Archives Mensuelles: avril 2017

La promesse de Beltane

Par défaut

Une rencontre et ton regard

M’ont tirée de ma léthargie.

Je suis prête à partager mon art

Et à ce que tu m’inities.

Puisse la création s’embraser,

Que nous nous découvrions,

Empressés, emportés,

Dans un joyeux tourbillon,

Qui nous laissera, émus,

Paisibles, le temps venu.

Guillemette, nuit du 30 avril au 1er mai 2017

Publicités

Union

Par défaut

C’était pour la semaine dernière… le thème du groupe de création artistique était “union” et rien ne m’était venu. Ce soir, prenant mon mal en patience au resto avec ma fille et sa copine, sur le set de table, au stylo, l’union est née, improvisée, se créant seconde après seconde. Une union éclatante, une union de force et de lumière, c’est comme ça que je la vois. Une belle promesse 🙂

30avril17w_union

 

 

Journée de la non violence éducative

Par défaut

affiche-nve

Le 30 avril est la journée de la non violence éducative depuis plusieurs années, à l’initiative de la maison de l’enfant.

L’occasion de se pencher sur ce sujet trop souvent mis de côté, puisqu’une « gifle n’a jamais tué personne » (ce qui n’est pas vrai en plus). Si on parle de respect de l’humain, respect des droits de l’homme, respect de toutes les espèces, alors il ne faut pas oublier le respect de l’enfant. L’enfant est une personne, une personne en construction qui plus est, qui a besoin d’attention bienveillante, de respect et de sécurité pour se construire, d’un accompagnement personnalisé et de liberté. Liberté d’être, liberté de penser et aussi liberté d’expérimenter, liberté d’expression, liberté d’apprendre. (Hum… où sont ces libertés dans le système scolaire éducation nationale? c’est un autre débat…)

L’éducation au respect et à la bienveillance commence dès la grossesse, les enfants apprennent par imitation, comment parler de respect à l’enfant sans le respecter? comment parler de non violence en étant soi-même autorisé à donner fessée et gifle ou à dévaloriser et humilier en paroles?

Plusieurs liens pour approfondir ce sujet qui est la base pour un changement de la société:
La maison de l’enfant: www.wmaker.net/maisonenfant/
Le magazine Peps: http://pepsmagazine.com/journee-de-la-non-violence-educative/
L’observatoire de la violence éducative ordinaire: www.oveo.org

Et je tiens à faire connaitre les éditions L’instant présent qui fournissent un énorme travail de traduction et de publication en faveur du respect de l’enfant et de la non-violence: www.linstantpresent.eu/fr/

 

 

Expo Arcabas à Saint-Sernin, Toulouse

Par défaut

Très bonne surprise lors de notre visite de la basilique Saint-Sernin de Toulouse mercredi, visite spéciale pour l’anniversaire d’Amandine qui voulait visiter la crypte (son côté gothique), le peintre Arcabas est exposé et c’est libre et gratuit 🙂

(photos au téléphone, qualité bien moyenne…)

arcabas1

J’avais découvert cet artiste en Chartreuse, avec la visite de Saint-Hugues de Chartreuse, une église devenue le musée d’art sacré contemporain.

Sans avoir vu l’affiche de l’expo, j’ai reconnu le style dès les premiers tableaux. Ca m’a fait plaisir.

Une dédicace spéciale à ma maman, pour cet altiste. Oui, c’est le titre du tableau, l’altiste.

arcabas2

Et trois autres qui m’ont touchée. Deux que je n’ai pas pris en photo aussi.

 

« Réconciliation »

arcabas3

 

« L’ange gardien ex voto »

arcabas4

 

« Autoportrait à la blouse bleue »

arcabas5

 

 

Les 7 commandements de l’éco-orgasme

Par défaut

J’ai croisé par hasard jeudi soir à la mécanique des fluides à Toulouse des jeunes de Générations Cobayes.

Le grand panneau “Les 7 commandements de l’éco-orgasme” avait bien évidemment attiré mon attention, le rose, le mot orgasme… 🙂 Et c’est bien leur but justement, sensibiliser les jeunes (18-35 ans, là je me suis sentie vieille…) à tout plein de pollutions et de solutions avec un discours “fun” et “orienté cul”.

flyers_eco_orgasme_nov_2016

J’aime bien ce genre de choses, parce que ça touche des personnes qui ne se posent pas ce genre de question sinon. Jouer avec la forme comme moyen pour attirer l’attention, employer les codes des jeunes pour faire passer une info rapidement (ils n’ont plus le temps ces jeunes) via un sujet qui les intéressent.

