Se parler à soi-même

Par défaut

Le week-end dernier (pas celui qui vient juste de passer, celui d’avant) j’ai été complètement submergée par des émotions négatives liées à mes blessures émotionnelles. Je ne trouvais rien pour m’apaiser. J’avais besoin d’aide, de réconfort, d’amour inconditionnel, et j’étais incapable de me donner tout ça.

Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi mal, triste et en colère.

Le lundi qui a suivi j’avais un rendez-vous avec une thérapeute avec qui j’ai pu parler de tout ça. Elle m’a proposé trois choses à faire pour mieux gérer et guérir.

Sur le moment, reconnaître et accepter l’émotion, ne pas la bloquer, mais accepter de me laisser traverser plutôt que de se laisser emporter par elle.

Et pour avancer dans ma guérison, deux choses.

La première, faire une liste de 80 choses qui me plaisent chez moi, dont je suis fière, contente. Ça peut être des qualités humaines comme des savoir-faire.

La deuxième, me regarder tous les jours dans le miroir et me dire tous les jours de belles choses, à moi-même, me dire ce que j’aimerais qu’on me dise, les yeux dans les yeux.

Je l’ai fait deux jours, et j’avais les larmes aux yeux de me dire et de m’entendre dire ça. Puis j’ai oublié deux jours. Quand j’ai voulu recommencer aujourd’hui, je n’ai pas pu. Je me suis vue, je me suis reconnue et la tristesse m’a envahie. Je me suis mise à pleurer et je me suis fuie, je n’ai pas su me réconforter.

J’imagine que ce n’est pas censé avoir cet effet là. J’appréhende presque de recommencer. Je veux bien accepter ma tristesse mais j’aimerais vraiment ne plus avoir mal au coeur et au ventre ainsi. Je me sens ballottée par la vie, je ne sais plus où m’accrocher qui serait stable. Ça fait plus d’un an maintenant que tout bouge et certains jours je me sens perdue. D’autres, je retrouve mon ancrage et ma solidité. Mais pas ces jours-ci.

Les filles m’ont demandé de les « surveiller » à la piscine. Voilà de quoi me poser quelques minutes. Un ancrage temporaire.

Calmer mon coeur, calmer ma panique… peut-être pourrai-je enfin me dire de belles choses ensuite.

Publicités

"

  1. Je comprends plutôt bien ces moments de grandes tristesses et solitude…C est difficile d y faire face à chaque fois. Il faut l accepter il parait, pas toujours simple quand on ressent un manque viscéral ou un mal être..
    Je suis de tout coeur avec toi.❤❤

  2. La vie est faite de hauts et de bas. L’accepter est un point de départ, mais ne résout pas les problèmes. Se laisser traverser par les maux, s’accrocher à chaque parcelle de beauté, de bonheur, de joie, de partage, de tout ce qui peut te réjouir 🙂

    Le seul point d’ancrage sur lequel tu peux compter, vraiment, c’est toi, et c’est une bonne nouvelle si tu y réfléchis bien ! Rien n’est plus maîtrisable que toi, par toi 🙂 Il ne faut pas s’attendre à quoique ce soit, juste construire, faire, vivre selon ce que tu aspires, les valeurs qui te sont importantes.

    Décèle ce que tu peux faire pour toi, pour que tu te sentes mieux, bien. Evalue toi sans te mentir et demande toi ce que tu veux vraiment, et ce que tu peux vraiment. Ce faisant, quelques fois, on s’aperçoit qu’on attend trop et qu’on fabrique soi-même l’objet de nos frustrations, nos tristesses, nos peines, voire nos échecs. Parfois au contraire on se rend compte qu’on pourrait atteindre certains objectifs mais qu’on ne fournit pas les efforts qui le permettent. Il faut alors se demander si ce que nous pensons vouloir est réellement ce qu’on veut.

