente de l’Awen.

Beltane, la fête de l’Union du Dieu et de la Déesse, du masculin et du féminin, du yin et du yang. Union célébrant la sexualité, l’amour, la puissance de vie, la création. C’est l’entrée dans la saison claire, dans l’été. La matérialisation de plus en plus évidente et claire du travail intérieur de la saison sombre.

Traditionnellement, pour cette fête, les femmes confectionnent des couronnes de fleurs. J’ai donc fait une cueillette aux alentours proches. Et j’ai tressé chêne, lierre, romarin, thym, herbes sauvages et fleurs ensemble.

De leur côté les hommes s’occupent de trouver un mat, le « mat de mai » pour le planter au milieu du cercle. Cela peut être un arbre, un grand mat, ou un bâton si on ritualise en petit groupe avec un petit espace. J’ai demandé la participation de l’amoureux qui a bien voulu planter le mat dans un espace où nous trouvions tous les deux qu’il serait bien, vu que chez moi je n’ai pas de cercle de rituel. Hum… peut-être qu’il va falloir que j’en trouve un.

Ensuite les femmes passent la couronne autour du mat et l’y accroche. Ils resteront ainsi jusqu’au solstice d’été où ils seront brûlés dans le feu sanctificateur. C’est ainsi que ça se passe habituellement dans notre clairière. N’hésitez pas à aller voir les articles des années précédentes à ce sujet grâce à l’outil de recherche à droite.

Puis nous passons entre deux feux. Les feux sont symbole de protection, de puissance, et traverser au milieu est pour moi comme passer la porte de l’été en me chargeant de la force et de la puissance du printemps, de la Vie. Et je peux faire face à ce qui a éclos et qui va grandir encore.

Mais il y avait vraiment trop de vent!!! Même au fond de grands et hauts verres, les bougies s’éteignaient. Car non, je n’ai pas fait deux feux au milieu de mon jardin. Qu’importe, il s’agissait de symboliser l’intention. J’ai donc utilisé un subterfuge.

J’ai même réussi à la faire passer le chat entre! Il était sur la terrasse, je me suis mise juste derrière les oeillets-feux et l’ai appelé, il est venu tout droit! L’amoureux a aussi joué le jeu, il est passé derrière moi. Pour me faire plaisir? Pour tenter une nouvelle expérience? Pour goûter à mon univers magique?

J’ai ensuite fait mes offrandes au pied du micocoulier, comme pour l’équinoxe de printemps. En demandant protection et croissance pour ce que j’entreprends dans ma vie en ce moment, dans ma relation amoureuse, pour mon lieu de vie, pour tout ce que j’ai semé et planté, dans le jardin comme dans l’Univers.

Cela m’a fait du bien. Je remercie l’amoureux pour sa participation, ça m’a fait plaisir de partager cela avec lui. Je remercie mon jardin d’avoir si bien accueilli toutes ces étapes même si c’était en différents endroits, ils étaient justes. Et merci à la Vie pour me permettre de vivre encore une nouvelle saison claire et l’amour et le chemin vers mon essence.