Ils ont commencé une web série, Cobayes Squad, format court également, chaque sujet abordé en 5mn, à voir sur youtube.

Je me dis que ça peut servir pour semer tranquillement quelques graines auprès de personnes qui ne se sont jamais intéressé à ces sujets…

 

Dharma Techno : rencontre entre méditation et musique techno

Par défaut

Cet article est paru sur le site Unfamous Resistenza. Et il m’a beaucoup beaucoup intéressée… J’ai toujours aimé la techno, pour la transe par la danse, mais je n’ai jamais pris de drogue. Mon parcours personnel spirituel m’a conduite à la méditation, à l’ouverture au monde au-delà de mes sens et de la compréhension par le mental, et j’ai fait de belles expériences de voyages intérieurs grâce à la méditation ou grâce à la danse, les deux peuvent me conduire dans le même état. Serais-je une néohippietechno? hi hi hi…

Je me permets de copier ici un extrait de l’article, avec la petite vidéo qui présente aussi bien la chose, mais allez le lire en entier si cette mise en bouche a éveillé votre curiosité!

https://blog.unfamousresistenza.fr/lire/articles/resistenza-moves/dharma-techno-la-surprenante-rencontre-entre-meditation-et-musique-techno/

darmatechno

Dans un monde en agitation perpétuelle, où l’automobile est omniprésente et où l’industrie et notre mode de vie charrient leur lot inévitable de nuisances sonores, Dharma Techno se propose de redonner au Silence son Importance. Bénéfique, le silence est propice à l’apaisement, au repos, à la réflexion, la méditation. Loin du tumulte, dans des cadres naturels et isolés, les membres de cette association ouverte se réunissent pour des retraites silencieuses. Rien d’exceptionnel à cela diront certains, les hippies font ça depuis longtemps dans nos montagnes d’Ariège et d’Ardèche, dans nos Cévennes, et un peu partout en fait. Oui, peut être. Mais ici, la différence est qu’au terme de cette retraite, après plusieurs jours de silence, de méditation et de repos, arrive le son de la Techno. Et pas n’importe laquelle, celle du cœur et de l’esprit, tribale et profonde, et distillée par un maître en la matière, Seb, plus connu sous le nom de 69dB. C’est là un des aspects singuliers de ces retraites initiées par Denis (de Dharma Nature), Debbie et Seb, tous deux membres historiques de la Spiral Tribe. On ne présente plus ce crew unique ayant importé un état d’esprit et un son dans nos contrées, mais pour ceux qui ne connaissent pas, pour faire simple, les Spiral Tribe sont parmi les pionniers du mouvent Free Party.

Pour en savoir plus, rien de plus simple à notre époque, et les liens ne manquent pas sur cette Tribe qui a plus d’une fois défrayé la chronique. Car, plutôt que sur leurs faits d’armes et le parcours de cette véritable famille, nous préférons nous attarder sur ce concept de Dharma Techno, un magnifique pied de nez à ceux qui affirment que le Techno est une musique de drogués, que cette expression musicale est indissociable de la chimie festive. En effet, il ne s’agit pas ici d’aller se reposer quelques jours puis de « se la coller » le dernier jour devant un live de 69dB, que nenni ! C’est d’ailleurs inscrit en grosses lettres sur le flyer: « Pas d’Alcool, Pas de Drogues ». Les choses sont claires, et c’est en cela que c’est intéressant.

La Techno est une musique spirituelle, idéale pour l’introspection, capable de plonger l’auditeur dans un état de transe tribale, de lui faire renouer avec des énergies primales via le contact du dancefloor, même si les semelles de nos baskets nous coupent bien souvent de ces énergies. En tant qu’amateurs de longue date de Free Parties, notre esprit, où les portes de la perception ont été ouvertes il y a des années déjà grâce à la découverte du Dr Hoffmann, ne pouvait qu’être intéressé par ces évènements qui ramènent la Techno à un état plus originel, moins superficiel, sans nocivités. À la quarantaine toute fraîche, on ne fait plus les mêmes excès, comme Obélix, on a plus « besoin » d’en prendre et on a appris à aimer la musique pour ce qu’elle est intrinsèquement, énergétiquement parlant. Certaines mauvaises langues les taxeront sans doute d’élitistes, de puristes devenus puritains, de néohippietechno, mais pour notre part, soyez certains qu’on y passera se ressourcer l’esprit et le corps, car nous n’avons jamais oublié que le Silence est d’Or.

— Abraxxxas