    Ta force c’est toi. Choisis ce que tu penses être bien pour toi à chaque instant, même si ça te semble peu. Demain tu pourras faire mieux, ou pas, mais ce qui compte c’est maintenant, commence par ça 🙂

    Si tu ne l’as pas encore vu, le documentaire  » La puissance de l’intention  » peut être inspirant 🙂 http://imagotv.fr/php/movie.php?type_id=documentary&content_id=la_puissance_de_l_intention

    En toute humilité, avec tout ma sympathie 🙂

      • 🙂 Evidemment, choisir comme pseudo une divinité indienne, y’a comme un son 🙂 Mais, quitte à briser le mythe de suite, c’est un résidu de mon époque lointaine de joueur invertébré 😀 J’étais FoX>HanumaN … épicétout 🙂 Je sais, c’est moins vendeur 🙂

        Mais j’admets que j’ai des accointances avec une certaine forme de spiritualité et que c’est aussi pour ça que je continue de l’utiliser. V’là.

        Ceci dit, j’arpente les chemins de mon propre bonheur depuis longtemps et j’ai pas trop mal vécu jusqu’à présent, humainement parlant (juste pour souligner qu’il ne s’agit pas de la notion matérialiste du « pas trop mal vivre »).

        Je me sens plutôt heureux, d’autant plus depuis que j’ai compris que cela ne tenait qu’à moi (dans les grandes lignes hein, je ne suis toujours pas immortel, et ça, bin j’y peux rien, si ce n’est quand même de faire en sorte de pas trop me pousser tout seul vers cet inéluctable 🙂 J’ai besoin de durer encore, mon fils a 9 ans et demi, et j’en ai 52 🙂 J’ai pris mon temps, je lui dois d’être là encore un moment 🙂

        Ce qui explique le laïus initial sur l’importance de chacun de tes instants, de ta force, de toi comme ton seul point d’ancrage 🙂 C’est bien plus l’expérience, tous azimuts, que « les livres » qui m’ont conduit à ce raisonnement. Mais je suis convaincu que tu sais déjà tout ça , suffit de lire le slogan de ton blog 🙂

        Bref, désolé pour les pavés, je le fais (plus que) rarement, de commenter sur les blogs, mais je trouvais ton témoignage touchant et j’étais d’humeur à partager quelques mots.

        Vaniteusement, je dirais même que tu sembles être tout à fait le genre d’humain avec qui je considère qu’il vaut la peine de partager un peu de pas grand chose, on sait jamais, si ça pouvait te faire sourire, ce serait toujours ça 🙂

      • Hé hé, merci de ce pavé, j’aime bien ça en général les longs messages. Et en effet, j’ai souri, merci.
        Et oui, je « sais » plein de chose en théorie… et puis dans la vraie vie mes émotions s’en mêlent avec plus ou moins de bonheur 😉
        Bonne vie à toi, humain, à partager plein de belles choses avec ton petit humain!

  3. Bonjour Guillemette

    Je pense sincèrement que tu es une personne fantastique. Ravissante et joyeuse. Surprenante. Brillante de ta créativité. Aimante et généreuse, et tes proches ne peuvent que se féliciter de t’avoir. Je pense à tes filles, qui m’ont l’air toutes les trois étonnantes, et je crois que c’est beaucoup grâce à toi.

    Tu m’as aidé moi aussi, à ta façon, en m’apportant un petit peu de positif et d’attention à un moment où j’en avais besoin.

    J’aimerais vraiment que tu te rappelles, dans ces moments, à quelle point tu es quelqu’un d’in croyable. Et je suis profondément sincère en te disant ça.

    Je ne peux que te souhaiter bon courage. N’hésite pas, si tu as envie de discuter.

    D’ailleurs, si tu as envie de passer à Montpellier à partir de septembre, pense à moi, j’aurai un salon où installer un matelas gonflable 🙂 Moi, je ne manquerai pas de te prévenir si je repasse par Toulouse. Et j’ai le droit à une revanche, sur un autre jeu que Dixit, où je serai moins mauvais !

    • Pffff, quel message! Merci Phigger. Si je suis dans un bas, je ne vais pas te croire… Mais je vais te croire, parce que tu es toi-même une belle personne 🙂

      Au plaisir de rejouer avec toi! Et de t’accueillir en région toulousaine. Seul ou accompagné! Je note pour Montpellier!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s